Dead Island

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dead Island
Image illustrative de l'article Dead Island

Éditeur Deep Silver
Développeur Techland

Date de sortie Sortie internationale 8 septembre 2011
Genre Action-aventure horreur
Mode de jeu Un joueur et multijoueur en ligne
Plate-forme
Ordinateur(s)
Console(s)
Média Blu-ray (PlayStation 3)
DVD (Xbox 360, Windows)
Cloud gaming (OnLive)
Contrôle Clavier / souris ou manette de jeu

Évaluation PEGI : 18
Moteur Chrome Engine 5[1]

Dead Island est un jeu vidéo d'action-aventure horreur développé par Techland et édité par Deep Silver. Le jeu est sorti le 8 septembre 2011 sur Windows, Xbox 360 et PlayStation 3 et le 3 avril 2012 sur OnLive. Il a été porté à la fin de l'année 2014 sur Linux.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Le joueur se réveille dans une chambre d'hôtel sur une île paradisiaque (Banoi) au large des côtes de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, victime d'un terrible virus transformant tous les humains en zombies. L'objectif est de rester en vie, en massacrant les zombies de l'île à l'aide des différentes armes et accessoires trouvés sur l'île. Le groupe de héros devra également aider les autres survivants, étant composé des seuls immunisés au virus.

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Logan (expert des armes de lancer) : ancienne gloire du football américain, comblé par la vie et heureux dans toutes ses entreprises, Logan a vu son égo mettre un terme abrupt à un brillant avenir. Alors qu'il disputait une course urbaine aux conséquences tragiques, Logan a non seulement tué une jeune femme, sa malheureuse passagère, mais il s'est aussi fracturé le genou, condamnant ainsi sa carrière sportive. Sa célébrité en a aussitôt pâti et il a rapidement sombré dans une existence gorgée d'amertume et de désespoir. Afin d'échapper à ses démons, il a volontiers saisi l'occasion de découvrir les beautés et merveilles de Banoï.
  • Sam B (expert des armes contondantes) : Un chanteur de rap au succès éphémère, Sam B a été sollicité par le Royal Palms Resort Hotel pour interpréter son tube « Who Do You Voodoo ? » au cours d'une fête VIP. Il a sauté sur l'occasion. Autrefois fort, fier et débordant de confiance en lui, Sam B traîne les séquelles d'un passé douteux, émaillé de drogues et d'alcool, à l'époque où il s'entourait de prétendus amis et de conseillers malavisés.
  • Xian Mei (experte des armes tranchantes) : Née en Chine, Xian Mei est employée au Royal Palm Resort. Elle a opté pour une carrière qui l'ouvrirait à de nouveaux horizons, loin de son pays natal. C'est à Banoï qu'elle a décroché son premier emploi hors de la Chine. Intelligente et sportive accomplie, elle est aussi vive d'esprit que de corps. À peine débarquée sur l'île, Xian Mei s'est vue confier profusion de tâches subalternes à l'hôtel avant d'en devenir la réceptionniste. C'était l'occasion pour elle de rencontrer les divers ressortissants étrangers qui fréquentaient l'hôtel : une source d'inspiration idéale pour elle qui rêvait de voyager de par le monde.
  • Purna (experte des armes à feu) : Purna officiait autrefois dans la police de Sydney. Sa carrière brisée après avoir abattu un pédophile que sa richesse et ses appuis auraient dérobé à la justice, Purna s'est reconvertie dans la protection rapprochée de VIP dans les recoins les plus inhospitaliers du monde. On la sollicite autant pour ses talents que pour sa beauté : les riches de ce monde ne rechignent pas à apparaître avec Purna vissée à leurs bras.
  • Ryder White : Ryder White est le boss final du jeu (il peut-être joué en achetant le DLC « Campagne Ryder »). Colonel dans l'armée, il est envoyé à Moresby pour exécuter le protocole 66 : détruire le pont menant à cette ville pour éviter que les Infectés ne s'en échappent (et condamnant ainsi les survivants de cette ville à y rester). Cependant, sa femme, Emily White, rencontre quelques problèmes à la prison, obligeant à Ryder un détour vers la prison avant de rentrer à la base.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Dead Island est un jeu de tir à la première personne, empruntant des éléments de gameplay issus du RPG : l'avatar du joueur peut monter en niveau, améliorer ses armes, les réparer ou en créer de nouvelles (chacune ayant quatre caractéristiques : dégâts/force/durabilité/maniabilité), répartir des points de compétences, etc.

