Daterie apostolique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La daterie apostolique est un ancien dicastère de l'Église catholique romaine.

Historique[modifier | modifier le code]

Avant la réorganisation de la Curie romaine décidée par Paul VI en 1967, celle-ci comprenait cinq offices, parmi lesquels seule la Secrétairerie d'État et la Chambre apostolique ont survécu. Les trois autres étaient :

L'origine de la daterie remonte au moins au XIVe siècle lorsqu'on distinguait la signature des lettres pontificales de l'apposition de la date, qui était à la charge d'une personne spécifique, le dataire (datarius).

Sous Sixte IV, les charges du dataire sont étendues et à la fin du XVe siècle, il est à la tête d'un office pour préparer et dater la concession de certaines dispenses matrimoniales, la collation de bénéfices, et l'octroie d'indults et de grâces. À partir du XVIIe siècle, l'office est dirigé par un cardinal nommé le pro-dataire.

Le pro-dataire dirige l'office avec l'aide du sous-dataire, un prélat de la curie, et une importante équipe d'officiels. Ces charges d'officiel sont remplies par des laïcs et se transmettaient en général de père en fils avec souvent des profits faits aux dépens du Saint-Siège. Léon XIII introduit des réformes dans l'organisation de la daterie en 1901, et Pie X réduit les compétences de l'office dans la constitution apostolique Sapienti consilio en 1908. L'octroi des dispenses est transféré vers la nouvelle Congrégation des sacrements, mais le cardinal reçoit le nom de dataire et reste responsable de la collation des bénéfices non-consistoriaux (non dispensés en consistoire) du pape.

Suite au concile Vatican II, Paul VI réorganise la curie et l'office est supprimé par la constitution apostolique Regimini Ecclesiae Universae le 15 août 1967.

Liste des cardinaux dataires[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]