David Purley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec David Purcey.

David Purley

Date de naissance 26 janvier 1945
Lieu de naissance Drapeau : Royaume-Uni Bognor Regis, Sussex de l'Ouest, Angleterre
Date de décès 2 juillet 1985 (à 40 ans)
Lieu de décès Drapeau : Royaume-Uni Bognor Regis, Sussex de l'Ouest, Angleterre
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni britannique
Années d'activité 1973-1974, 1977
Qualité Pilote automobile
Équipe LEC
Token Racing-Team Harper
Nombre de courses 11 (7 départs)
Pole positions 0
Podiums 0
Victoires 0

David Purley (né le 26 janvier 1945 à Bognor Regis, Angleterre - décédé le 2 juillet 1985 à Bognor Regis) était un pilote automobile britannique. As de la Formule 3 mais auteur d'une modeste carrière en Formule 1 (seulement 7 GP), il s'est surtout rendu célèbre pour avoir tenté de porter secours à son compatriote Roger Williamson lors du GP des Pays-Bas 1973.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille qui a fait fortune dans la fabrication de réfrigérateurs (la LEC Refrigeration), David Purley bénéficie d'une aisance financière qui lui permet de débuter en sport automobile à la fin des années 1960 (sur AC Cobra puis sur Chevron). En 1970, il débute en monoplace en championnat britannique de Formule 3 sur une Brabham au sein de l'écurie LEC Refrigeration Racing. Il décroche son premier succès au GP des Frontières à Chimay en Belgique, devant James Hunt. En 1971, il achète une Ensign au volant de laquelle il s'impose à Lyden puis à Brands Hatch et à nouveau au GP des Frontières. En 1972, il court à la fois en F3 et en Formule 2. En F2, il décroche comme meilleur résultat un podium à Pau derrière Peter Gethin et Patrick Depailler tandis qu'en F3, il remporte pour la troisième fois consécutive le GP des Frontières.

En 1973, après trois années passées principalement en Formule 3, il s'engage en Formule Atlantique et accède dans le même temps à la Formule 1 au volant d'une March Engineering privée sponsorisée par LEC. Purley a toutefois déjà modestement pris le volant d'une F1 en 1972 : en effet, il est recruté par l'écurie Connew Racing Team de Peter Connew pour piloter la PC1 au John Player Challenge Trophy, course hors-championnat. Purley, déjà sensible aux conditions de sécurité lors des GP, insiste pour avoir un coupe-circuit sur le volant. Ses mécaniciens bricolent alors un système à la hâte, à l'aide d'un simple câble électrique enroulé autour du volant. La voiture ne termine pas le warm-up à cause de la rupture du câble...

Il dispute son premier Grand Prix à Monaco (abandon), puis, après une non-qualification en Grande-Bretagne, participe au GP des Pays-Bas, qui fera sa célébrité. Qualifié en fond de grille, il pourchasse en début de course la March de son compatriote Roger Williamson, lorsque ce dernier est victime dans une portion rapide d'une défaillance mécanique (crevaison ou bris de suspension), qui l'envoie contre le rail. Le choc est tel que la March se retourne et est renvoyée sur la piste, où elle commence à s'embraser. Immédiatement, Purley s'arrête sur le côté opposé de la piste et part porter secours à Williamson, encore conscient, mais incapable d'évacuer par ses propres moyens sa monoplace retournée. Purley tente de remettre la voiture de Williamson sur ses roues, sans succès. Il essaye ensuite d'éteindre l'incendie avec l'aide d'un petit extincteur pris des mains d'un commissaire de piste qui s'était approché, sans plus de réussite. Ce n'est que dans un second temps qu'une équipe de secouristes intervient et parvient à éteindre le feu, mais trop tard pour sauver la vie de Williamson, mort asphyxié. La saison 1973 correspondant au début de la généralisation des retransmissions en direct des GP de F1, les images de Purley tentant vainement de secourir Williamson feront le tour du monde et marqueront profondément les esprits. La George Medal lui sera accordée peu de temps après par les autorités britanniques en récompense de son attitude exemplaire.

En 1974, Purley retourne dans la discipline inférieure au sein de l'écurie de Peter Harper où il obtient des résultats honnêtes en décrochant trois secondes places. Il dispute également le Grand Prix de Macao de Formule 3 et décroche le premier accessit. Pour remercier son pilote, Peter Harper loue une Token Racing RJ02 et l'engage au GP de Grande-Bretagne de F1 mais David ne parvient pas à la qualifier.

En 1975, Purley s'engage en championnat britannique de Formule 5000 sur Chevron-Ford. Il signe deux victoires en 1975 puis six en 1976 ce qui lui permet de décrocher le titre.

En 1977, il retourne en Formule 1 en tant que patron-pilote de la nouvelle écurie LEC, au volant d'une voiture (LEC CRP1, du nom de son fidèle bailleur de fonds) conçue par l'ingénieur Mike Pilbeam (ex-BRM). Purley s'engage aux GP d'Espagne puis de Monaco mais ne les dispute pas car la monoplace n'est pas finalisée. La première course de Purley sur la CRP1 est la Race of Champions, hors-championnat, course prometteuse puisque Purley termine 6e. La CRP1 débute en championnat du monde au GP de Belgique où Purley se qualifie à une très honnête 20e place. Grâce à une voiture rustique mais fiable et bien construite, il parvient à grimper jusqu'à la troisième place en course, avant de rétrograder suite à un problème lors d'un ravitaillement. Il reçoit tout de même le drapeau à damiers en 13e position. Purley se qualifie pour les deux GP suivants, en Suède puis en France (respectivement en 19e et 21e place). S'il termine 14e en Suède, le GP de France disputé à Prenois sera beaucoup plus rude pour la jeune écurie : Purley, privé de freins, perd le contrôle de sa monoplace et la détruit complètement. Le budget limité de l'équipe est quasiment englouti pour réparer le châssis afin de pouvoir disputer le GP de Grande Bretagne à venir.

Mais l'aventure se termine par un grave accident lors des essais préqualificatifs du GP de Grande-Bretagne où la CRP1 à peine reconstruite connait un problème d'accélérateur : Purley ne parvient pas à décélérer, quitte la piste et subit un crash monstrueux (une décélération de 179,8 g en passant de 173 km/h à 0 km/h sur seulement 66 cm). Il est d'ailleurs le seul homme au monde avoir survécu à une telle décélération et à ce titre figure dans le Livre Guinness des records. Cet accident lui cause de multiples fractures aux jambes, à la ceinture pelvienne et un grave traumatisme crânien : Purley doit observer une convalescence de plusieurs mois.

Il retourne brièvement à la compétition en 1979 sur Porsche dans des petites épreuves locales (pour tester ses capacités à reprendre la compétition) puis en championnat Aurora FX (championnat britannique de Formule 1) où son meilleur résultat est une quatrième place lors de l'épreuve de Snetterton, avant de mettre un terme définitif à sa carrière de pilote automobile.

David Purley décide alors de se reconvertir dans les compétitions d'acrobaties aériennes. Il trouve la mort le 2 juillet 1985 aux commandes de son petit avion Pitts Special en s'écrasant dans la mer près de Bognor Regis.

Résultats en championnat du monde de Formule 1[modifier | modifier le code]

Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Points inscrits Classement
1973 LEC Refrigeration Racing March 731 Cosworth V8 Goodyear 4 0 n.c.
1974 Team Harper Token RJ02 Cosworth V8 Goodyear 0 0 n.c.
1977 LEC Refrigeration Racing LEC CRP1 Cosworth V8 Goodyear 3 0 n.c.

Liens externes[modifier | modifier le code]