David Berkowitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir David, Berkowitz et David Falco.
David Berkowitz
Nom de naissance David Richard Berkowitz
Surnom « Le tueur au calibre 44 » puis « Le Fils de Sam »
Naissance (60 ans)
New York (États-Unis)
Condamnation
Sentence Prison à perpétuité
Meurtres
Nombre de victimes 6
Période 1976 - 1977
Pays États-Unis
États New York
Arrestation

David Richard Berkowitz (né le à New York), aussi connu sous le surnom de « Fils de Sam » (Son of Sam), est un tueur en série américain qui a avoué le meurtre de six personnes et en a blessé plusieurs autres à New York dans les années 1970.

L'immense couverture médiatique de l'affaire a rendu célèbre Berkowitz, qui en a profité financièrement en vendant ses souvenirs au travers de biographies. En réponse, l'État de New York a adopté des lois, connues sous le nom de Son of Sam laws (en), qui prélèvent les profits que les criminels retirent de la commercialisation de leurs infractions et les reversent à un fonds destiné aux victimes, lois adoptées dans les années 1980 par 29 autres États américains[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né Richard David Falco d'une liaison adultère entre Betty Broder, femme issue d'une famille juive pauvre et de Tony Falco, italo-américain catholique, ses deux parents se séparent avant sa naissance est abandonné par ses parents. Abandonné, il est adopté par Nathan et Pearl Berkowitz, quincaillers juifs[2].

Après avoir attaqué plusieurs personnes avec un couteau, il achète en 1976 un revolver Charter Arms Bulldog calibre 44 (11 mm) et, rôdant la nuit dans sa Ford Galaxie (en) jaune, tire au hasard et à bout portant sur des couples flirtant en voiture[3]. Il continue pendant plus d'un an ses crimes en plein blackout de New York de 1977 (en), sans être inquiété par la police qui est confrontée à de nombreux témoignages contradictoires. Il fait alors les gros titres des journaux du pays. Selon des rumeurs, le parrain de la famille Bonanno Carmine Galante, dont la fille brune aux cheveux longs ressemblait aux victimes de Berkowitz, aurait mis les hommes de son organisation mafieuse à la disposition de la police pour traquer le tueur[4].

Son surnom de « Fils de Sam » lui est attribué lorsqu'on découvre une lettre où il déclare être le fils de Sam. Se sentant harcelé par les aboiements des bergers allemands de son voisinage, il déménage régulièrement pour leur échapper et déclarera lors de son arrestation que c'est Satan qui lui ordonne de tuer par l'intermédiaire du labrador noir de son voisin Sam Carr[5].

Il est arrêté par la police le suite au témoignage d'une personne qui l'a vu, non loin du lieu d'une de ses agressions, le retirer une contravention de sa voiture et s'en aller. La police, après avoir fouillé la voiture du suspect, garée devant son domicile, et découvert sur la banquette arrière une carabine Commando Mark 3 et dans la boîte à gant une lettre annonçant de nouveaux crimes, l'interpelle vers 22 heures alors qu'il s'apprête à monter dans sa voiture avec son revolver caché dans un sac en papier[6].

Décrit comme un homme sans histoires à l'époque où il commet ses crimes (il est alors un employé au tri de l'United States Postal Service, effacé et jovial), il est jugé comme sain d'esprit et est condamné à six peines de prison à vie pour meurtres le , soit 365 années de prison[7]. Incarcéré dans le centre correctionnel d'Attica, il rejoint en 1987 l'Église évangélique chrétienne « Born Again » et adopte un nouveau nom, le « fils de l'espoir » (Son of Hope). Il diffuse depuis des vidéos sur YouTube dans lesquelles il parle de sa foi, de ses regrets[8]. Depuis 2000, il participe auprès d'une association d'aide aux victimes à Houston à la lutte contre les tueurs en série qui vendent leurs objets souvenir[9].

Postérité[modifier | modifier le code]

Selon le journaliste John Hockenberry (en), bien que Berkowitz soit le seul condamné pour ces crimes, certaines autorités judiciaires considèrent qu'il y a des questions non résolues et que d'autres personnes pourraient avoir été impliquées. L'affaire Berkowitz a été réouverte en 1996 et laisse place depuis à de nombreuses théories du complot[10].

Ce fait divers a inspiré le film de Spike Lee Summer of Sam avec, entre autres, John Leguizamo et Adrien Brody. L'épisode « Jeu de hasard » ainsi que l'épisode "Le dernier mot" (ép. 9 saison 2) de la série « Esprits criminels » font référence au « Fils de Sam » à plusieurs reprises. L'artiste américain Elliott Smith sort en 2000 la chanson "Son Of Sam", 1er morceau de son album "Figure 8". Le groupe de musique électronique australien Severed Heads lui dédie en 2005 une chanson et une vidéo qui font partie de leurs tournées et de leur compilation vidéo sur DVD "Robot Peep Show". Le groupe de métal Belge Bloodshot lui dédie également un morceau sur leur premier album. Le groupe de punk américain The Dead Boys lui dédie aussi une chanson dans leur deuxième album We Have Come For Your Children en 1978.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Variations sur l'éthique, Publications Fac St Louis,‎ 1994, p. 437
  2. (en) Lawrence D. Klausner, Son of Sam : Based on the Authorized Transcription of the Tapes, Official Documents and Diaries of David Berkowitz, McGraw-Hill,‎ 1981, p. 37
  3. 29 juillet 1976 : Donna Lauria et Jody Valenti ; 23 octobre 1976 : Carl Denaro et Rosemary Keenan ; 26 novembre 1976 : Donna DeMasi et Joanne Lomino ; 30 janvier 1977 : John Diel et Christine Freund ; 8 mars 1977 : Virginia Voskerichian ; 17 avril 1977 : Alexander Esaü et Valentina Suriani  ; 26 juin 1977 : Sal Lupo et Judy Placido ; 31 juillet 1977 : Stacy Moskowitz et Robert Violante
  4. (en) Gini Graham Scott, American Murder, Greenwood Publishing Group,‎ 2007, p. 74
  5. Stéphane Bourgoin, Serial Killers : Enquête mondiale sur les tueurs en série, Grasset,‎ 2011, p. 53
  6. (en) Gini Graham Scott, American Murder, Westport,‎ 2007, p. 77
  7. (en) Thomas J. Craughwell, Busted : Mugshots and Arrest Records of the Famous and Infamous, Black Dog & Leventhal Publishers,‎ 2011, p. 53
  8. (en) A Conversation with David Berkowitz
  9. (en) Paul Brody, op. cité, p.199
  10. (en) John Hockenberry, « Did 'Son of Sam' really act alone? », sur NBC News,‎ 7 février 2004

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michaël Mention, Fils de Sam. Été 1977. Bienvenue à New York : sa jeunesse, ses discothèques, son serial killer, Ring, 2014
  • (en) Paul Brody, Son of Sam : A Biography of David Berkowitz, BookCaps Study Guides, 2013