Day of the Daleks

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Day of the Daleks
Épisode de Doctor Who
Doctor Who logo 1970-1973, 1996.svg
Le logo de la série (période 1970-1973)

Titre original Day of the Daleks
Numéro d'épisode Saison 9 (1re série)
Épisode 1 (ou 60)
Code de production KKK
Réalisation Paul Bernard
Scénario Louis Marks
Production Barry Letts
Durée 4 x 24 minutes
Diffusion 1er janvier 1972 au 22 janvier 1972 sur BBC One
Personnages Docteur :
3e
Compagnons :
Jo Grant
Brigadier Lethbridge-Stewart
Chronologie
Précédent The Dæmons The Curse of Peladon Suivant
Liste des épisodes

Day of the Daleks (Le jour des Daleks) est le soixantième épisode de la première série de la série télévisée britannique de science-fiction Doctor Who. Il fut originalement diffusé en quatre parties, du 1er janvier au 22 janvier 1972. Il marque après 5 années d'absence, le retour des Daleks dans la série.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le monde est sur le point de basculer dans la troisième guerre mondiale. Alors que les agents d'UNIT tentent de sécuriser les négociations de paix, des escouades de rebelles, venus du futur, semblent vouloir tuer un ambassadeur qui possède un rôle décisif sur l'avenir du monde.

Distribution[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

Sir Reginald Styles, un diplomate britannique organise une conférence de paix afin d'empêcher la Troisième Guerre mondiale qui serait sur le point d'arriver, lorsqu'un soldat aux habits et aux armes futuristes fait irruption. Il disparaît sans avoir pu tirer. Bien que pensant être victime d'une hallucination, il laisse UNIT envoyer un de ses hommes pour enquêter sur cette histoire, le Docteur. Le Brigadier semble assez nerveux car la conférence est encadré par UNIT et la délégation chinoise semble poser problème. Pendant que Jo, le Docteur et Benton gardent le manoir de Styles, le soldat, non loin de là est intercepté par deux énormes aliens humanoïdes, les Ogrons, qui le laissent pour mort. Retrouvé par les soldats d'UNIT, il est envoyé à l'hôpital, mais son corps disparaît dans l'ambulance, sous les yeux de Benton.

Examinant les objets laissé par le soldat, le Docteur trouve une arme ultrasonique et une sorte de petite machine à voyager dans le temps. Alors qu'ils passent la nuit dans la maison de Styles, le Docteur est soudainement assaillit par trois guérilleros venus du futur, Anat, Boaz et Shura, qui le prennent pour Styles. Le Docteur manipule alors la machine à voyager dans le temps en vain, sans savoir que celle-ci envoie un signal qui sera retrouvé dans le futur par le Contrôleur, un humain tyrannique qui semble travailler pour les Daleks. Ceux-ci affirment que toute personne non autorisée utilisant la technologie de voyage dans le temps devra être exterminée.

Se rendant compte qu'ils se sont trompés, les guérilleros enferment le Docteur et Jo dans la cave. Le Docteur pense que ceux-ci viennent du futur, et accepte de collaborer avec eux pour qu'UNIT n'enquête pas autour du manoir. Néanmoins, Jo n'a pas confiance en eux et tente de détruire un de leur appareil de voyage dans le temps. Cela la transporte dans le XXIIe siècle face au Contrôleur qui l'accueille cordialement et lui demande de quelle époque et de quel lieu elle vient. Pendant ce temps là, au XXe siècle, les guérilleros sont attaqués par des Ogrons. Averti par une phrase étrange du Docteur, le Brigadier se rend sur place et tire sur les aliens. Le Docteur en profite pour poursuivre les guérilleros dans un tunnel, où après avoir croisé un Dalek, il les rejoint et se retrouve transporté par inadvertance au XXIIe siècle avec eux.

Arrivé dans le futur, le Docteur est séparé des guérilleros et se retrouve dans une sorte d'usine dans laquelle les humains sont réduits en esclavages. Dans la salle du Contrôleur les Daleks s'énervent lorsqu'ils apprennent que Jo s'est dit l'amie d'un homme appelé "Le Docteur." Celui-ci est d'ailleurs bientôt capturé par les hommes du Contrôleur et est ramené vers Jo. Un des hommes du Contrôleur, qui se révèle être un agent de la guérilla, décide de libérer le Docteur, mais l'évasion tourne cours et le Docteur se retrouve sanglé sur une table et examiné par des Daleks qui reconnaissent chez lui, le même homme qui les a vaincu par le passé.

