Dark pool

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Un « dark pool » est un système boursier exploité par un prestataire de services d'investissement ou un opérateur de marché permettant de contourner les réglementations tout en restant anonyme.

Le dark pool assure la rencontre, en son sein et selon des règles définies par lui-même, des transactions (achats et ventes) sur des instruments financiers (marché dit « de gré à gré »).
Il se place hors du marché financier réglementé dont en permettant à ses clients de rester anonymes. Un dark pool est ainsi un système alternatif aux grandes bourses réglementées de chaque pays et aux systèmes multilatéraux de négociation.

Il est autorisé depuis 2007 en Europe par la Directive européenne sur les marchés d'instruments financiers[1].

En 2012, il y représente environ le sixième de toute l'activité boursière, avec des échanges d'environ 100 milliards d'euros[2].

Objet[modifier | modifier le code]

Un dark pool a pour objectif de traiter des volumes d'ordres de bourse importants (transactions sur blocs), hors marchés officiels (grandes bourses réglementées ou systèmes multilatéraux de négociation), et sans afficher le prix des transactions avant leur finalisation. Il permet ainsi aux acteurs (acheteurs ou vendeurs de titres) de rester anonymes.

Pour être légal, un dark pool doit en principe recevoir une autorisation d'exercer, attribuée par le régulateur de son pays d'implantation, comme l'Autorité des marchés financiers (AMF) en France ou la Financial Services Authority (FSA) en Grande-Bretagne.

Historique[modifier | modifier le code]

Principaux dark pools dans le monde[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

  • Sigma X

Critiques[modifier | modifier le code]

Certains experts comme Jeffrey G. MacIntosh[9] estiment que dans un contexte de croissance de trading haute fréquence, c'est-à-dire de rapidité exponentiellement croissante des flux d'échanges boursier, la bourse et les traders (« anges ou démons ? »[10]) devraient obéir à de nouvelles règles et qu'il est nécessaire de maintenir une règle de protection des ordres afin de contenir les transferts financiers du marché éclairé (transparent) vers les dark pools, afin de prévenir les pratiques commerciales abusives, pour protéger les intérêts des clients.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Directive 2004/39/CE du Parlement européen et du Conseil du 21 avril 2004 concernant les marchés d'instruments financiers, modifiant les directives 85/611/CEE et 93/6/CEE du Conseil et la directive 2000/12/CE du Parlement européen et du Conseil et abrogeant la directive 93/22/CEE du Conseil (Journal officiel L 145 du 30.4.2004).
  2. a et b François Desjardins, « Goldman Sachs ferme sa plateforme boursière électronique », sur http://www.ledevoir.com, Le Devoir,‎ 9 mai 2012
  3. (fr) Christophe Quester, « Les opérateurs boursiers mettent sur pied leurs dark pools », L'Agefi, 3 septembre 2009
  4. (fr) Stéphane Le Page et Massimo Prandi, « Xavier Rolet (LSE) : les banques sont devenues concurrentes des Bourses », Les Échos, 16 septembre 2009
  5. a et b (fr) Thomas Carlat, « Les plates-formes alternatives à l'aube d'une consolidation », L'Agefi, 14 janvier 2010
  6. (fr) « Lancement du dark pool de CA Cheuvreux », L'Agefi, 28 mai 2009
  7. (fr) « Chi-X lance un dark pool », L'Agefi, 22 avril 2009
  8. (fr) Violaine Le Gall, « Le dark pool de Nyse Euronext s'enrichit de quatorze membres », L'Agefi, 15 juillet 2009
  9. juriste, expert au Toronto Stock Exchange, enseignant et directeur du CNSX Markets Incestiment
  10. MacIntosh, J. G. (2013). High Frequency Traders: Angels or Devils ?. CD Howe Institute Commentary, 391.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kratz, P., & Schöneborn, T. (2012, April). Optimal liquidation in dark pools. In EFA 2009 Bergen Meetings Paper.
  • Karuppiah, J., & Los, C. A. (2005). Wavelet multiresolution analysis of high-frequency Asian FX rates, Summer 1997. International Review of Financial Analysis, 14(2), 211-246.