De cap tà l'immortèla

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

De cap tà l'immortèla est l'une des chansons les plus célèbres du groupe béarnais Nadau, dans l'album éponyme, qui a été composée en 1978. C'est un hymne à la liberté et à l'amour de son pays qui est devenu très populaire dans toute l'Occitanie, au point de devenir une chanson traditionnelle. L'immortèla est le nom de l'edelweiss en occitan (à ne pas confondre avec "l'immortelle" en français qui est une fleur jaune qui ne sèche jamais qu'on trouve partout dans le midi).

Paroles[modifier | modifier le code]

en béarnais

De cap tà l'immortèla

Sèi un país e ua flor,
E ua flor, e ua flor,
Que l'aperam la de l'amor,
La de l'amor, la de l'amor,

refrain:
Haut, Peiròt, vam caminar, vam caminar,
De cap tà l'immortèla,
Haut, Peiròt, vam caminar, vam caminar,
Lo país vam cercar.

Au som deu malh, que i a ua lutz,
Que i a ua lutz, que i a ua lutz,
Qu'i cau guardar los uelhs dessús,
Los uelhs dessús, los uelhs dessús,

Que'ns cau traucar tot lo segàs,
Tot lo segàs, tot lo segàs,
Tà ns'arrapar, sonque las mans,
Sonque las mans, sonque las mans,

Lhèu veiram pas jamei la fin,
Jamei la fin, jamei la fin,
La libertat qu'ei lo camin,
Qu'ei lo camin, qu'ei lo camin,

Après lo malh, un aute malh,
Un aute malh, un aute malh,
Après la lutz, ua auta lutz,
Ua auta lutz, ua auta lutz…

Traduction

La tête vers l'immortelle

Je connais un pays, et une fleur,
Et une fleur, et une fleur,
On l'appelle celle de l'amour,
Celle de l'amour, celle de l'amour,

refrain:
Haut, Petit Pierre, on va marcher, on va marcher
La tête vers l'immortelle,
Haut, Petit Pierre, on va marcher, on va marcher,
On va chercher le pays.

En haut du pic, il y a une lumière,
Il y a une lumière, il y a une lumière,
Il faut y garder les yeux dessus,
Les yeux dessus, les yeux dessus,

Il faut traverser toutes les ronces,
Toutes les ronces, toutes les ronces,
Pour s'accrocher, seulement les mains,
Seulement les mains, seulement les mains,

Peut être on n'en verra jamais la fin,
Jamais la fin, jamais la fin,
La liberté, c'est le chemin,
C'est le chemin, c'est le chemin.

Après le pic, un autre pic,
Un autre pic, un autre pic,
Après la lumière, une autre lumière,
Une autre lumière, une autre lumière…