Le Contrôleur parvient toutefois à libérer le Docteur en expliquant aux Daleks que celui-ci peut leur révéler des informations sur la guérilla. Il lui apprend que la conférence de paix ayant échouée, la fin du XXe siècle a été une période sanglante où les différentes guerres ont tué les 7/8e de la population. C'est à cette période de chaos que les Daleks sont apparus et le Contrôleur ne fait que collaborer, ce que lui et sa famille font depuis plusieurs générations. La base du Contrôleur est attaqué par la guérilla qui libère le Docteur, qui accepte de les suivre à condition que la vie du Contrôleur soit épargnée.

En discutant avec les guérilleros, le Docteur s'aperçoit qu'ils ont eux-mêmes créé le paradoxe temporel qui allait les mener à la guerre : en laissant Shura faire exploser la maison de Style pour l'abattre, ils tueront la plupart des diplomates mondiaux, plongeant le monde dans une guerre sans précédant. Le Docteur et Jo sont ramenés dans le temps à l'époque de la conférence et le Docteur tente de faire évacuer le bâtiment au plus vite avant que la bombe n'explose. L'arrivée de Daleks, venu faire échouer la conférence par eux-mêmes amènera pourtant Shura à se sacrifier lui-même, faisant exploser le bâtiment.

Le Docteur quitte Styles en lui demandant à ce que la conférence de paix soit un succès.

Continuité[modifier | modifier le code]

  • 5 ans après « The Evil of the Daleks », ceux-ci réapparaissent dans la série. Une ligne de dialogue devait expliquer que ceux-ci ont survécu après la guerre civile opposant les Daleks « humanisés » aux Daleks, mais elle fut enlevée lors du montage. Le Docteur fait d'ailleurs remarquer qu'il a cru avoir détruit les Daleks par le passé.
  • C'est la première apparition en couleurs des Daleks dans la série, dans des tonalités moins voyantes que les Daleks des films Dr. Who et les Daleks.
  • C'est la seconde fois qu'UNIT est chargé de surveiller au bon déroulement d'une conférence de paix après The Mind of Evil.
  • Le Docteur parle de l'effet Blinovitch, une règle inventé pour la série qui explique que dans un voyage dans le temps, un voyageur ne peut revenir sur son propre passé.
  • Le Dalekenium est évoqué comme étant la seule substance capable de toucher les Daleks. Dans The Dalek Invasion of Earth, ce mot nommait le revêtement de leurs armures.
  • Chose rare, on voit le Docteur tirer un coup de pistolet pour éliminer un Ogron.
  • Lorsque les Daleks scannent le Docteur pour savoir s'il s'agit bien du même personnage que celui qu'ils connaissent on peut apercevoir le visage du premier et du second Docteur.

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

L'idée originale de cet épisode est né d'une proposition du scénariste Louis Marks qui n'avait pas travaillé pour la série depuis « Planet of Giants » en 1964. En 1970, il approche les producteurs de la série avec l'idée d'une guérilla de rebelles du futur, venus sur Terre afin d'empêcher l'avènement d'une dictature dans le futur. Il propose au script-éditor Terrance Dicks, une version où le Docteur voit non seulement les rebelles mais où le Docteur est amené dans le futur auquel ils cherchent à échapper. Il s'inspire du détournement d'un avion en septembre 1970 par le front de libération de la Palestine pour donner le nom de ses personnages. Le 22 janvier 1971, l'épisode est accepté sous le nom de "The Ghost Hunters" (Les chasseurs de Fantômes) mais Louis Marks est occupé par une autre série de la BBC, nommée "The Trial" et l'épisode est repoussé sous le code KKK afin de devenir le premier de la neuvième saison.