Si le jeu est jouable avec un seul personnage en solo, il est possible de jouer jusqu'à quatre en réseau local ou en ligne (s'il est d'ailleurs possible de rejoindre un joueur dans sa partie s'il est au même endroit que vous, l'option inverse est possible et désactivable).

Les armes ont toutes un type (contondantes, tranchantes, à feu…) et une portée qui leur est propre ; et les dégâts sont localisés (possibilité de couper/briser un bras, une jambe ou de porter un coup fatal en décapitant l'ennemi). Le joueur devra souvent faire appel à l'esquive ou au coup de pied pour éviter ou se débarrasser des zombies, chaque mort entraînant un respawn contre une somme d'argent prélevée automatiquement (10 % de votre argent est perdu à chaque mort). Des phases de conduite en voiture complètent le jeu, ainsi que quelques QTE pour enfoncer une porte bloquée ou repousser un mort-vivant quand celui-ci vous saute dessus.

Il est également possible de ramasser et de jeter certains éléments du décor (caisse…) ou d'en faire exploser certains (bonbonne de gaz…).

Les ennemis se répartissent en différents types, plus ou moins dangereux, et certains éléments du décor peuvent être utilisés pour les éliminer plus facilement (bombonnes de gaz ou véhicules à faire exploser). L'île est vaste et se découpe en plusieurs zones aux styles variés (jungle, plage tropicale, ville fantôme ou intérieurs sombres sont de la partie).

Pour progresser dans le jeu, augmenter de niveau, récupérer de l'argent, des armes ou des plans servant à leur modification, le joueur pourra accomplir de nombreuses quêtes données par les différents personnages non-joueurs.

On peut aisément comparer Dead Island au RPG FPS Borderlands pour le gameplay général (récupération de missions, quatre personnages jouables entièrement différents, niveaux, etc.), et au beat them all Dead Rising (notamment pour les armes récupérables, modifiables et destructibles).

Développement[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Le jeu a été reçu positivement par la presse, la moyenne des notes étant fixée aux alentours de 7/10.

  • GameHope.com : 7/10
  • JeuxVideo.com : 16/20
  • GameKult.com : 5/10
  • IGN.com : 8/10
  • GameBlog.fr : 3/5
  • Console + : 15/20
  • Famitsu : 34/40
Logo modifié de Dead Island aux États-Unis. Le personnage représentant le « I » a été changé[2].

Promotion et éditions[modifier | modifier le code]

Bien que n'étant ni la suite d'un grand hit, ni produit par une grosse entreprise du marché vidéoludique, Dead Island est un jeu qui a réussi à faire parler de lui auprès des critiques et sur le web grâce à une bande-annonce de bonne facture[3]. En effet, près de 2,7 millions de personnes ont visionné cette bande annonce sur le site de partage de vidéo YouTube et sa page Facebook aurait gagné 100 000 fans en moins d'une semaine[4]. Cette nouvelle licence a fait partie des jeux les plus attendus de la fin d'année 2011[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Daniel « monk » Pelfrey, « Dead Island Coming », sur http://www.dignews.com/,‎ 17 février 2011 (consulté le 12 mars 2011).
  2. « Le logo de Dead Island censuré aux US », sur Jeuxvideo.com,‎ 22 mars 2011.
  3. a et b « Les 20 jeux les plus attendus de fin 2011 - 12e - Dead Island / PC-PS3-360 », sur Jeuxvideo.com,‎ 2 septembre 2011.
  4. « Un succès retentissant pour le trailer de Dead Island », sur Jeuxvideo.com,‎ 23 février 2011.

Liens externes[modifier | modifier le code]