Darshan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Le Darshan
Krishna et son frère Balarâma.
Mata Amritanandamayi se préparant à donner le Darshan

Le darshan ou darśana (sanskrit IAST ; devanāgarī : दर्शन, « vue, vision »[1]) est un terme de l'hindouisme qui signifie « vision du divin », « être en présence de la divinité » ou encore « vision de l'idole dans le sanctuaire d'un temple ».

Le darshan est donc un moment où le dévot est en contact visuel direct avec l'idole d'un dieu, un avatar, un maître spirituel vivant ou la représentation d'un maître défunt. Il peut s'agir d'une vision concrète (être en présence du maître et recevoir sa bénédiction) ou d'une vision intérieure déclenchée par l'émotion des circonstances (lieu, méditation, etc.). Le darshan est donc considéré comme une expérience spirituellement bénéfique et, dans sa compréhension la plus populaire, aurait un pouvoir de guérison à divers degrés, selon les prétentions de ceux qui l'accomplissent[2],[3]. Une autre signification du mot darshan se réfère à darshana et classifie les six systèmes de pensées de l'hindouisme orthodoxe, suivant l'école astika.

Exemples de Darshan indien[modifier | modifier le code]

Mata Amritanandamayi, communément appelée Amma, est célèbre en Occident comme en Inde pour son Darshan, qui s'effectue sous la forme d'une étreinte, ainsi que Mère Meera qui, elle, reste immobile et ne propose pas de contact physique. Mais des milliers de darshans ont lieu quotidiennement en Inde auprès de maîtres spirituels moins connus en Occident. Le cinéaste Jan Kounen a consacré un film au darshan d'Amma : Darshan, l'étreinte, sélection officielle hors compétition au festival de Cannes 2005.

Dans le sikhisme[modifier | modifier le code]

En visualisant par l'esprit le livre saint du sikhisme, le Guru Granth Sahib, ou en entendant ses écrits, sont deux des manières de vivre le darshan pour les sikhs. Le darshan sikh est aussi décrit dans le Guru Granth Sahib comme une contemplation ou une expérience divine (comme une lumière intérieure). Le terme d'origine arabe « nadari » est également utilisé[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Diana L. Eck, Darshan, seing the divine image in India, Columbia University Press, 1996
  • André Padoux, L'image divine, culte et méditation dans l'hindouisme, éditions du CNRS, 1990

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Sanskrit Heritage Dictionary de Gérard Huet
  2. Winged Faith: Rethinking Globalization and Religious Pluralism Through the Sathya Sai Movement, Columbia University Press, 2010, Tulasi Srinivas, p. 181, chapitre « Darshan, healing, and divine play »
  3. India: The Journey Of A Lifetime par Ivonne Delaflor, iUniverse, 2005, p. 51 « It is believed that through (darshan), you receive a divine blessing (...) which contains shaktipat or healing energy »
  4. A Popular dictionnary of Sikhism de W. Owen Cole et Piara Singh Sambhi, édition Curzon, page 59 (ISBN 0700710485)