David Smiley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

David Smiley (né David de Crespigny Smiley le et mort le ) était un militaire britannique membre du Special Operations Executive puis du MI6. Colonel honoraire, il a écrit plusieurs ouvrages sur ses expériences comme agent opérationnel pendant la Seconde Guerre mondiale puis au cours de la guerre froide.

Le Major D.Smiley, SOE en Albanie 1943-1944

Biographie[modifier | modifier le code]

Le colonel David Smiley né en 1916, est le fils d’un officier de cavalerie, le chef d’escadrons Sir John Smiley (1876-1930, 2ème Baronet Smiley en 1909.

Son grand-père Hugh Houston Smiley (1874-1909) a été fait Baronet Smiley de Drumalis et Gallowhill (Ulster)[1] le 13 octobre 1903. La famille Smiley, originaire du comté de Lanarkshire, au sud de l’Ecosse, est arrivée en Irlande du Nord au XVIIe siècle et s’est installée à Larne, comté d’Antrim, en 1720.

Les ancêtres de sa mère, les Champion de Crespigny[2], sont des huguenots installés près de Vierville-sur-Mer, en Normandie, qui quittèrent la France du fait des persécutions religieuses qui suivirent la révocation de l'Édit de Nantes en 1685.

À sa sortie de l'Académie royale militaire de Sandhurst (Royal Military College), il est nommé, le , sous-lieutenant (Cornet) au régiment des Royal Horse Guards (les "Blues") de la cavalerie de la Garde du Roi (Household Division)[3].

La Guerre[modifier | modifier le code]

Lieutenant le 27 août 1939, il rejoint la Palestine en 1940 avec le 1er Régiment de cavalerie de la Garde (1st Household Cavalry Regiment). Au début de l'année 1941, capitaine à titre temporaire, il intègre le Commando n° 52 du Moyen-Orient (52 Middle East Commando) de la future Layforce et se bat en Abyssinie contre les Italiens.

Après la dissolution de son unité, au printemps 1941, il retrouve le 1er Régiment de cavalerie de la Garde et participe à la guerre anglo-irakienne, à la campagne de Syrie puis à l'invasion anglo-soviétique de l'Iran avec la 1ère Brigade de cavalerie du général James J. Kingstone et la Légion arabe de Glubb Pacha. En février 1942, son régiment, intégré à la VIIIe Armée du général Montgomery, combat les Italiens et les Allemands dans le désert de Libye.

Début 1943, il est recruté par le service britannique des opérations spéciales, le Special Operations Executive, suit une formation à l'école d'entrainement spécial du SOE en Palestine et est breveté parachutiste à Kabrit, Égypte, au camp des SAS.

Il est parachuté en Grèce au printemps 1943 puis en Albanie en avril 1944 - chef d’escadron à titre temporaire - en compagnie du lieutenant-colonel Neil McLean et du capitaine Julian Amery, pour encadrer les maquis de résistance à l'occupant italien et allemand (mission Consensus 11). Les "Mousquetaires" du SOE (The Muskeeters)[4] assurent notamment l'instruction militaire de la Première brigade de partisans de Enver Hoxha, qui conduit la reconquête du pays par le Nord en 1944[5]. Il est nommé capitaine le .

Affecté par la suite à la Force 136 du SOE avec rang de lieutenant-colonel, il est parachuté en Thaïlande le , à la fin de l'occupation japonaise[6]. Il participe à la libération de camps de prisonniers[7] puis avec les Français, lutte contre les maquisards du Việt Minh de Ho Chi Minh, alors aidés par les agents américains de l'Office of Strategic Services du colonel Aaron Bank qui veulent libérer l'Asie de la domination coloniale française, britannique et hollandaise principalement.

L'après-guerre[modifier | modifier le code]

Il rentre en Angleterre au début 1946 et suit les cours de l’École de Guerre (Staff College) de Camberley. Diplômé, il est affecté à l'ambassade de Grande-Bretagne à Varsovie comme attaché militaire et agent de la station du MI6 (service de renseignement militaire), mais il est expulsé de Pologne pour espionnage lors des élections de janvier 1947. Nommé chef d’escadron le 27 août 1949, il est détaché auprès du MI6 pour assurer à Malte la formation militaire des agents albanais (les Pixies ou Lutins) devant être infiltrés dans leur pays. Ces opérations de déstabilisation, dit projet Valuable, sont dénoncées aux Soviétiques par la fameuse taupe du KGB, Kim Philby. Il rejoint en 1950 en Allemagne son régiment des Blues comme commandant en second.

Promu lieutenant-colonel le 15 décembre 1951, il est chef de corps des Blues jusqu'en décembre 1954[8] et commande l’escorte royale lors du couronnement[9] de la reine Elizabeth II, le 2 juin 1953[10]. D’avril 1955 à 1958, il est attaché militaire à Stockholm, en Suède. De 1958 à 1961, il est détaché comme commandant en chef des troupes terrestres du sultan d’Oman et de Mascate[11] et organise la campagne du djebel Akhdar en 1959[12].

