Daniel Scioli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daniel Scioli
Image illustrative de l'article Daniel Scioli
Fonctions
Gouverneur de la province de Buenos Aires
En fonction depuis le
Prédécesseur Felipe Solá
33e Vice-président de la Nation argentine
Président Néstor Kirchner
Prédécesseur Carlos Álvarez
Successeur Julio Cobos
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Buenos Aires, Argentine
Nationalité Drapeau de l’Argentine Argentine
Parti politique Parti justicialiste
Front pour la victoire
Profession Entrepreneur

Daniel Scioli
Gouverneurs de la province de Buenos Aires
Daniel Scioli avec le président Néstor Kirchner.

Daniel Osvaldo Scioli (né le à Villa Crespo, quartier de Buenos Aires) est l'actuel gouverneur de la province de Buenos Aires et vice-président du Parti justicialiste. Élu vice-président de l'Argentine de 2003 à 2007 sur le ticket du Front pour la victoire partagé avec Néstor Kirchner, il a présidé par conséquent le Sénat pendant ce mandat. Il fut aussi secrétaire d'État aux sports et au tourisme d'Eduardo Duhalde (2002-2003). Auparavant, il fut sportif de haut niveau et entrepreneur avant d'entamer une carrière politique.

Famille[modifier | modifier le code]

Daniel Scioli est né à Villa CrespoBuenos Aires), il grandit au sein d'une famille de classe moyenne vers Corrientes. Il se marie avec la top model Karina Rabolini, dont il adopte la fille, Lorena, à ses 18 ans. Scioli a un diplôme d'expert commercial, et étudie le marketing à l'université argentine de la Empresa (UADE) à Buenos Aires.

Carrière sportive[modifier | modifier le code]

Parallèlement, il pratique de nombreux sports : natation, tennis, basket-ball et badminton, mais c'est dans les compétitions de bateau à moteur qu'il acquiert du succès à partir de 1986, devenant vice-champion du monde dans la catégorie 6 litres offshore. Trois plus tard, le , il perd sa main droite lors d'un accident, pendant la course 1000 km Delta Argentino sur le Rio Paraná. Il continue toutefois sa carrière en utilisant une prothèse, et participe à de nombreuses courses, remportant huit titres mondiaux dans différentes catégories. En 1991 il gagne le titre de Superboat World Champion avec l'un des bateaux les plus puissants au niveau international[1]. Il réussit ainsi simultanément à se rendre populaire et à populariser ce sport, qui finit par être diffusé par les chaînes de télévision argentines.

Carrière d'entrepreneur[modifier | modifier le code]

Après sa carrière sportive, il décide de commencer une carrière d'entrepreneur lié au marché de l'électricité (son grand-père était électricien). En 1991, Electrolux, qui avait quitté le pays en 1983, le nomme représentant local, et Scioli organise ainsi le retour de la firme en Argentine, effectif en 1995. et il permet à la compagnie, après avoir quitté le pays pour cause d'instabilité, de se rétablir en 1994. Parallèlement, il fonde sa propre compagnie d'électroménager, Scioli Internacional, qui finit par faire faillite. Les employés licenciés ont tenté sans succès de réclamer en justice le paiement de leurs salaires. Au retour d'Electrolux en Argentine, Scioli en devient son PDG jusqu'en 1997.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Affiche électorale pour la liste du FPV à Lomas de Zamora lors des élections générales de juin 2009, menée par Néstor Kirchner et Daniel Scioli.

En 1997, il décidé d'entamer une carrière politique avec le soutien de son ami Carlos Menem (qui fut son partenaire lors d'une course navale), en perte de popularité et dont il avait soutenu la candidature en 1995, en se présentant aux législatives sur les listes du Parti justicialiste à Buenos Aires. Il est élu le , et ré-élu en octobre 2001, prenant la tête du Comité des sports (1997-99; 1999-2001).

En janvier 2002, il devient secrétaire des sports et du tourisme du gouvernement intérimaire d'Eduardo Duhalde. Aux élections de 2003, il se présente à la vice-présidence sur le ticket péroniste, en compagnie de Néstor Kirchner, qui est déclaré élu après le retrait de Carlos Menem. Étant vice-président, il préside aussi le Sénat. Le , quelques heures après avoir achevé son mandat, il est investi gouverneur de la province de Buenos Aires, ayant largement battu l'ex-radicale Margarita Stolbizer (Coalition civique) avec 48,1 % des voix contre 16,6 % ; le candidat de la droite, Francisco De Narváez (Unión - Pro) arrivait troisième avec 14,9 % des suffrages.

Aux législatives anticipées de juin 2009, il se présente à Lomas de Zamora (province de Buenos Aires) avec Néstor Kirchner; ne pouvant légalement cumuler le poste de gouverneur et de député, sa candidature est exclusivement symbolique, Scioli prévoyant de laisser, s'il était élu, son mandat de député au suivant sur la liste justicialiste. Celle-ci est toutefois battue (de deux points) par la liste de droite, Propuesta Republicana, menée par l'homme d'affaires Francisco de Narvaez et Felipe Solá. Deux jours après l'échec électoral du péronisme, Kirchner démissionne de la présidence du Parti justicialiste, remplacé par Scioli, qui en était le vice-président [2]. Mais en novembre 2009, la direction justicialiste rejette, avec l'appui de Scioli, la démission de Kirchner, qui redevient donc président du parti[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]