Daniel Zaïdani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daniel Zaïdani
Fonctions
Président du conseil général de Mayotte
Biographie
Date de naissance 14 mai 1975 (39 ans)

Daniel Zaïdani, né le 14 mai 1975, est un homme politique français, il est élu président du conseil général de Mayotte au terme des élections cantonales de 2011 à Mayotte. Il est le plus jeune président de conseil général en France, élu à l'âge de 35 ans. Il succède alors à Ahmed Attoumani Douchina, élu en 2008 à la tête d'une coalition UMP-MDM.

Il perd sa majorité le 15 août 2012, suite à la constitution d'une nouvelle majorité d'opposition. Un accord à l'initiative des membres du NEMA (Saïd Omar Oili, Sarah Mouhoussoune) rallie les membres de l'UMP : Ahmed Attoumani Douchina, Issiaka Abdillah, Ali Bacar, Ben Issa Ousseni, Jacques Martial Henri, Zaidou Tavanday, Mirhane Ousseni, Camille Abdoulahi et Ali Assani. Majorité qu'il regagne le 20 août. 4 conseillers généraux de l'opposition, choisissant de le rejoindre : Jacques Martial Henri, Mirhane Ousseni, Ahmed Attoumani Douchina et Ali Assani.

Ses deux projets principaux à la tête de l'exécutif furent l'achèvement de la régularisation foncière et le redressement des finances du département. Son nom fut évoqué dans la presse (au début de son mandat) plus pour ses abus, que pour ses réalisations  : voyages répétés à Madagascar, achats en dehors des marchés publics à des fins personnelles, placement de proches à des postes clefs, attiser la colère de la population lors des évènements liés à la lutte contre la vie chère en octobre 2011. Toutefois, la cour des comptes à reconnu que les finances du département se sont améliorées sous sa présidence. Quant à la régularisation, et les impôts ...[non neutre]

Il est élu conseiller général du canton de Pamandzi en mars 2011 sous l'étiquette divers gauche. Il soutient François Bayrou pour l'élection présidentielle de 2012.

Le 10 juin 2013, il est interpellé à son arrivée de la Réunion, et mis en garde à vue pour détournements de fonds publics et favoritisme, dans une affaire d'emplois fictifs[1],[2],[3],[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]