De Kift

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

De Kift est un groupe de musiciens néerlandais fondé en 1988, dans le sillage du mouvement punk, et qui a peu à peu évolué jusqu'à devenir une sorte de fanfare familiale multi-générationnelle[1] dont la musique oscille entre le punk rock, la pop, la folk et une musique festive paradoxalement assez mélancolique.

Biographie[modifier | modifier le code]

De Kift a été fondé en 1988 par le guitariste Ferry Heijne et le percussionniste Wim ter Weele, qui tous deux avaient déjà plusieurs expériences en groupe à leur actif, mais qui souhaitaient, avec ce nouveau projet, interpréter des chansons en néerlandais, et non plus en anglais comme ils le faisaient auparavant[2].

Après un premier single éponyme paru en 1988, l'album Ijverzucht (Jalousie) est enregistré en 1989, avec une formation encore classiquement rock : guitare, basse, batterie et chant, auquel s'ajoutait déjà de la trompette et du tuba[3]. Après la parution de cet album, le chanteur et parolier de De Kift, Maarten Oudshoorn, quitte le groupe. Ferry Heijne le remplace au chant, et son père, Jan (trompette), jeune retraité, rejoint la formation, dont le second album, Krankenhaus (1993) met davantage l'accent sur les instruments à vent[4].

Par la suite, le groupe s'adjoindra les services du cousin de Ferry Heijne (Pim, guitare et chant) et de, Mathijs Houwink (basse.)

En 2001, De Kift reçoit une Zilveren Harp, décernée par le fondation Buma Cultuur[5].

En 2005, le groupe réalise une compilation des albums Koper et Vlaskoorts à destination du public français : De Kift 2005 (la même opération est réalisée l'année suivante à destination du public américain.) De Kift 2005 est sorti en France sur Mon Slip, le label des Têtes Raides, et est présenté au public lors d'une soirée au théâtre des Bouffes du Nord, à Paris.

Par ailleurs, De Kift ont participé à l'album hommage à Dick Annegarn Le Grand dîner (2006), sur lequel ils interprètent le morceau La Limonade, en compagnie d'Arthur H, qui les avait invités à participer à ce projet[2].

Littérature, théâtre, cinéma, etc.[modifier | modifier le code]

C'est après que Maarten Oudshoorn ait quitté De Kift que le groupe décide de chercher l'inspiration de ses textes dans la littérature : c'est ainsi que ceux de l'album suivant, Krankenhaus (Hôpital, 1993) sont constitués de fragments de textes des écrivains Wolfgang Borchert, Erich Maria Remarque ou encore Jan Arends, arrangés par Ferry Heijne[4].

Les albums suivants conserveront cette même tonalité littéraire : Vlaskoorts (1999) met en musique des textes de Flannery O'Connor et de Nicolas Gogol notamment, tandis que 7 (2006) puise dans la poésie russe, d'Alexandre Pouchkine à Boris Ryzhy, en passant par Alexandre Blok ou encore Anna Akhmatova. Ce dernier album existe en plusieurs versions différentes, les poèmes étant traduits et chantés en néerlandais, en allemand ou en français, suivant les espaces linguistiques où l'album est distribué. L'album est adapté en film l'année suivante sous le nom de Yzeren Hond,

Outre cette inspiration littéraire très marquée, De Kift a également travaillé sur des œuvres qui se situent à mi-chemin entre le théâtre et la musique, avec l'album Gaaphonger (Fringale, 1996), qui raconte l'expédition désastreuse de Willem Barents en Nouvelle-Zemble à la fin du XVIe siècle. Cet album a été représenté dans des salles de concerts comme de théâtre, et a également fait l'objet d'une tournée spécialement destinée au jeune public.
Quant à Vier voor Vier (Quatre Heures Moins Quatre, 2003), il s'agit d'un opéra tiré d'une pièce de théâtre du dramaturge russe Daniil Harms[6].

Les membres de De Kift sont aussi apparus au cinéma, notamment en 2003 dans De Arm van Jezus (Le Bras de Jésus), un film d'André van der Hout, qui avait participé en 2000 à l'adaptation en film de Vlaskoorts (Yzeren Hond, réalisé en collaboration avec Karen Mulder et Matte Mourik.) Le groupe signe la musique et interprète la quasi-totalité des rôles de De Arm van Jezus, qui obtient plusieurs récompenses dans les festivals de cinéma néerlandais[7].

Discographie[modifier | modifier le code]

  • IJverzucht (1989)
  • Krankenhaus (1993)
  • Gaaphonger (1997)
  • Vlaskoorts (1999)
  • Koper (2001)
  • Vier Voor Vier (2003)
  • De Kift 2005 (2005)
  • 7 (2006)
  • Hoofdkaas (2008)
  • Brik (2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le chanteur est le frère du guitariste ; le bassiste est leur neveu, et le trompettiste leur père. La femme de ce dernier s'occupe de la boutique mershandising lors des tournées (cf. Interview de De Kift sur le site du webzine Froggy's Delight)
  2. a et b cf. Interview de De Kift sur le site du webzine Froggy's Delight
  3. Cf. Ijverzucht, sur le site de De Kift.
  4. a et b Cf. Krankenhaus, sur le site de De Kift.
  5. (nl) Winnaars Zilveren Harp
  6. Cf. Biographie de De Kift sur leur site officiel.
  7. Cf. Liste des prix obtenus par le film sur l'Internet Movie Database.