Degré jour de croissance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Degré jour (biologie))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Degré jour unifié

Le degré jour de croissance est une mesure empirique utilisée pour calculer l'accumulation de chaleur qui sert à estimer la durée d'un développement biologique tel que la croissance d'une plante ou l'incubation d'œufs de poissons, d'insectes ou de vertébrés poïkilothermes, en tenant compte de la température. Cette notion est particulièrement utilisée dans le domaine de l'agronomie et de la pisciculture.

Principe[modifier | modifier le code]

En l'absence d'évènements perturbateurs tels que sécheresse, grand froid ou maladie, les plantes poussent de manière cumulative par étapes fortement influencées par la température ambiante. Les horticulteurs, jardiniers et agriculteurs peuvent donc grâce au calcul des degrés jour prédire les dates d'apparition des ravageurs (pour traiter au bon moment), la date à laquelle une plante fleurira (pour arroser, apporter de l'engrais ou gérer les fécondations croisées au bon moment) ou la date à laquelle une culture atteindra sa maturité (pour récolter au bon moment).

Formule de calcul[modifier | modifier le code]

Pour calculer la valeur du nombre de degrés jour, il faut établir une température de base (°C ou 10 °C selon les espèces), puis noter les températures maximale et minimale d'une journée. Dès lors, la valeur du degré jour se calcule ainsi :

DJ = \frac{T_\mathrm{max}+T_\mathrm{min}}{2}-T_\mathrm{base}.

La croissance biologique est généralement nulle en dessous de la température de base (zéro de végétation). Par ailleurs, chez les insectes et les plantes, la croissance maximale est atteinte vers 30 °C. Donc, pour assurer la validité de la formule, la température minimale ne peut jamais être en dessous de la température de base, alors que la température maximale dépasse rarement 30 °C. En effet, si la température est trop élevée, la croissance est ralentie car les plantes pour supporter ces fortes températures ferment leurs stomates pour ne pas perdre trop d’eau d’où moins d'évapotranspiration.

Par exemple, une journée ayant atteint une température maximale de 26 °C et une température minimale de 12 °C :

  • avec une température de base de °C, cette journée contribue pour 13 DJ à la croissance de la plante :
\frac{26+12}{2}-6=13
  • avec une température de base de 10 °C, cette journée contribue pour 9 DJ à la croissance de la plante :
\frac{26+12}{2}-10=9

Températures de base[modifier | modifier le code]

La température de base est généralement la température en dessous de laquelle la croissance des plantes est de zéro (zéro de végétation).

10 °C est la température de base la plus courante pour le calcul des DJ, toutefois, la base optimale est souvent déterminée en fonction du cycle de vie de la plante ou insecte en question comme par exemple :

Un traitement avec un insecticide au bon moment selon la table de degrés-jour permet de faire en sorte que le traitement soit complètement inefficace[1].

Pour les températures de base des plantes, voir article Zéro de végétation.

Somme de températures[modifier | modifier le code]

La somme des températures est la quantité de chaleur nécessaire au développement d’une plante.

Pour déterminer si une plante a atteint un stade phénologique donné (pousse des feuilles, tallage, floraison, fructification, maturité), il suffit d'additionner les degrés jours (DJ) pendant sa période de croissance et de comparer avec un tableau de valeurs.

Par exemple, il faut en moyenne 30 degrés jour (base 0) pour que le blé germe, soit trois jours à 10 °C ou 10 jours à 3 °C. Les autres stades du blé se succèdent en moyenne comme suit  :

  • semis – levée : 180-200 DJ
  • semis – début tallage : 550 DJ
  • semis – épi 1 cm : 1100 DJ
  • semis – 2 nœuds : 1300 DJ
  • semis – épiaison : 2000 DJ
  • semis – grain pâteux : 2800 DJ

C'est pour cette raison que plus la température est élevée (sans dépasser 30 °C), plus la croissance est rapide. Et inversement. Sous réserve qu'il n'y ait pas d'autres facteurs limitant comme le manque d'eau par exemple ou des périodes de gel.

Exemples[modifier | modifier le code]

La somme de température nécessaire à la croissance est différente pour chaque espèce végétale et même pour chaque variété d'une même espèce selon qu'elle soit précoce ou tardive et selon le type de sol et les conditions d'irrigations mais on peut donner les valeurs indicatives suivantes :

Nom commun Nom latin Moyenne de degrés jour nécessaires (en base 10 °C ) Description
Hamamélis Hamamelis spp. 01 DJ Début de floraison
Erable rouge Acer rubrum 25 DJ Début de floraison
Forsythia Forsythia spp. 25 DJ Début de floraison
Érable à sucre Acer saccharum 25 DJ Début de floraison
Erable de Norvège Acer platanoides 40 DJ Début de floraison
Frêne blanc Fraxinus americana 40 DJ Début de floraison
Pommier Malus spp. 65 DJ Début de floraison
Genêt à balais Cytisus scoparius 65 DJ Début de floraison
Marronnier Aesculus hippocastanum 95 DJ Début de floraison
Lilas Syringa vulgaris 95 DJ Début de floraison
Prunier Prunus spp. 95 DJ Pleine floraison
Robinier Robinia pseudoacacia 150 DJ Début de floraison
Catalpa Catalpa speciosa 290 DJ Début de floraison
Troène Ligustrum spp. 360 DJ Début de floraison
Sureau Sambucus canadensis 360 DJ Début de floraison
Sumac Rhus typhina 475 DJ Début de floraison
Arbre aux papillons Buddleia davidii 600 DJ Début de floraison
Maïs précoce Zea mays 1500 DJ Maturité
Maïs tardif Zea mays 2000 DJ Maturité
Haricots Phaseolus vulgaris 1200 DJ Maturité
Betterave Beta vulgaris 130 DJ Levée
Betterave Beta vulgaris 1450 DJ Maturité
Orge Hordeum vulgare 140 DJ Levée
Orge de printemps Hordeum vulgare 1500 DJ Maturité
Orge d'hiver Hordeum vulgare 2000 DJ Maturité
Blé tendre Triticum aestivum 160 DJ Levée
Blé tendre de printemps Triticum aestivum 1600 DJ Maturité
Avoines Avena sativa 1625 DJ Maturité
Pyrale du maïs Ostrinia nubilalis 200 DJ Émergence des premières pyrales

Il existe trois grands types d’espèces de plantes [2]: des espèces d’hiver, semées à l’automne, dont le cycle s’étale de la fin août (colza) ou tout début octobre (blé) jusqu’à l’été (juin à mi-août), des espèces de printemps semées, selon les régions, entre avril et mai avec des récoltes de fin septembre à fin octobre, et enfin des espèces pérennes comme la vigne dont la période entre floraison et maturité est positionnée de façon intermédiaire entre les deux types précédents.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. DEGRÉS-JOUR : LA BASE D’UNE BONNE GESTION DES INSECTES NUISIBLES Par Serge Gauthier.
  2. Anticipation des stades phénologiques et raccourcissement des phases. Philippe Gate, Nadine Brisson.