Debout sur le Zinc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Debout sur le Zinc

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Debout sur le Zinc, le 25 mai 2013, au théâtre de Laval, dans le cadre du festival des 3 Éléphants

Informations générales
Pays d'origine Drapeau de la France France
Genre musical Nouvelle scène française
Années actives depuis 1995
Site officiel www.dslz.org
Composition du groupe
Membres Christophe Bastien
Cédric Ermolieff
William Thierry
Simon Mimoun
Romain Sassigneux
Olivier Sulpice
Fred Trisson[1]
Logo

Debout sur le Zinc est un groupe de la nouvelle scène française. Ses membres empruntent leurs mélodies aux rythmes rock, tziganes, yiddish ou orientaux mais en font une musique originale grâce à leurs textes et à leurs arrangements.

Biographie[modifier | modifier le code]

1995[modifier | modifier le code]

Le groupe DSLZ émane de 2 formations l’une de chanson rock, l’autre de folk irlandais. À l’époque Christophe et Momo rencontrent Olivier et Simon au lycée. Peu de temps après, Fred, un ami de Simon, se joint au groupe. Ils créent alors un répertoire basé sur les compositions et les influences de chacun. Ils entament une série de concerts dans les bars, la rue ou en 1re partie d’artistes confirmés tels que La Tordue, Louise Attaque, Rachid Taha, Les Garçons Bouchers

Le groupe compose et participe musicalement sur scène avec Romain, ami de Fred, à l’Eveil du printemps de Franck Wedekind mis en scène par Bruno Lajara (notamment au festival d’Avignon en 1997)

1998[modifier | modifier le code]

À la recherche d’un contrebassiste, le groupe rencontre William.

Octobre 1999[modifier | modifier le code]

Création du 1er album – éponyme – avec l’apparition de Romain, qui fera définitivement partie du groupe par la suite. L’album est enregistré à Acousti, réalisé par Alain Cluzeau, qui a également été le directeur artistique de Bénabar. Les concerts se font plus fréquents, et s’étendent au-delà de l’Île-de-France.

Mai 2001[modifier | modifier le code]

2e album, L’Homme à tue-tête, où l’influence des 2 derniers arrivants au sein du groupe s’exprime pleinement, les textes et la musique ont mûri. Des liens se créent avec les groupes (Les Ogres de Barback, Les Hurlements d’Léo, Les Fils de Teuhpu, les Joyeux Urbains, La Rue Kétanou…)

Mai 2004[modifier | modifier le code]

Les DSLZ en sont à plus de 80 concerts et sortent un 3e album autoproduit, Des Singes et des Moutons, avec des chansons plus « produites ». Cette étape est marquée par la rencontre avec le réalisateur Stephane Prin.

Avril 2006[modifier | modifier le code]

Les DSLZ accélèrent le rythme des tournées partout en France avec des scènes marquantes comme l'Olympia, la Cigale, le Printemps de Bourges, Solidays et à l’étranger (Suisse, Belgique, Russie, Madagascar…). Ils préparent en même temps un 4e album, Les Promesses, toujours avec Stéphane Prin, avec une volonté de pousser un peu plus encore vers la musique électrique[réf. à confirmer][2].

Le 12 juillet 2009, ils clôturent le festival LaSemo, sur la scène accompagnés de La Rue Ketanou et des Ogres de Barback.

Membres du groupe[modifier | modifier le code]

Le groupe est composé de sept membres dont Simon Mimoun est le chanteur principal[1].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Deux cassettes éponymes

Albums[modifier | modifier le code]

Autres titres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le groupe, sur www.dslz.org (consulté le 16 mai 2013)
  2. http://www.dslz.org

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :