Daniel Roth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Roth.
Daniel Roth (2006)
Célèbres orgues Cavaillé-Coll à l'Église Saint-Sulpice de Paris (1863).

Daniel François Roth, né le 31 octobre 1942 à Mulhouse, est un organiste, compositeur et improvisateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Par admiration pour Albert Schweitzer, Daniel Roth commence l'étude de l'orgue parallèlement à celle du piano et de l'écriture au Conservatoire de Mulhouse avec le professeur Joseph Victor Meyer. Au Conservatoire de Paris, il obtient cinq Premiers Prix dans les classes de Maurice Duruflé, Harmonie, de Marcel Bitsch, Contrepoint et Fugue, d'Henriette Puig-Roget, Accompagnement au Piano, et de Rolande Falcinelli, Orgue et Improvisation à l'unanimité, premier nommé. Il étudie ensuite l'interprétation de la musique ancienne et se prépare aux concours internationaux avec Marie-Claire Alain. Il était lauréat de plusieurs concours, comme Arnhem, Munich, Aosta, Prix de haute exécution et d'improvisation des Amis de l'Orgue-Paris et Premier Grand Prix de Chartres en 1971, Interprétation et Improvisation.

En 1963, il devient suppléant de Rolande Falcinelli au grand orgue de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre de Paris. Titulaire en 1973, il est resté à ce poste jusqu'à ce qu'il soit nommé à Saint-Sulpice où, en 1985, il a succédé à Charles-Marie Widor, Marcel Dupré et Jean-Jacques Grunenwald comme organiste titulaire du grand orgue Cavaillé-Coll. Il est membre de la Commission des orgues historiques au ministère de la Culture.

Après avoir enseigné l'orgue à Marseille puis à l’université catholique d'Amérique à Washington, à Strasbourg, à Sarrebruck, il a succédé à Helmut Walcha et à Edgar Krapp à la Musikhochschule de Francfort-sur-le-Main de 1995 à 2007.

Il poursuit une carrière internationale : récitals, concerts en soliste avec de grands orchestres, cours, conférences, enregistrements de radio et de télévision, jurys de concours. En novembre 2005, il a inauguré le nouvel orgue Karl Schuke (Potsdam) de la salle de concerts « Grande Duchesse Joséphine-Charlotte » de Luxembourg pour la construction duquel il a été conseiller artistique.

Le 21 janvier 1999, en église de la Madeleine à Paris, un concert a été entièrement consacré à ses œuvres et en novembre 1999, l’Académie des beaux-arts de l’Institut de France lui a décerné le Prix Florent Schmitt de composition.

Daniel Roth est chevalier de la Légion d’honneur, officier des Arts et des Lettres et Honorary Fellow of the Royal College of Organists de Londres. Il a reçu le prix de la Musique sacrée européenne 2006 du festival de Schwäbisch Gmünd (Allemagne).

Compositions[modifier | modifier le code]

Orgue[modifier | modifier le code]

  • Cinq Versets sur Veni Creator pour orgue positif sans pédale (Dans: L’organiste liturgique no 53. Paris: Éditions Schola Cantorum)
  • Évocation de la Pentecôte (écrit 1979. Paris: Leduc, 1979/révisée 1996, inédit)
  • Final Te Deum (écrit 1981. Kassel: Bärenreiter, 1993)
  • Joie, Douleur et Gloire de Marie (écrit 1990. London: Novello, 1990)
  • Hommage à César Franck (écrit 1990. Paris: Leduc, 1993)
  • Après une Lecture... (écrit 1993. Dans: 1er recueil d'œuvres pour orgue. Paris: Éditions Billaudot, 1993)
  • Pour la nuit de Noël (écrit 1993. Paris: Leduc, 1993):
    • Prélude "Veni, veni Emmanuel"
    • Communion
    • Postlude
  • Triptyque - Hommage à Pierre Cochereau (écrit 1995. Paris: Leduc, 1996):
    • Prélude
    • Andante
    • Toccata
  • Introduction et Canzona (écrit 1977-1990. Leutkirch/Allgäu: Pro Organo, 1992)
  • Artizarra - Fantaisie sur un chant populaire basque, pour la fête de I'Epiphanie (écrit 1999. Mainz: Schott, 2002)
  • Petite Rhapsodie sur une chanson alsacienne (Dans: Elsässische Orgelmusik aus vier Jahrhunderten. Mainz: Schott, 1998)
  • Livre d'orgue pour le Magnificat, Hommage au Facteur d'orgues Aristide Cavaillé-Coll (Paris: Éditions Association Boëllmann-Gigout, 2007):
    • Vol. 1 (Paris: Éditions Association Boëllmann-Gigout, 2007):
      • 1a. Magnificat
      • 1b. Et exsultavit
      • 2. Quia respexit
      • 3. Quia fecit
      • 4. Et misericordia
      • 5. Fecit potentiam
    • Vol. 2 (inédit):
      • 6. Deposuit
      • 7. Esurientes
      • 8. Suscepit
      • 9. Sicut locutus est
      • 10. Gloria Patri
  • Fantaisie fuguée sur Regina Caeli (Mainz: Schott)

Orgue à quatre mains[modifier | modifier le code]

  • Diptyque (écrit 2009, inédit):
    • Andante
    • Allegro giocoso

Musique de chambre[modifier | modifier le code]

  • Aïn Karim; Fantaisie pour flûte et orgue (Mainz: Schott, 1998)
  • Légende pour hautbois et orgue (Paris: Éditions Billaudot)

Chœur[modifier | modifier le code]

  • Ave Maria pour quatre voix égales (Sampzon: Delatour France)
  • In manus tuas Domine pour quatre voix mixtes (St. Augustin: Butz-Verlag)
  • Regina Caeli pour voix mixtes (Sampzon: Delatour France)
  • Reine du ciel a cappella (Strasbourg: Éditions Caecilia, 1977)
  • Notre Père a cappella (Strasbourg: Éditions Caecilia, 1977)
  • Messe brève - Missa Brevis pour chœur mixte et orgue (Mainz: Schott, 2001):
    • Kyrie
    • Gloria
    • Sanctus
    • Agnus Dei
  • In manus tuas pour chœur mixte à 4 voix avec accompagnement d'orgue ad libitum (St. Augustin: Butz-Verlag)
  • Ego sum panis pour chœur mixte et orgue (St. Augustin: Butz-Verlag)
  • Missa de archangelis pour chœur mixte et orgue (Sampzon: Delatour France):
    • Kyrie
    • Sanctus
    • Benedictus
    • Agnus Dei
  • Dignare me o Jesu pour solistes, chœur mixte et orgue (Sampzon: Delatour France)
  • Gebt Zeugnis! pour solistes, chœur mixte et orgue (Mainz: Schott)

Orchestre[modifier | modifier le code]

  • Licht im Dunkel pour orgue, piano et orchestre:
    • I. L'Espérance (Poème pour orchestre) (Mainz: Schott, 2005)
    • II. L'Amour (pour orgue, piano et orchestre) (inédit)
    • III. La Joie (Fantaisie pour orgue, piano et orchestre) (Mainz: Schott, 2007)

Transcriptions pour orgue[modifier | modifier le code]

  • César Franck: Interlude symphonique de Rédemption (Kassel: Bärenreiter, 1996)
  • Camille Saint-Saëns: Scherzo extrait des Six Duos op. 8 pour harmonium et piano (Paris: Éditions Jobert)
  • César Franck: Symphonie en Ré mineur pour orchestre; transcription d'après la version du compositeur pour piano à quatre mains (inédit)

Publications[modifier | modifier le code]

  • Roth, Daniel. Le Grand-Orgue A. Cavaillé-Coll, Mutin de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre à Paris. La Flûte harmonique : Publication de l'association A. Cavaillé-Coll, Numéro spécial 1985.
  • Daniel Roth et Pierre-François Dub-Attenti, "L’orgue néo-classique et le grand orgue Aristide Cavaillé-Coll de Saint-Sulpice", L'Orgue, n°295-296/2011, (28 p.).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]