Après ce séjour il est pressenti, avec le grade de général de brigade, pour le commandement général des trois régiments du Special Air Service, mais il choisit de quitter l’armée en juillet 1961, avec le grade de colonel honoraire.

De 1963 à 1967, il est conseiller militaire de l’imam du Yémen[13]et, à partir de 1964, commande l’ensemble des mercenaires, comprenant des anciens SAS, des belges et des Français, dont Bob Denard et Roger Faulques, qui se battent avec les forces royalistes contre les troupes d'occupation égyptiennes[14].

Le colonel Smiley appartient du 28 janvier 1966[15] au [16] à la Her Majesty's Body Guard of the Honourable Corps of Gentlemen-at-Arms, la Garde rapprochée du souverain britannique.

En 1991 et 1992, il est sollicité par le Parti démocratique albanais de Sali Berisha pour une mission d'audit portant sur une réforme des forces armées albanaises.

David Smiley, décédé le vendredi 9 janvier 2009 à 92 ans, vivait à Londres avec sa femme Moyra[17], décédée le 4 février 2011 dans sa quatre-vingt onzième année.

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant de l’Ordre royal de Victoria (LVO) le [18]
  • Officier de l'Ordre de l'Empire britannique (OBE) le pour bravoure et services distingués en Asie du Sud-Est dans le cadre des opérations spéciales[19]
  • Croix militaire avec barrette (MC) le [20] puis le [21] pour bravoure et services distingués sur le champ de bataille au cours de ses missions en Albanie.
  • Le colonel Smiley arbore une palme (oak leaf) sur le ruban car il a reçu une citation (Mentioned in Despatch) le [22] pour services distingués, au Moyen-Orient, entre février et juillet 1941.
  • Il a également reçu, en novembre 1945 des mains du général Leclerc, la Croix de guerre 1939-1945 avec palme pour sa collaboration avec les agents français de la Force 136, qui luttaient au Nord-Laos contre les premiers maquis Viêt-minh. Le port de cette décoration lui a été refusé par le ministère des Affaires étrangères, la date de la citation étant postérieure au , date officielle de la fin du deuxième conflit mondial pour les Britanniques.
  • Il est aussi Chevalier commandeur de l’ordre du glaive (Suède), Grand cordon de l’Ordre de Skanderberg (Albanie) et titulaire de l’Ordre de la Liberté de Première classe (Albanie) ainsi que de la médaille omanaise du djebel Akhdar.

David Smiley est photographié en grand uniforme de Gentilhomme de la Garde rapprochée de la Reine avec toutes ses décorations dans "Au cœur de l'action clandestine. Des Commandos au MI6".

Publications[modifier | modifier le code]

  • (en) Irregular regular, 1994, éditions Michael Russell (ISBN 0-85955-202-0)
    Traduit en français par Thierry Le Breton en 2008 sous le titre Au cœur de l'action clandestine. Des commandos au MI6 (L'Esprit du Livre Editions). Avec cahier de photographies extraites de Albanian Assignment et Arabian Assignment (ISBN
  • (en) Arabian Assignment, éditions Cooper,‎ 1975 (réimpr. 1984), écrit en collaboration avec Peter Kemp. Avec cahier de photographies.
  • (en) Albanian Assignment, avec une préface de Patrick Leigh Fermor, Editions Chatto & Windus, 1984. Avec cahier de photographies.
  • (en) Colonel Dayrell Oakley-Hill, An Englishman in Albania, Londres, The Centre for Albanian Studies - Learning Design Limited,‎ 2002
    préface par David Smiley.Avec cahier de photographies.
  • (en) Ismail Kadare, General of the Dead Army [« Le général de l’armée morte »]
    préface de la traduction en anglais du roman par David Smiley

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de la famille Smiley
  2. L'ancien manoir de Crespigny
  3. London Gazette du 27 août 1936
  4. L'Albanie dans la Seconde guerre mondiale par Julian Amery
  5. Photographies des missions de D. Smiley sur le site de la BBC
  6. Il est gravement brûlé par l'explosion de son poste émetteur. Site BBC sur le SOE
  7. Lire Julie Summers The Colonel of Tamarkan. Philip Toosey and the Bridge on the River Kwai, Simon & Schuster, Londres, 2005.
  8. Liste des chefs de corps
  9. Interview de D. Smiley, journal Royal Insight
  10. London Gazette du 17 novembre 1953, page 8
  11. Photographie du colonel Smiley en uniforme de général des forces omanaises
  12. Détail des opérations avec photographies de l’assaut du djebel Akhdar
  13. Article en anglais de D. Smiley publié en 2003 dans la revue de la British-Yemeni Society
  14. Article en anglais retraçant son activité au Yémen, mis en ligne en 2009 dans la revue de la British-Yemeni Society
  15. London Gazette du 28 janvier 1966
  16. London Gazette du 26 mars 1968
  17. Née Moyra Eileen Montagu-Douglas-Scott, enfant du fils cadet du 6e Duc de Buccleuch, lieutenant du corps des FANY du Kenya (Women’s Territorial Service (East Africa) elle fut responsable du service du Chiffre au Quartier général d'Afrique de l'Est, au Kenya, pendant la Deuxième Guerre mondiale et par ailleurs agent du MI6 en 1949 à Malte
  18. London Gazette du 18 mars 1952
  19. London Gazette du 5 novembre 1946
  20. London Gazette du 21 mars 1944
  21. London Gazette du 14 novembre 1944
  22. London Gazette du 26 décembre 1941