À la même époque, un des dirigeant de la BBC, Director Huw Wheldon, insiste auprès de Terrance Dicks et du producteur Barry Letts afin que les Daleks reviennent dans la série. Letts est réticent depuis des années à faire revenir ces ennemis bien trop symbolique de l'ancienne époque et Terry Nation, le créateur des Daleks est contractuellement occupé par la série Amicalement vôtre pour pouvoir scénariser un épisode de Doctor Who. Toutefois, il donne sa permission le 22 avril 1971 pour que les Daleks puissent revenir dans Doctor Who. Ils se tournent alors vers un nouveau scénariste, Robert Sloman, et lui commandent le 25 mai 1971 un épisode en six parties nommé “The Daleks In London” (Les Daleks à Londres) et prévu pour la fin de la saison 9. Prenant conscience que la nouvelle saison manque d'un événement accrocheur en début de saison, Dicks et Letts décident de changer le scénario de Louis Marks afin d'y introduire des Daleks. De plus, l'idée originale de Sloman ressemblait bien trop à « The Dalek Invasion of Earth. »

Au début du mois de juin, le script prend le nom de “Years Of Doom” (les années maudites) puis de “The Time Warriors” (les guerriers du temps.)[1] Afin d'empêcher l'idée que les guerriers pourraient indéfiniment changer le cours du temps afin de tuer Styles, la scène où le Docteur et Jo croisent leurs doubles futurs ainsi que la mention de l'effet Blinovitch sont introduites afin de donner des limitations aux voyages dans le temps. À la mi juillet, l'épisode trouve son titre de "The Day of Daleks." À l'origine, les ogrons devaient être des créature mi-homme mi-chien grognant en anglais, mais une forme simiesque fut jugée plus faisable par le réalisateur Paul Bernard.

Pré-production[modifier | modifier le code]

Seul trois carapaces des Daleks originaux étaient restés en entier dans les studios de la BBC au moment de la production de l'épisode. Ils furent repeints en deux couleurs différentes qui servirent à la production des nouveaux Daleks : Les premiers sont en gris et noirs tandis que les seconds sont de couleurs dorées.

Casting[modifier | modifier le code]

Scott Fredericks jouera le rôle de Max Stael dans « Image of the Fendahl. »

Tournage[modifier | modifier le code]

Le réalisateur de cet épisode fut Paul Bernard, un nouveau réalisateur pour la série qui avait déjà travaillé entre autres pour les séries Chapeau melon et bottes de cuir et Z-Cars. Le tournage commence le 7 septembre 1971 au Centre télévisuel de la BBC par les tournages sur fond de couleurs, Bernard tentant de filmer sur fond jaune, vert ou violet afin de changer du fond bleu. Le tournage des plans en extérieur débuta le 13 septembre à la Dropmore House de Taplow dans le Buckinghamshire utilisée pour les plans extérieurs du manoir de Styles, puis du 14 au 16 au Bull Bridge de Hayes dans le Middlesex simulant l'entrée du tunnel des guérilleros[2].

Le tournage en studio débuta les 4 et 5 octobre 1971 au studio 4 du Centre télévisuel de la BBC par le tournage de la première partie et d'une partie de la seconde. Il se poursuivit deux semaines plus tard par le tournage des parties 2 et 3. Au début de la quatrième partie, le visage de William Hartnell et de Patrick Troughton peut être visible lorsque les Daleks scannent le Docteur. Ces photos sont tirées respectivement de « An Unearthly Child » de « The Faceless Ones » et de « The Invasion. » L'épisode devait inclure une apparition finale du Docteur et de Jo croisant leurs alter-ego du passé, mais peu satisfait du résultat, Paul Bernard coupa ce passage, ce qui laisse les raisons de cette rencontre sans conclusion[3].

Diffusion et Réception[modifier | modifier le code]

Épisode Date de diffusion Durée Téléspectateurs
en millions
Archives
Épisode 1 1er janvier 1972 23:36 9,8 Bandes PAL
Épisode 2 8 janvier 1972 23:52 10,4 Bande PAL
Épisode 3 15 janvier 1972 24:18 9,1 Bande PAL
Épisode 4 22 janvier 1972 24:17 9,1 Bande PAL
Diffusé en quatre parties du 1er janvier au 22 janvier 1972, l'épisode dépassa pour la première fois la barre des 10 millions de téléspectateurs depuis 6 ans[4],[1].

L'autorisation de refaire des histoires de Daleks étant devenu possible pour les récits de Doctor Who, le comic-book de Doctor Who, publié toute les semaines dans le magazine Countdown (qui deviendra "Tv Action + Countdown") fera revenir les Daleks pour une histoire en plusieurs parties s'étalant jusqu'au mois d'avril [5].

Jon Pertwee et Katy Manning, expliqueront en interview que cet épisode constitue le point le plus bas de leur expérience sur la série, notamment l'attaque finale des Daleks considérée comme bâclée et peu crédible. Malgré un pic d'audience, l'épisode recevra un accueil assez mitigé de la part des téléspectateurs[6].

