Dazaifu (gouvernement)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stèle commémorative du Dazai-fu dans la ville éponyme

Le Dazaifu (大宰府?) est un terme japonais qui désigne le gouvernement régional de Kyūshū du VIIIe siècle au XIIe siècle[1]. Le nom peut aussi se référer au siège du gouvernement, devenu la ville moderne de Dazaifu dans la préfecture de Fukuoka[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le gouvernement Dazaifu est établi au nord-ouest de Kyūshū à la fin du VIIe siècle[3]. La ville de Dazaifu grandit autour du siège civil et militaire du gouvernement régional[4]. Durant les VIIIe et IXe siècles, les documents citent le Dazaifu comme « la lointaine capitale »[3]. En 1268, des émissaires portant les lettres de Kubilai Khan paraissent à la cour du Dazaifu. Une succession d'envoyés se présentent avant l'invasion infructueuse de 1274[5].

Au cours de la période Muromachi, le centre politique de la région est déplacé à Hakata[4].

La ville de Dazaifu est le fief du clan Shōni et plus tard du clan Ōuchi. Pendant l'époque d'Edo, Dazaifu fait partie du domaine de Kuroda jusqu'à l'abolition du système han en 1873[4].

Usage[modifier | modifier le code]

Le terme désigne le gouvernement régional de l'île de Kyūshū mais aussi les îles voisines.

Du VIIe siècle jusqu'au XIIIe siècle, le gouverneur et vice-gouverneur du Dazaifu remplissent des fonctions civiles et militaires[6]. Les titres des vice gouverneurs sont dazai dani et dazai shoni. Parmi les dazai shoni figure Fujiwara no Hirotsugu qui commence en 740 une rébellion la même année[7].

Il existe parfois un gouverneur absent officiel (Dazai-no-sotsu). Ce titre n'est accordé qu'aux princes impériaux. Parmi ceux qui occupent ce poste se trouve Takaharu-shinnō qui devient plus tard l'empereur Go-Daigo[8].

Ville[modifier | modifier le code]

Dazaifu est le nom de l'endroit où le gouvernement central est installé de la fin de l'époque de Nara jusqu'à la période Muromachi[9]. C'est la ville qui a grandi autour du centre de gouvernement du VIIe siècle jusqu'au XIIe siècle. C'est aussi le nom de la petite ville qui a continué de croître, même après que le centre régional de gouvernement a été déplacé.

Région[modifier | modifier le code]

Dazaifu désigne la région qui inclut toutes les provinces sur l'île de Kyūshū et les autres îles proches[10].

Gouvernement[modifier | modifier le code]

Le dazaifu est le nom du gouvernement civil sur l'île de Kyūshū[11]. Comme elle grandit et se développe, un grand complexe de bureaux gouvernementaux (都府楼迹, Tofuro-ato?) est construit pour l'usage de la hiérarchie des bureaucrates. Les nombreux bâtiments sont disposés le long d'une grille symétrique[12] proche du temple bouddhiste Kanzeon-ji (観世音寺?)[13].

Le terme dazaifu est une métonymie de la position officielle à la tête du gouvernement régional. Il s'agit donc d'une métonymie pour la personne qui remplit ce rôle de direction.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adolphson, Mikael S. et al. (2007). Heian Japan, Centers and Peripheries. Honolulu : University of Hawaii Press. 10-(ISBN 082483013X)/13-(ISBN 9780824830137); OCLC 260109801
  • Bruce Batten: Foreign Threat and Domestic Reform. In: Monumenta Nipponica. Vol 41, 2, 1986, p. 199–219.
  • Bruce Batten: Cross-Border Traffic on the Kyūshū Coast 794–1086. In: Mikael Adolphson, Edward Kamens, Stacie Matsumoto (Hrsg.): Heian Japan, centers and peripheries. University of Hawai'i Press, Honolulu HI 2007, (ISBN 978-0-8248-3013-7), p. 357–383.
  • Marcus Bingenheimer: A Biographical Dictionary of the Japanese Student-Monks of the Seventh and Early Eighth Centuries. Their Travels to China and their Role in the Transmission of Buddhism (= Buddhismus-Studien 4). Iudicium-Verlag, München 2001, (ISBN 3-89129-693-2).
  • Nosongdang (d. i. Song Huigyong): Bericht des Nosongdang über seine Reise nach Japan aus dem Jahre 1420 = Nosongdang-Ilbon-haengnok (= Veröffentlichungen des Ostasien-Instituts der Ruhr-Universität, Bochum 8). Herausgegeben von Tchi-ho Pack. Harrassowitz, Wiesbaden 1973, (ISBN 3-447-01525-X) (Zugleich: Bochum, Univ., Diss.).
  • Ponsonby-Fane, Richard. (1959). The Imperial House of Japan. Kyoto: Ponsonby Memorial Society. OCLC 194887
  • Sansom, George Bailey. (1958). A History of Japan to 1334. Stanford: Stanford University Press. OCLC 256194432
  • Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du Japon (Nihon Odai Ichiran). Paris: Royal Asiatic Society, Oriental Translation Fund of Great Britain and Ireland. OCLC 5850691

Liens externes[modifier | modifier le code]

33° 30′ 52.35″ N 130° 30′ 54.52″ E / 33.5145417, 130.5151444

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Adolphson, Mikael S. et al. (2007). 'Heian Japan, Centers and Peripheries, pp. 5-6. sur Google Livres; extrait : "... le Dazaifu - quartier général du gouvernement dans le nord de Kyūshū - était un centre à part entière ... qui a gagné le surnom de « capitale de la périphérie occidentale » (saikyoku no daijō)"
  2. "Dazaifu" at Japan-guide.com; consulté le 5 mars 2013.
  3. a et b Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Dazaifu" in Japan Encyclopedia, p. 150.
  4. a, b et c "Dazifu" at GoJapan.com; consulté le 5 mars 2013.
  5. Ponsonby-Fane, Richard. (1959). The Imperial House of Japan, p. 92.
  6. Conlan, Thomas D. "The Two Paths of Writing and Warring in Medieval Japan," Taiwan Journal of East Asian Studies, Vol. 8, no 1 (Issue 15), juin 2011, pp. 91 (PDF 7 of 43).
  7. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du Japon, p. 71.
  8. Ponsonby-Fane, p. 204.
  9. Turnbull, Stephen R. (2013). The Mongol Invasions of Japan 1274 and 1281, p. 35.
  10. Sansom, George Bailey. (1958). A History of Japan to 1334, p. 443.
  11. Embry, Charles R. (2011). Voegelinian Readings of Modern Literature, p. 71; extrait : "Dazaifu, a reference to both a city in Kyūshū and the ancient headquarters of Kyūshū government."
  12. "Government Office Ruins" at Japan-guide.com; consulté le 5 mars 2013.
  13. "Kanzeonji" at Japan-guide.com; consulté le 5 mars 2013.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]