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Leroy Thompson et Ken MacSwan, Uniforms of the soldiers of fortune, Blandford Press, Poole, 1985. Ouvrage sur les mercenaires où le colonel Smiley est représenté en uniforme de maquisard au Yémen. Une fiche signalétique retrace brièvement sa carrière.
  • Jean Le Morillon, Un breton en Indochine. Mission "Oiseau mouche", Cheminements, Collection Gens d’Ici, 2000 (ISBN 2-84478-106-3). Jean Le Morillon, officier du BCRA, de la Force 136 puis de la DGSE, a collaboré avec le D. Smiley pendant sa mission en Thaïlande en 1945.
  • John Prados, Guerres secrètes de la CIA, Éditions du Toucan, 2008. Le chapitre 4 est consacré au projet Valuable (Albanie, 1949). David Smiley, Julian Amery et Billy McLean sont cités. D. Smiley est présenté par erreur comme un officier des SAS.
  • Nicholas Bethell, La grande trahison, Flammarion, 1985. Le projet Valuable et le rôle de Kim Philby.
  • Jean-Jacques Cécile, Les SAS. Commandos secrets de sa Majesté, Histoire et Collections, 1997. Ouvrage consacré au SAS. Dans le chapitre 5, l’auteur développe les opérations à Oman en 1959 et au Yémen en 1963. D. Smiley est cité page 159.
  • Roger Faligot, Les services spéciaux de sa Majesté, Messidor/Temps Actuels, 1982. Dans le chapître 5, l’auteur traite de la politique britannique dans la zone des Balkans (Grèce, Albanie, Yougoslavie) pendant la Deuxième Guerre mondiale et des tentatives de déstabilisation de l’Albanie en 1949. Dans le chapitre 3, il aborde l’intervention des Britanniques à Oman et Mascate en 1958-59. D. Smiley est présenté par erreur comme un officier des SAS.
  • (en) Campagne d'Oman détaillée dans un rapport à l'Ecole de guerre du corps des US Marines
  • Pierre Lunel, Bob Denard, le roi de fortune, Édition n°1, 1991. Le rôle essentiel des Britanniques - et du MI6 - lors de l'intervention au Yémen est occulté. D. Smiley n’est cité qu’une seule fois, page 244.
  • (en) Bernd J. Fischer Albania at War, 1939-1945, West Lafayette, Purdue University Press, 1999. L'Albanie dans la guerre. Extraits en ligne
  • (en) Roderick Bailey, The Wildest Province: SOE in the Land of the Eagle, Jonathan Cape Ltd, 2008, (ISBN 9780224079167)
  • (en) Lord Julian Amery, Sons of the Eagle. A Study in Guerilla War, Macmillan & C° Ltd, Londres, 1948. Le SOE en Albanie.
  • (en) Peter Kemp, No Colours or Crest, Cassell, Londres, 1958. Le SOE en Albanie.
  • (en) E. Bruce Reynolds, Thailand’s Secret War. The Free Thai, OSS, and SOE during World War II, Cambridge University Press, 2004. Ouvrage consacré aux forces spéciales britanniques et américaines en Thaïlande. D. Smiley et son équipe sont photographiés page 377. Extraits en ligne
  • (en)Stephen Dorril MI6: Inside the Covert World of Her Majesty's Secret Intelligence Service, The Free Press, New York, 2000 (ISBN 0-7432-0379-8). Toutes le opérations du MI6 sont détaillées. Le chapitre 19 est consacré à l'Albanie (projet Valuable), le chapitre 30 traite d'Oman et Mascate et le chapitre 31 du Yémen. Index en ligne. D. Smiley est cité à de nombreuses reprises
  • (en) Général Barney White-Spunner CBE (ancien chef de corps des Royal Horse Guards), Horse Guards, Macmillan, 2006 (ISBN 140505574X). Histoire détaillée du régiment des Blues. Les colonels Smiley et William H. Gerard Leigh ont largement contribué à la rédaction du chapitre consacré à la Deuxième Guerre mondiale. Smiley y apparaît photographié au volant d'un camion pendant la campagne d'Irak de 1941 (page 515) et derrière le carrosse de la reine Elisabeth II à l'occasion de son couronnement en 1953 (page 556).

Liens externes[modifier | modifier le code]