Darnieulles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Darnieulles
L'église Saint-Maurice
L'église Saint-Maurice
Blason de Darnieulles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Épinal-Ouest
Intercommunalité Communauté de communes du Pays d'Olima et du Val d'Avière
Maire
Mandat
Serge Cossin
2014-2020
Code postal 88390
Code commune 88126
Démographie
Gentilé Darnieulliens
Population
municipale
1 498 hab. (2011)
Densité 148 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 59″ N 6° 21′ 11″ E / 48.1997222222, 6.3530555555648° 11′ 59″ Nord 6° 21′ 11″ Est / 48.1997222222, 6.35305555556  
Altitude 341 m (min. : 339 m) (max. : 396 m)
Superficie 10,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Darnieulles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Darnieulles

Darnieulles est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Ses habitants sont appelés les Darnieulliens.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune s'est développée le long de la route menant d'Épinal à Dompaire, à 10 km de chacune des deux localités. La construction d'une déviation par le nord a entièrement changé la physionomie du lieu.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Chef-lieu d’une baronnie, Darnieulles appartenait au bailliage de Darney. Son église dédiée à saint Maurice était du diocèse de Saint-Dié, doyenné de Jorxey. La cure, régulière, était à la collation des religieuses de Chaumousey.

De 1790 à l’an IX, Darnieulles a fait partie du canton de Girancourt, dans le district d'Épinal.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1792 Nicolas Bonnard ... ...
1792 1794 Louis Joseph Constant ... ...
1794 1798 Jean Claude Monnoy ... ...
1798 1808 Joseph Mangin ... ...
1808 1830 Nicolas Joseph François ... ...
1830 1830 Joseph Bonnard ... ...
1831 1840 François Claudel ... ...
1840 1843 Joseph Mangin ... ...
1843 1846 Nicolas Leval ... ...
1846 1848 François Joseph Salmon ... ...
1848 1853 Joseph Dugravot ... ...
1853 1865 Nicolas Joseph Deblaye ... ...
1865 1878 Alphonse Du Puy de Clinchamp ... ...
janvier 1878 mai 1888 Joseph Mangin ... ...
mai 1888 mai 1892 Charles Louis Chaput ... ...
mai 1892 mai 1896 François Soriot ... ...
mai 1896 mai 1900 Joseph Mangin ... ...
mai 1900 mai 1904 Maurice Mangin ... ...
mai 1904 mai 1908 Charles Auguste Pierron ... ...
mai 1908 décembre 1919 Paul Finance ... ...
décembre 1919 mai 1929 Léon Guénot ... ...
mai 1929 1931 Paul Martin ... ...
mars 1931 mars 1933 Jules Henry André Prétot ... ...
mars 1933 mai 1935 Marcel Finance ... ...
mai 1935 décembre 1944 Albert Jérome ... ...
décembre 1944 mai 1945 Marcel Finance ... ...
mai 1945 mars 1965 Auguste Duchêne ... Chef d'atelier
mars 1965 avril 1985 Pierre Prétot ... ...
juin 1985 mars 1989 Bernard Demangeon ... ...
mars 1989 en cours Serge Cossin (né en 1947)   Animateur commercial

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 498 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
392 412 458 409 434 451 462 472 465
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
454 464 465 503 559 468 491 481 709
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
748 705 757 784 858 893 958 983 917
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011 - -
891 1 038 1 152 1 112 1 304 1 332 1 498 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Maurice du début du XVIIIe siècle, et son orgue de 1863 d'Antoine Filipowicz[3].
  • Château des seigneurs de Darnieulles XIIe siècle - XIVe siècle, dont subsistent le donjon et quelques murailles[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Pillelipille, bâtard de Lorraine, seigneur de Darnieulles. Il était le fils naturel du duc de Charles II de Lorraine et de sa maîtresse Alison Dumay. Il reçut de son père un héritage qui lui permit d'acquérir la seigneurie de Darnieulles dont il prit le nom et dont descendent les seigneurs du lieu jusqu'à la révolution[5].
  • Nicolas Bellot, peintre, né dans le village vers 1580 et mort à Épinal en 1640
  • Joseph Benoit Charles de Darnieulles de Gellenoncourt, né en 1739 à Darnieulles, mort en 1825 au château de Bauzemont, officier dans l'armée lorraine puis française, fit la campagne d'Amérique à bord du vaisseau "Le Majestueux" avant de rejoindre l'armée de Condé. Blessé à plusieurs reprises, il termina sa carrière avec le grade de Colonel[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Tranché : au premier d’or au léopard de gueules, au second d’or aux trois fasces de sinople accompagnées en pointe d’une étoile de six rais du même ; à la bande de gueules chargée de trois alérions d’or brochant sur la partition.
Commentaires : Le blason choisi par la commune reprend les armes des trois familles qui se sont succédé à Darnieulles. La première famille, au XIe siècle, portait trois fasces et une étoile en pointe. La seconde, des XVe et XVIe siècles, issue d’un bâtard du duc Charles II, portait une barre chargée de trois alérions, mais d’argent et non d'or. Enfin la troisième famille, du XVIIe au XIXe siècle, est la famille de Gellenoncourt qui porte un léopard de gueules.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et fortifications de la France au Moyen Âge, Strasbourg, éditions Publitotal,‎ 1978, reprint 1991, 1287 p. (ISBN 2-86535-070-3)
    Une vision d’ensemble de l’architecture castrale. Page 409 : Darnieulles

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. *Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise,‎ 1991, 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 228 à 230
  4. Compte-rendu des fouilles récentes sur le site Internet ARVLA 2012, 2013.
  5. La maison ducale de Lorraine, presses universitaires de Nancy, Georges Poull, 1991.
  6. Dossier d'officier de Joseph Benoit Charles de Darnieulles de Gellenoncourt aux archives militaires de Vincennes.