Deborah Franklin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Franklin.
Portrait de Deborah Franklin

Deborah Read Franklin (14 février 170824 décembre 1774) est la femme du penseur, révolutionnaire et homme d'État Benjamin Franklin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et famille[modifier | modifier le code]

Deborah, fille de John et Sarah Read, est née dans la région de Birmingham en Angleterre. En 1711, la famille part s'installer à Philadelphie dans la Colonie de Pennsylvanie. C'est peu avant la mort de son père que Deborah, alors âgée de seize ans, rencontre pour la première fois Benjamin Franklin, lui-même âgé de dix-huit ans. Il vient alors chercher du travail en tant qu'imprimeur à Philadelphie. Il y trouve du travail et de quoi se loger chez les Read. Bientôt, Deborah et Benjamin envisagent de se marier, mais John Read meurt à ce moment, et Sarah les en décourage pour l'instant, sachant que Benjamin désire fonder sa propre imprimerie. Ce délai dans leur projet conduit à une rupture, alors que Benjamin part en voyage d'affaire à Londres, il écrit à Deborah une lettre l'informant qu'il y restera sans doute longtemps. Deborah qui est alors une très jolie jeune femme, fort courtisée se retrouve bientôt fiancée, puis mariée à John Rogers, le 5 août 1725. Elle refuse cependant de vivre avec lui, apprenant finalement qu'il a déjà une épouse[1].

Épouse et mère[modifier | modifier le code]

Benjamin rentre de Londres, un an plus tard, et fonde sa propre imprimerie, le 2 octobre 1729. Lui et Deborah recommencent à se voir et décident de vivre ensemble à partir du 1er septembre 1730, sans que famille ni amis ne trouvent à y redire. Le mariage n'est pour l'heure pas envisageable en raison de l'incertitude qui pèse quant à la légalité du mariage de Deborah avec John Rogers, qui depuis leur séparation est parti pour les Antilles. Quelque temps après, Benjamin, ramène chez eux, son tout jeune fils, William, né le 1er août 1731. On ne saura jamais clairement si William était le fils de Benjamin et d'une autre femme, ou celui de Deborah qui l'accepta comme tel[2]. Elle passe alors son temps entre la tenue de son ménage et l'aide qu'elle apporte à Benjamin dans son entreprise. Le 20 octobre 1732, elle met au monde leur fils Franky, qui meurt de la variole à l'âge de quatre ans. Une mort qui affectera profondément Benjamin[3]. Ils auront encore une fille prénommée Sarah qu'ils élèveront avec William qui deviendra gouverneur colonial du New Jersey de 1763 à 1776.

Deborah meurt d'une attaque en 1774, alors que Benjamin est en voyage en Angleterre[4]. Elle ne l'accompagnait pas, dans ses fréquents déplacements en Europe, en raison de sa peur de voyager sur l'Océan. Bien qu'elle sut qu'il avait des aventures outre-Atlantique, elle lui resta fidèle et dévouée pendant un demi siècle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Carole Chandler Waldrup, More Colonial women : 25 pioneers of early America, Jefferson, N.C. : McFarland & Co., 2004. (ISBN 9780786418398)
  • Charles Henry Hart, Who was the mother of Franklin's son : an inquiry demonstrating that she was Deborah Read, wife of Benjamin Franklin, Philadelphia : [s.n.], 1911. (OCLC 3929757)
  • American Philosophical Society, Proceedings of the American Philosophical Society held at Philadelphia for promoting useful knowledge, (vol. 95, no. 3, p. 245), Philadelphia : The Society. (OCLC 1480557)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Waldrup, pp. 44-45.
  2. Hart
  3. Waldrup, pp. 46-47.
  4. American Philosophical Society