Daniel Martínez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Daniel Martínez, alors ministre de l'Industrie du gouvernement Vázquez (juillet 2008).

Daniel Carlos Martínez Villaamil (né le 3 février 1957 à Montevideo, Uruguay) est un ingénieur industriel uruguayen, élu en octobre 2009 sénateur sur les listes du Parti socialiste (Front large). Il fut ministre de l'Industrie du gouvernement Vázquez (Front large, coalition de gauche) du 3 mars 2008 au 31 août 2009. Auparavant, il a été président d'ANCAP,la compagnie pétrolière nationale.

Formation et ministère[modifier | modifier le code]

Possédant la double nationalité franco-uruguayenne, Daniel Martínez a étudié à la faculté d'ingénierie, commençant ainsi à travailler à la Direction nationale de l'Energie en 1979. En même temps, il militait depuis 1973 au Parti socialiste (PS, membre du Front large), année du coup d'Etat militaire. