Debora Patta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Debora Patta
Naissance 13 juillet 1964 (50 ans)
Rhodésie du Sud
Nationalité Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Profession Journaliste, animateur de télévision et de radio, manager

Debora Patta, née le 13 juillet 1964 en Rhodésie du Sud[1],[2], est une journaliste et productrice sud-africaine de télévision. Sa famille est originaire de Calabre, en Italie[3],[4],[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Debora Patta naît en 1964 d'un père né à Rome et dont la famille est issue de Praia a Mare, commune où elle retourne régulièrement. Son père s'établit avec sa famille au Zimbabwe afin de poursuivre sa carrière dans les chemins de fer pour le compte des Ferrovie dello Stato (FS).

Après la séparation de ses parents, elle suit sa mère qui s'installe en 1976 en Afrique du Sud[6].

Elle obtient son diplôme en sciences humaines et sociales à l'université du Cap en 1984.

Elle se marie en 1995 avec le prince et producteur zulu Mweli Mzizi, avec qui elle a une fille, Chiara. Divorcée, elle se remarie en 2003 avec le manager Lance Levitas, avec qui elle a également une fille.

Carrière[modifier | modifier le code]

À l'issue de ses études universitaires, Patta travaille comme activiste politique et donne des cours d'alphabétisation dans les camps de squatters de la ville du Cap jusqu'en 1990. Elle se lance ensuite dans le journalisme, commence par travailler en freelance pour la BBC[7],[8] puis devient reporter pour Radio 702.

Elle travaille aussi pour e.tv, la première télévision free to air privée en Afrique du Sud, en 1998. Elle est correspondante principale à Johannesburg et est ensuite nommée chef d'antenne de e.tv nouvelles.

Elle effectue des reportages sur de grands sujets internationaux tels que les attentats du 11 septembre 2001 ou la mort de la princesse Diana et réalise des interviews de nombreuses personnalités remarquables, comme Shimon Peres, Oprah Winfrey, Nelson Mandela ou Thabo Mbeki.

Son journalisme percutant a mis en évidence le racisme en Afrique du Sud ; elle a mis en colère les blancs sud-africains conservateurs, les membres noirs de l'administration publique. La communauté juive l'a accusée d'être antisémite après la diffusion de son documentaire controversé de 2002 Palestine Is Still the Issue[9],[10],[11].

Le 7 mai 2013 e.tv et eNCA annoncent que Debora Patta a démissionné ... pour suivre d'autres intérêts en tant que free lance pour d'autres sociétés[12],[13].

En octobre 2013, elle retourne à Radio 702[14].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Anne Maggs et Debora Patta, Baby Micaela: the inside story of South Africa's most famous abduction case, Zebra Press, 1996 (ISBN 9781868700493)
  • Rory Steyn et Debora Patta, One step behind Mandela: the story of Rory Steyn, Nelson Mandela's chief bodyguard, Zebra Press, 2000 (ISBN 9781868722693)

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1992 : South African Checkers Journalist of the Year
  • 2004 : Vodacom Journalist of the Year Gauteng Region
  • 2004 : MTN 10 Most Remarkable Women in Media
  • 2007 : Simonsvlei Journalist Achiever of the Year[15]
  • 2009 : Vodacom Women in the Media[16]
  • 2010 : CEO Magazine South Africa's Most Influential Women in Business and Government[17]

En 2010 elle obtient aussi le Tricolor Globe Award attribué par l'Italian Women in the World Association[18],[19].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Profil de Debora Patta.
  2. (it) Orizio Riccardo, « Italiana la principessa zulu », Corriere della Sera,‎ 8 janvier 1996 (lire en ligne) :

    « e' nata 31 anni fa nella Rhodesia, dove papa' era emigrato come impiegato delle ferrovie e aveva fatto carriera. Poi la separazione dei genitori, il trasferimento con la madre in Sudafrica, il ritorno del padre a Roma, la cittadinanza sudafricana »

    .
  3. (it) « Premio globo tricolore », RadioEmiliaRomagna,‎ 25 septembre 2010 (consulté le 2 mars 2013) : « La giornalista investigativa più famosa in Sudafrica, di origine calabrese ma nata in Zimbabwe, Debora Patta ».
  4. Fiona McRae, « 'La vita' looks 'bella' for Debora Patta », mediaclubsouthafrica.com,‎ 12 octobre 2010 (consulté le 2 mars 2013).
  5. Sue Segar, « Interview with Debora Patta: Not all Glamour », The Witness,‎ 30 mai 2008 (lire en ligne).
  6. Italiana la principessa zulu
  7. « 2009 Vodacom Women in The Media Awards finalists announced », mediaupdate.co.za,‎ 29 mai 2009 (consulté le 5 mars 2013)
  8. « Healthcare of the Future: The Good, the Bad & the Nano? Media Round Table – 9 February 2011 Speaker Information », South African Agency for Science and Technology Advancement (consulté le 5 mars 2013) : « 1990 marked her first foray into journalism working as a production assistant for the BBC. »
  9. (en) Patta says it doesn't matta
  10. An embarrassment of riches
  11. (en) Debora Patta is no racist
  12. « 3rd Degree and Debora Patta take a break », eNCA,‎ 7 mai 2013 (consulté le 7 mai 2013)
  13. (en) Thinus Ferreira, « Debora Patta leaving e.tv; 3rd Degree abruptly ending; Debora Patta resigns to pursue freelance opportunities », TV with Thinus,‎ 7 mai 2013 (lire en ligne)
  14. « Patta is Redi’s first stand in », Cape Argus,‎ 4 octobre 2013 (lire en ligne)
  15. Shuttleworth voted 2007 achiever
  16. Media awards for SA women
  17. 2010's most influential women
  18. Premi: a Romina Arena e Debora Patta il Globo tricolore 2010 la Repubblica, 6 septembre 2010
  19. Italy recognises Debora Patta's success

Liens externes[modifier | modifier le code]