David Bailey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bailey.
David Bailey à New York le 14 octobre 2011.

David Bailey CBE (né le 2 janvier 1938 à Leytonstone Londres) est un photographe de mode et de portrait anglais, connu entre autres pour son rôle majeur de photographe du British Vogue dans les années 1960, ainsi que pour avoir inspiré au réalisateur Michelangelo Antonioni le personnage de Thomas le photographe pour son film Blow-Up.

Biographie[modifier | modifier le code]

David Royston Bailey grandit dans l'East End[1]. Alors que rien ne l'y destinait, il découvre la photographie pendant son service militaire dans la Royal Air Force en Malaisie[2], en 1956, grâce à des images de Henri Cartier-Bresson. « J'avais le choix, âgé de seize ans. J'aurais pu être un musicien de jazz, un acteur ou un voleur de voiture. Ils disaient que je ne pouvais être photographe de mode[3] […] ». Il devient en 1959 assistant du photographe John French (en)[4] à Londres. Il est, à l'âge de vingt-deux ans, sous contrat avec le British Vogue, ainsi que, tout en restant indépendant, du Daily Express, du Sunday Times, du Daily Telegraph, de Elle, ou de Glamour[1].

David Bailey réalise au cours des années 1960 des documentaires sur Warhol ou Visconti, mais également des films publicitaires[1]. Durant l'époque du Swinging London[2] il en devient l'un des symboles[5] : figure majeure des sixties, il émerge parmi de nombreux photographes[6] dans ce qui est à l'époque la Capitale de la mode, Londres. Il photographie la contre-culture en puisant son inspiration de la Nouvelle Vague et le cinéma[1]. À l'aube de la révolution sexuelle, il change la photographie de mode[6] et propulseront le photographe et son mannequin au rang d’icône des années 1960[7] en instaurant dans celle-ci une connotation sexuelle[3],[8]. David Bailey réalise des photos avec les mannequins de l'époque, recherchant le naturel de ceux-ci[1] : Jean Shrimpton avec qui par ailleurs il aura une liaison durant quatre ans, divorçant de sa femme ; Penelope Tree (en) ; …

Il épouse Catherine Deneuve en 1965[3] à Londres. Ils se séparent en 1967[n 1] pour rejoindre Penelope Tree alors âgée de dix-sept ans[5], mais le divorce n'est prononcé qu'en 1972. Ils se remettent ensemble dans les années 1980.

Entre temps à la fin des années 1960, sa carrière de photographe de mode et publicité continue, mais il s'oriente peu à peu vers les paysages, l'architecture, les natures mortes, les nus, et le portrait[1]. Il photographie les Rolling Stones[4], puis explore ensuite le milieu Pop des années 1970 tout comme le mouvement hippie.

En 2001, il est fait CBE[4], puis en 2005, il reçoit la médaille du centenaire de la Royal Photographic Society[10]

Expositions sélectives[modifier | modifier le code]

  • 2002 : Hamiltons Gallery de Londres, Angleterre.
  • 2001 : Museum of Modern Art, The Dean Gallery, National Galleries of Scotland, Édimbourg, Écosse.
  • 2000 : City Art Museum d'Helsinki, Finlande ; Maderna Museet, Stockholm, Suède.
  • 1999 : Exposition itinérante Birth of the Cool 1957 - 1969 ; Barbican Art Gallery, Londres, Angleterre ; National Museum of Film, Photography and Television, Bradford, Angleterre.
  • 1998 : A Gallery for Fine Photography de la Nouvelle-Orleans, États-Unis.
  • 1997 : Galerie Carla Sozzani de Milan, Italie ; Camerawork Photogalerie de Berlin, Allemagne.
  • 1990 : Fahey Klein Gallery de Los Angeles, États-Unis.
  • 1989 : Hamiltons Gallery de Londres, Angleterre, nombreuses expositions ; Royal Photographic Society, Bath, Bailey Now!.
  • 1985 : Enchères Sotheby's pour le Live Aid Concert for Band Aid ; ICA, Londres, Pictures of Sudan for Band Aid ; Victoria & Albert Museum de Londres, Angleterre, Shots of Style.
  • 1984 : International Center of Photography (ICP), New York, États-Unis.
  • 1983[réf. souhaitée] : Victoria & Albert Museum de Londres, Angleterre, Rétrospective personnelle.
  • 1971 : National Portrait Gallery de Londres, Angleterre.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David Bailey, Bailey's East End, Steidl,‎ avril 2013, 724 p. (ISBN 978-3869305349)
  • (en) David Bailey, Delhi Dilemma, Steidl,‎ octobre 2010, 440 p. (ISBN 978-3865219916)
  • (en) David Bailey, Flowers, Skulls, Contacts, Steidl,‎ juin 2010, 168 p. (ISBN 978-3869301280)
  • (en) David Bailey, Pictures That Mark Can Do, Steidl,‎ juillet 2007, 168 p. (ISBN 978-3865213679)
  • David Bailey, Ny Js DB 62, Steidl Verlag,‎ mai 2007, 64 p. (ISBN 978-3865214416)[11],[12]
  • David Bailey et Desmond Morris, Bailey's Democracy, Thames & Hudson,‎ novembre 2005, 160 p. (ISBN 978-0500543153)
  • 2001, Chasing Rainbows
  • (en) David Bailey (préf. Goerges Melly), David Bailey: If We Shadows, Thames & Hudson,‎ décembre 2000 (1re éd. 1991), 216 p. (ISBN 978-0500282557)
  • 1999, Archive One
  • 1998, Models Close-up
  • (en) David Bailey et Neil Spencer (introduction), David Bailey's Rock and Roll Heroes, Bulfinch Pr,‎ mai 1997, 108 p. (ISBN 978-0821223925)
  • 1995, The Lady is a Tramp
  • 1985, Imagine
  • 1984, Nudes
  • 1983, Black & White Memories
  • 1982, London NW
  • 1980, Trouble and Strife
  • 1976, Mixed Moments
  • 1975, Papua New Guinea
  • 1974, Warhol. Beady Minces
  • 1969, Goodbye Baby & Amen
  • 1964, Box of Pin-Ups