Paul Cornell, Martin Day, et Keith Topping écriront en 1995 dans le livre "Doctor Who : The Discontinuity Guide" que l'intrigue est basé sur "une idée intelligente (mais peu originale) qui est gâchée par l'insertion inutile des Daleks. C'est la première apparition de complexités temporelles dans la série vers un futur possible si les politiciens continue à agir comme des imbéciles[7]. En 2009, Patrick Mulkern de Radio Times estimera que si l'épisode n'utilise pas correctement les Daleks, les Ogrons, Pertwee et les cliffhangers sont des points positifs. Il estime que cet épisode à "mieux passé l'épreuve du temps que ses contemporains." [8] Sur le site DVD Talsk John Sinnott donnera à Day of the Daleks la note de 4/5 décrivant que cet épisode "à tout pour lui" notamment un scénario de voyage dans le temps qui rafraichit l'approche traditionnelle de la science fiction[9]. Ian Berriman de SFX magazine donnera aussi la note de 4 sur 5, décrivant l'épisode comme "un concept fascinant, sur l'action et d'aventures." Selon lui, les seules faiblesses de l'épisodes ne concernent seulement "sur un plan technique" les Daleks et la bataille finale[10].

Novélisation[modifier | modifier le code]

L'épisode fut novélisé sous le titre Doctor Who and the Day of Daleks par Terrance Dicks et publiée en avril 1974 sous le numéro 18 de la collection Doctor Who des éditions Target Book. La scène finale où le Docteur et Jo croisent leur doubles du passé fut réinséré par l'auteur. Ce roman fut traduit en allemand, en turc, en japonais en polonais et en portugais. Une version Brésilienne, différente de la version portugaise fut sortie sous le nom de "Doutor Who e a Mudança da História" (Doctor Who et le changement de l'Histoire.)

Éditions VHS, Laserdisc et DVD[modifier | modifier le code]

L'épisode n'a jamais été édité en français, mais a connu plusieurs éditions au Royaume-Uni et aux États-Unis.

  • L'épisode est sorti en VHS et Betamax en 1986 dans un coffret nommé "The Day of the Daleks" et diffusé aux États-Unis et au Canada. Cette version fut réédité en 1994.
  • En 1992, l'épisode fut édité sous format Laserdisc aux États-Unis et en 1996 en Angleterre.
  • Le 12 septembre 2011, l'épisode eu le droit à une sortie en DVD. Le DVD contient la version originale ainsi qu'une version "spéciale" avec des nouveaux effets spéciaux, des plans rajoutés et les voix des Daleks par Nicholas Briggs, le nouveau doubleur des Daleks depuis le retour de la série en 2005. En bonus, celui-ci offre des commentaires audios par Anna Barry, Jimmy Winston, Barry Letts, Terrance Dicks et Mike Catherwood, ainsi que des documentaires sur la création de l'épisode et le rôle d'UNIT dans la série.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Shannon Sullivan, « Day of the Daleks », A Brief History of Time Travel,‎ 17 mai 2005 (consulté le 20 décembre 2006)
  2. (en) « Day of the Daleks - Story Locations », Doctor Who The Location Guide (consulté le 30 juillet 2013)
  3. (en) David J. Howe et Stephen James Walker, Doctor Who: The Television Companion, London, BBC Worldwide,‎ 1998 (ISBN 0-563-40588-0), « Day of the Daleks: Things to watch out for... », p. 218
  4. (en) « Day of the Daleks », Doctor Who Reference Guide (consulté le 31 août 2008)
  5. (en) « In The Comics - The Third Doctor - Planet of the Daleks », Altered Vistas (consulté le 15 août 2013)
  6. Day of the Dalek - in details - BBC
  7. (en) Paul Cornell, Martin Day et Keith Topping, The Discontinuity Guide, London, Virgin Books,‎ 1995 (ISBN 0-426-20442-5), « Day of Daleks »
  8. Patrick Mulkern, « Doctor Who: Day of the Daleks »,‎ 21 novembre 2009 (consulté le 17 mars 2013)
  9. John Sinnott, « Doctor Who: Day of the Daleks », DVD Talk,‎ 2 décembre 2011 (consulté le 17 mars 2013)
  10. Ian Berriman, « Doctor Who: Day of the Daleks - DVD Review », SFX,‎ 9 septembre 2011 (consulté le 17 mars 2013)