Deglet nour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Deglet Nour)
Aller à : navigation, rechercher
Deglet nour d'Algérie
Deglet nour de Tunisie

La deglet nour de Tolga (دقلة نور) est le label algérien d'un type de dattes saharien, fruit des palmiers dattiers. C'est un fruit oblong, charnu, moelleux, très sucré et énergétique, de quatre à six centimètres de long, contenant un « noyau » allongé et marqué d'un sillon longitudinal. Originaire de la région des Zibans[1] en Algérie, la deglet nour est maintenant répandue et produite par de nombreux pays.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Son nom arabe signifie « datte de lumière » ou « datte lumineuse »[réf. souhaitée], en référence au caractère translucide de la chair de la datte à maturité. La deglet nour est parfois considérée la « reine des dattes » ou un « soleil en miniature »[Par qui ?] mais le titre est disputé par une longue liste d'autres cultivars et qui varient selon les régions de l'Algérie.

Origine et histoire[modifier | modifier le code]

En Algérie, la deglet nour est cultivée dans la wilaya de Biskra en Algérie, plus précisément dans les oasis de Tolga et M'Chouneche[2].

Plusieurs ouvrages et récits anciens appuient la thèse de la présence ancienne de la deglet nour en Algérie, notamment Le palmier-dattier de Pierre Munier, L'Algérie : un siècle de colonisation française de Félix Falck, Un voyage au pays des dattes de Jean-Henri Fabre ou le Bulletin de la Société botanique de France. On apprend surtout dans l'étude de Munier que le fruit y est introduit à la fin du XIIIe siècle ou au début du XIVe siècle dans les régions aux environs de Biskra jusqu'à l'oued Righ et vers 1600 dans le Sud tunisien par un planteur de Tozeur dénommé Sidi Touati[3].

Pour expliquer l'importance numérique de ce cultivar, il faut se souvenir que ce fut le cultivar choisi par les colonisateurs de l'Algérie, dès les années 1870 et 1880, car adapté à l'export vers le marché européen, tandis que des centaines d'autres cultivars étaient relégués en variétés communes. C'est l'agriculture coloniale qui invente la palmeraie moderne qui se démarque des palmeraies anciennes en ce qu'elle exclut les dizaines de plantes cultivées habituellement en oasis au bénéfice du seul palmier dattier et, parmi les dattiers, au bénéfice à la seule deglet nour. Cette monoculture de la deglet nour a souvent été la cause indirecte des problèmes d'irrigation des palmeraies anciennes, car les forages modernes percés pour l'irriguer ont souvent asséché les sources anciennes des autres palmeraies[4].

Production[modifier | modifier le code]

Palmier dattier de l'oasis de Tolga (Algérie)
Deglet nour algériennes vendues en France

Ce cultivar de palmier dattier est principalement cultivé en Algérie (dans la région des Zibans, près de Biskra, et dans la région d'Oued Righ dont la plus grande oasis est Touggourt), en Tunisie (dans la région du Jérid et du Nefzaoua dans le sud du pays) et dans les États arides du sud-ouest des États-Unis (Californie, Arizona et Texas), où le climat ressemble à celui de l'Afrique du Nord et où fut importé ce cultivar au début du XXe siècle. La deglet nour, dans beaucoup de zones où elle a été introduite, ne donne pas de dattes molles mais bien sèches et foncées de mauvaises qualités si les conditions ne sont pas semblables à sa région d'origine, les Zibans[réf. nécessaire].

L'Algérie produit 6,3 millions de quintaux de dattes, dont quelque 2,4 millions de deglet nour, en 2009[5] et la Tunisie 110 000 tonnes dont 63 % de deglet nour selon le ministère de l'Industrie tunisienne, qui précise que la Tunisie est le premier exportateur en valeur de deglet nour mais le deuxième producteur derrière l’Algérie[6].

Composition[modifier | modifier le code]

La deglet nour est particulièrement riche en apports énergétiques (295 kcal par 100 grammes)[réf. nécessaire]. Fraîche, elle est composée de 70 % d'eau, de sucres et de vitamine C. Elle contient aussi des sels minéraux.

Label[modifier | modifier le code]

Le label deglet nour de Tolga est une appellation protégée par les autorités algériennes, notamment par le ministère de l'Agriculture et du Développement rural[7]. De plus, ce label se voit attribuer une indication géographique[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]