David Habib

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
David Habib
Fonctions
Député de la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques
En fonction depuis le 19 juin 2002
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007, 10 juin 2012
Prédécesseur André Labarrère
Maire de Mourenx
25 juin 199530 mars 2014
Prédécesseur André Cazetien
Successeur Patrice Laurent
Conseiller général du Canton de Lagor
29 mars 199215 juillet 2002
Prédécesseur Félicien Prué
Successeur Jacques Cassiau-Haurie
Biographie
Date de naissance 16 mars 1961 (53 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Parti politique PS
Diplômé de Sciences-Po Bordeaux

David Habib, né le 16 mars 1961 à Paris, est un homme politique français, membre du Parti socialiste et député des Pyrénées-Atlantiques depuis 2002.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Bordeaux, il est élu conseiller municipal de Mourenx, dans les Pyrénées-Atlantiques, en 1989 et devient adjoint au maire communiste André Cazetien. En mars 1992, il est élu conseiller général du canton de Lagor, puis en juin 1995, maire de Mourenx. Réélu conseiller général en mars 1998, il remporte de nouveau les élections municipales en mars 2001. Il est également président de la communauté de communes de Lacq.

Le 16 juin 2002, il est élu député pour la XIIe législature (2002-2007), dans la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques. Il fait partie du groupe socialiste. Le 15 juillet suivant, il démissionne de son mandat au conseil général pour se mettre en conformité avec la loi sur le cumul de mandats.

Il est réélu député en juin 2007 ainsi qu'en 2012. Il est enfin de nouveau élu maire en mars 2008.

En mars 2014, il brigue la mairie de Pau à la tête d'une liste d'union de la gauche, mais il doit s'incliner au second tour, avec 37 % des voix, face à François Bayrou qui obtient 63 %. Il est depuis conseiller municipal de la ville.

Domaine diplomatique et lobbying[modifier | modifier le code]

Il est membre du groupe d'études sur la question du Tibet de Assemblée nationale[1].

Vice-président du groupe d'amitié Israël, il est aussi l'un des rares signataires du Parti socialiste (avec Serge Blisko, Patrick Bloche, Paul Giacobbi, Danièle Hoffman-Rispal, Monique Iborra, Armand Jung, Jean-Marie Le Guen, George Pau-Langevin, Marie-Françoise Pérol-Dumont, François Pupponi, Jean-Jacques Urvoas) de la « lettre à Sarkozy » lui demandant de ne pas reconnaître un État palestinien[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Groupe d'études sur le problème du Tibet
  2. Le Journal du dimanche du 17 septembre 2011.

Sources[modifier | modifier le code]