Darwinius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Darwinius masillae, nommé en hommage à Charles Darwin, est une espèce de primate aujourd'hui éteinte. Un fossile (nommé Ida) a été découvert en 1983 sur le site fossilifère de Messel en Allemagne, mais son étude n'a été publiée qu'en 2009, date à laquelle elle a fait l'objet d'une couverture médiatique significative.

Description[modifier | modifier le code]

Darwinius masillae vivait il y a 47 millions d'années. Il est morphologiquement proche des lémuriens actuels, avec notamment un pouce opposable aux autres doigts permettant la préhension. Son poids à l'âge adulte était situé entre 650 et 900 grammes et son régime alimentaire était celui d'un herbivore[1].

L'absence de griffes, remplacées par des ongles, fait que Darwinius masillae n'est pas un lémurien fossile mais fait partie d'un vaste groupe de primates, les adapoïdes[1].

Fossile[modifier | modifier le code]

Le fossile Ida, avec à gauche la plaque la plus complète et à droite celle restaurée où seules les parties 1 et 2 sont authentiques.

Le fossile, dont l'animal a depuis été nommé Ida, est découvert en 1983 par des collectionneurs privés qui l'ont séparé en deux pour le vendre. La première plaque représentant le côté gauche d’Ida est achetée en 1991 pour le compte du Wyoming Dinosaur Center at Thermopolis. Elle est décrite en 1994 et le résultat de cette étude démontre que certaines parties ont été restaurées pour faire apparaître le fossile plus complet qu'il ne l'était. La seconde plaque représentant le côté droit d'Ida est achetée en 2007 par le Muséum d'histoire naturelle de l'Université d'Oslo. Bien plus complète, elle donne à voir les parties qui ont été restaurées sur la première plaque[1].

Ida est une jeune femelle qui serait morte entre 9 et 10 mois et pesait environ 60 % de son poids d'adulte. Le fossile est particulièrement bien conservé : il est possible de distinguer les parties molles, jusqu'au contenu de l’estomac[1].

Couverture médiatique[modifier | modifier le code]

Au moment de sa présentation en 2009 au Muséum Senckenberg, la désignation d'Ida comme le « chaînon manquant » dans l'évolution de la lignée des primates a été particulièrement médiatisée[2]. Franzen et al. (2009) place le genre Darwinius nouvellement décrit dans le groupe « des Adapoidea, groupe des premiers primates au début de la diversification des Haplorhini » de sorte que, selon ces auteurs, le adapiformes ne seraient pas dans la lignée des Strepsirrhini comme admis jusqu'à présent, mais considéré comme un « chaînon manquant » entre Strepsirrhini et Haplorrhini[3]. Toutefois, l'analyse subséquente sur les fossiles de Darwinius par Erik Seiffert et al rejette cette hypothèse de « chaînon manquant », le classant dans les Strepsirrhini[4].

La publication de l'article le 12 mai 2009 sur PLoS One a fait l'objet d'une couverture médiatique significative, avec notamment la diffusion d'un documentaire (The Link – « Le chaînon ») sur la chaîne de télévision thématique internationale History Channel, la parution d'un livre du même nom[5] et la modification du logo de Google pour la journée du 20 mai 2009[6].

Critiques[modifier | modifier le code]

Toute cette attention médiatique, avant que la publication ait pu être évaluée, a soulevé une certaine controverse au sein de la communauté scientifique[7]. Des scientifiques, tels que l'anthropologue Elwyn Simons et le paléontologue Christopher Beard, font remarquer que la publication n'améliore en rien notre connaissance des primates tandis que d'autres mettent le doigt sur certaines faiblesses de l'étude [8].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (fr) Franzen JL, Gingerich PD, Habersetzer J, Hurum JH, von Koenigswald W, et al., « Complete Primate Skeleton from the Middle Eocene of Messel in Germany: Morphology and Paleobiology », PLoS One,‎ 19 mai 2009 (consulté le 23 mai 2009)
  2. (fr) « "Ida" pourrait être le lien manquant entre l'homme et le singe », sur France24, Agence France-Presse,‎ 19 mai 2009 (consulté le 20 mai 2009)
  3. Jens L. Franzen et et al., « Complete Primate Skeleton from the Middle Eocene of Messel in Germany: Morphology and Paleobiology », PLoS ONE, vol. 4, no 5,‎ 2009, e5723 (PMID 19492084, PMCID 2683573, DOI 10.1371/journal.pone.0005723, lire en ligne)
  4. (en) Ritter, M., « Primate fossil called only a distant relative », Associated Press,‎ October 21, 2009 (consulté le 22 octobre 2009)
  5. (en) « The Missing Link Found », sur History.com,‎ 2009 (consulté le 26 mai 2009), traduit en français sous le titre Le Chaînon Ida - A La Découverte De Notre Plus Vieille Ancêtre
  6. (en) Lexton Snol, « Google celebrates missing link », sur PC Advisor,‎ 20 mai 2009 (consulté le 26 mai 2009)
  7. (en) Christine McGourty, « Scientists hail stunning fossil », BBC News,‎ 19 mai 2009 (consulté le 26 mai 2009)
  8. (en) Ann Gibbons, « "Revolutionary" Fossil Fails to Dazzle Paleontologists », ScienceNOW,‎ 19 mai 2009 (consulté le 26 mai 2009)