Declaratory Act

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le American Colonies Act 1766 ou Declaratory Act (« Acte déclaratoire » en français) est une loi du Parlement britannique édictée en mars 1766 afin de rétablir l'ordre dans les 13 colonies américaines après les violences suscitées par le Stamp Act, qui avait été abrogé à cause des protestations des colons et des artisans britanniques, frappés par le boycott de leurs marchandises. Le changement de Premier Ministre explique également cette abrogation : Charles Watson-Wentworth[1] était en effet plus favorable aux colons américains. Il invita même Benjamin Franklin à s'exprimer devant le Parlement britannique à propos des taxes.

Le Declaratory Act affirme que le Parlement a tout pouvoir pour imposer ses lois aux 13 colonies et à la population américaine. Il marque donc un renforcement de l'autorité centrale au détriment des assemblées coloniales[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Premier Ministre de juillet 1765 à juillet 1766, puis de mars à juillet 1782
  2. Bernard Cottret, La Révolution américaine : La quête du bonheur 1763-1787, Paris, Perrin, 2003, ISBN 2-262-01821-9, p.72-73

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :