Dario Franceschini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Franceschini.
Dario Franceschini
Dario Franceschini, en 2013.
Dario Franceschini, en 2013.
Fonctions
Ministre italien des Biens et des Activités culturels et du Tourisme
En fonction depuis le 22 février 2014
Président du Conseil Matteo Renzi
Gouvernement Renzi
Prédécesseur Massimo Bray
Ministre pour les Relations avec le Parlement et la Coordination des activités du gouvernement
28 avril 201322 février 2014
Président du Conseil Enrico Letta
Gouvernement Letta
Prédécesseur Piero Giarda
Successeur Maria Elena Boschi
Secrétaire du Parti démocrate
21 février25 octobre 2009
Prédécesseur Walter Veltroni
Successeur Pier Luigi Bersani
Biographie
Date de naissance 19 octobre 1958 (56 ans)
Lieu de naissance Ferrare, Émilie-Romagne (Italie)
Parti politique PD
Diplômé de Université de Ferrare
Profession Avocat

Dario Franceschini, né le 19 octobre 1958 à Ferrare, est un homme politique et un écrivain italien, figure du Parti démocrate (PD) et ministre des Biens culturels du gouvernement de Matteo Renzi depuis 2014.

Fils de l'ancien député Giorgio Franceschini, secrétaire d'État à la présidence du Conseil des ministres dans les gouvernements de Massimo D'Alema puis de Giuliano Amato, il fut nommé secrétaire du PD, en février 2009, après la démission de Walter Veltroni.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Dario Franceschini est le fils de l'ancien député Giorgio Franceschini (1921-2012), figure parlementaire de la Démocratie chrétienne (DC).

Diplômé en droit politique à l'université de Ferrare, Dario Franceschini rédige en 1985 une thèse, Il Partito Popolare a Ferrara. Cattolici, socialisti e fascisti nella terra di Grosoli e Don Minzoni ; depuis, il exerce comme avocat civil. Marié à Silvia Bombardi, il est le père de deux filles.

Un engagement politique précoce[modifier | modifier le code]

Le jeune Franceschini prit goût à la politique durant sa jeunesse, au cours de diverses manifestations militantes. Après l'élection de Benigno Zaccagnini au secrétariat de la DC, en 1975, il s'engage pleinement en politique, devenant un adhérent de cette grande formation politique. C'est en 1980 qu'il est élu conseiller municipal de Ferrare, son premier poste politique.

En 1984, il prend la direction de la revue politique Nuova Politica, étant alors considéré comme l'une des figures des jeunes démocrates-chrétiens. N'approuvant pas la dissolution de la DC en 1994, il rejoint les sociaux-chrétiens (Cristiano Sociali), avant de se présenter à Ferrare, lors des élections municipales, au cours desquelles il n'est guère élu, n'ayant recueilli que 20 % des suffrages.

Un cadre du PPI , puis de L'Olivier[modifier | modifier le code]

Défait, en 1999, par Pier Luigi Castagnetti dans la course au secrétariat du Parti populaire (PPI), il accepte un poste au sein du bureau national du parti, se voyant confier la communication politique. Dans le même temps, il entre dans le second gouvernement D'Alema, ayant été nommé secrétaire d'État à la présidence du Conseil des ministres chargé des Réformes institutionnelles. Il conserve ce titre dans le second gouvernement Amato. Il se consacre ainsi aux modifications de la loi électorale, au droit de vote des Italiens résidant à l'étranger et à la réforme constitutionnelle des droits des régions.

Élu député de Ferrare en 2001, il s'inscrit à la Coùmission des Affaires constitutionnelles. Réélu en 2006 (sous l'étiquette de La Margherita) et 2008, il a été le représentant du Parlement italien à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Secrétaire du Parti démocrate[modifier | modifier le code]

Ayant rejoint les rangs du Parti démocrate (PD), il se rapproche de Walter Veltroni, ancien maire de Rome, qui le nomme vice-secrétaire du parti. À la suite de la démission de ce dernier, il se présente à sa succession devant l'assemblée nationale du PD, et remporte 1 047 voix, contre 92 à Arturo Parisi. Lors de sa pris de fonctions, il prête serment sur une copie de la Constitution italienne, devant son propre père, Giorgio, à Ferrare, sa ville natale.

Président du groupe parlementaire[modifier | modifier le code]

Vaincu par l'ancien ministre Pier Luigi Bersani à l'issue d'une primaire, Franceschini reconnut sa défaite et appela, tout comme son rival, à l'unité du parti face à Berlusconi. Un mois plus tard, il fut élu président du groupe parlementaire du PD.

Réélu lors des élections générales de 2013, il est alors présenté comme un favori pour la présidence de la Chambre des députés issue de ce scrutin parlementaire ; c'est, finalement, une députée du mouvement SEL, Laura Boldrini, qui se voit confier la troisième charge de la République. Le jeune Roberto Speranza lui succède, quant à lui, à la présidence du groupe parlementaire démocrate.

Ministre de Letta et Renzi[modifier | modifier le code]

Le 27 avril suivant, Franceschini est nommé ministre pour les Relations avec le Parlement et la Coordination des activités du gouvernement dans le gouvernement d'union nationale dirigé par Enrico Letta. Lors de la constitution du gouvernement de Matteo Renzi, le 22 février 2014, il devient ministre des Biens et des Activités culturels et du Tourisme.

Écrivain[modifier | modifier le code]

En 2006, il publie son premier roman, Dans les veines ce fleuve d'argent (Nelle vene quell'acqua d'argento), aux éditions Bompiani ; ce livre lui vaudra, en 2007, le prix du Premier roman de Chambéry.

Son second roman, La follia improvvisa di Ignazio Rando, fut publié en 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]