Dara (Oğuz)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dara.

37° 10′ 48″ N 40° 57′ 18″ E / 37.18, 40.955 Oğuz est le nom actuel du village qui occupe le site de Dara ou Daras (grec : Δάρας) forteresse byzantine marquant la frontière avec l'empire sassanide. Le site a été le théâtre d'importantes batailles entre les deux empires en 530 et en 573. Le village d'Oğuz se trouve dans la province de Mardin en Turquie à 30 km au sud-est de la ville de Mardin sur la route de Nusaybin (Nisibe).

Histoire[modifier | modifier le code]

Dara tiendrait son nom de son fondateur l'empereur achéménide Darius Ier. Après la mort d'Alexandre le Grand la région fait partie de l'empire séleucide. La ville et la région passent ensuite sous la domination romaine, parthe, byzantines, sassanide.

En 506/507, Dara est fortifiée par l'empereur byzantin Anastase Ier après avoir signé une trêve avec l'empereur sassanide Kavadh Ier[1]. Elle prend alors le nom d'Anastasiopolis[2]. Kavadh Ier reproche à Anastase Ier cette construction qu'il considère comme une marque d'hostilité et une rupture de la trêve[3].

En 530, Bélisaire remporte une bataille contre Kavadh Ier devant les murs de Dara[4]. Khosro Ier Anushîrvan succède à son père Kavadh Ier en 531. Il conclut une paix éternelle avec l'empereur byzantin Justinien, qui a les mains libres pour la conquête de l'Afrique et de la Sicile. Ses succès contre les Vandales et les Goths causent la reprise de la guerre par Khosro en 540. Après un long siège, la ville de Dana obtient le retrait de Khosro Ier contre paiement.

En 573, Khosro Ier prend la ville après un siège de quatre mois. La ville change de mains encore deux fois. Khosro II Parviz et Vahram VI Tchûbîn se disputent le trône de Perse. Pour obtenir le soutien de l'empereur Maurice Ier Tiberius, Khosro II prend Dara pour la lui remettre. Maurice Ier fournit à Khosro II une armée qui met en déroute Vahram VI. En 604/605, Khosro II reprend Dara à son compte après un siège de neuf mois; Après le déclin de l'empire byzantin, la ville reste un poste frontière entre différents royaumes musulmans jusqu'à la conquête mongole en 1261[2].

Le site[modifier | modifier le code]

Les ruines de Dara couvrent une grande superficie. Elles comprennent une prison souterraine, des entrepôts, des habitations troglodytiques, de grandes citernes, un arsenal, un pont, des fortifications.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Procope de Césarée, « Histoire de la guerre contre les Perses, Livre I. (Chapitre IX, 6) »
  2. a et b (en) Michael Weiskopf, « Dārā », dans Encyclopædia Iranica en ligne
  3. Procope de Césarée, « Histoire de la guerre contre les Perses, Livre I. (Chapitre X, 4) »
  4. Procope de Césarée, « Histoire de la guerre contre les Perses, Livre I. (Chapitre XIII et XIV) »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :