Dat-scan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le DAT-Scan est une imagerie cérébrale fonctionnelle qui étudie le système dopaminergique qui est proposée pour différencier la démence à corps de Lewy et la maladie d'Alzheimer[1].

Indications[modifier | modifier le code]

Elle permettrait de différencier la maladie d'Alzheimer de la démence à corps de Lewy[1]. Elle pourrait être utilisée pour différencier un tremblement non Parkinsonien d'un tremblement rentrant dans le cadre d'un syndrome parkinsonien (maladie de Parkinson, atrophie multisystématisée et atrophie multisystématisée progressive)[réf. nécessaire]

Place dans la stratégie diagnostique[modifier | modifier le code]

La clinique (interrogatoire, examen physique et test psychométriques) de la maladie d'Alzheimer, de la démence à corps de Lewy, de la maladie de Parkinson, de l'atrophie multisystématisée et de l'atrophie multisystématisée progressive) est le premier argument pour distinguer ces différentes pathologies. L'imagerie structurelle (Scanner et IRM) est souvent insuffisante pour distinguer ces pathologies. Elle permet surtout d'éliminer d'autres pathologies[réf. nécessaire]. Un test thérapeutique peut être proposée dans les syndromes Parkinsoniens ou la maladie de Parkinson[réf. nécessaire]. L'imagerie fonctionnelle pourrait être utile pour distinguer ces formes. En 2007, il n'y a pas d'alternative d'examens complémentaires[1]. L'examen diagnostique le plus fiable est malheureusement peu utile, il s'agit de l'analyse anatomopathologique du cerveau après le décès (autopsie) du patient à la recherche de corps de Lewy.

Efficacité diagnostique[modifier | modifier le code]

Cette efficacité a été mesurée grâce à une étude qui mesurait les performances diagnostiques de l'analyse des images en aveugle de la clinique avec pour gold standard l'évaluation clinique de médecins ayant l'habitude du diagnostic et de la prise en charge des démences. Les valeurs de la sensibilité de DAT-scan pour le diagnostic d’une DLB probable étaient 75,0 % et 80,2 %, et celles de la spécificité entre 88,6 % à 91,4 %[réf. incomplète][2].

Principe[modifier | modifier le code]

C'est une technologie dérivée du TEMP (tomoscintigraphie d'émission monophotonique). Le DAT-scan utilise un traceur, l'ioflupane (en), qui est un analogue de la cocaïne[3] marquée à l'iode 123 fixant spécifiquement les transporteurs présynaptique de la dopamine (DAT) du striatum. Il étudie la fonction dopaminergique pré-synaptique. Dans la démence à corps de Lewy, il y a une hypofixation du traceur au niveau du striatum (zone de fixation normale pour cet examen).

Le patient doit prendre un traitement d'iode non radioactif 1 à 4 heures avant et 12 à 24 heures après l'examen afin de fixer de l'iode non radioactif sur sa thyroïde ce qui sature cette fixation et empêche la fixation de l'iode radioactif (première administration) et rentre en compétition avec l'iode radioactif qui s'est tout de même fixé (deuxième administration).

Contre-indications[modifier | modifier le code]

  • Allergie au produit
  • Femme enceinte (c'est rarement la même population…) car risque d'irradiation du fœtus.
  • Enfant ou adolescent : manque de données concernant l'efficacité et la sécurité[1]

Effets indésirables[modifier | modifier le code]

Les effets indésirables retrouvés sont[4] :

  • Augmentation de l'appétit
  • Maux de tête
  • Fourmillements
  • Pseudo-vertiges (sentiment d'étourdissement)

Coût de l'examen[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d DaTSCAN 74 MBq/ml, solution injectable, Commissiond de la transparence de la HAS, AVIS du 14 mars 2007
  2. étude PDT 301
  3. Rapport de l'EMEA [PDF]
  4. http://www.ema.europa.eu/docs/fr_FR/document_library/EPAR_-_Summary_for_the_public/human/000266/WC500035348.pdf