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Deneuve fera la couverture du premier numéro de Photo en juillet/août 1967 sous l'objectif de Bailey[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Dictionnaire mondial de la Photographie, Paris, Larousse,‎ 2001, 634 p. (ISBN 2-03-750014-9, lire en ligne), « Bailey David », p. 51
  2. a et b « Bailey passe à l'est », Vogue Hommes International, Condé Nast, vol. Hors série, no 17,‎ Printemps - Été 2013, p. 132 (ISSN 0750-3628)
  3. a, b et c (en) Design Museum et Paula Reed, Fifty fashon looks that changed the 1960s, Londres, Conran Octopus,‎ 2012, 114 p. (ISBN 978 1 84091 604 1), « David Bailey - Sexing up the 60s », p. 32
  4. a, b et c (en) http://news.bbc.co.uk/2/hi/entertainment/1390510.stm
  5. a et b (en) Fred Hauptfuhrer, « The Women David Bailey Photographs Become His Lovers, and Marie Helvin Is the Latest », sur people.com, Time Inc.,‎ 26 septembre 1977 (consulté le 28 novembre 2013)
  6. a et b Cally Blackman (trad. Hélène Tordo), 100 ans de mode [« 100 years of fashion »], Paris, La Martinière,‎ avril 2013, 399 p. (ISBN 978-2-7324-5710-9, présentation en ligne), « 1960-… », p. 229
    « […] avec David Bailey, qui, avec Terence Donovan, Terry O'Neill ou Brian Duffy (en), révolutionne la photographie de mode. »
  7. (en) Nicole Lampert, « The Shrimp and David Bailey's love affair that started the Swinging Sixties », sur dailymail.co.uk, The Daily Mail,‎ 21 janvier 2013
    « But Vogue loved the pictures and the rest has gone down in fashion history; the Swinging Sixties burst into life, Bailey went on to become the most lauded photographer this country has ever known, while Shrimpton became arguably the world’s first supermodel. »
  8. (en) Raquel Laneri, « In Pictures: The Model As Muse », sur forbes.com, Forbes,‎ 14 juillet 2009 (consulté le 2 décembre 2013)
    « Rarefied couture gave way to the miniskirt and the British Invasion in 1960s, and suddenly the fashion world shifted its focus from Paris to London, with its new breed of bad boy photographers and their coltish muses. English beauty Jean Shrimpton represented the transition from the aristocratic-looking, ladylike models of the 1950s to the youthful, […] »
  9. Jean Durieux (journaliste), « Daniel Filipacchi raconte la création de Photo », Photo, no 500,‎ juin 2013, p. 41 (ISSN 0399-8568)
  10. Centenary Medal
  11. (en) « Initially Bailey ... », sur bjp-online.com, British Journal of photography,‎ 30 mai 2007 (consulté le 2 décembre 2013)
  12. (en) Robin Muir, « Two take Manhattan », The Guardian,‎ 14 mars 2007 (consulté le 2 décembre 2013)
    « "I wanted Jean," Bailey says. "She was just about everything to me then. I put everything of me into her. She was my total muse - I didn't want to look ...; at another model. »
  13. http://www.guardian.co.uk/tv-and-radio/2012/jan/26/well-take-manhattan-david-bailey
  14. http://www.dailymail.co.uk/femail/article-2088825/Well-Take-Manhattan-Jean-Shrimpton-David-Baileys-love-affair-started-Swinging-Sixties.html

Liens externes[modifier | modifier le code]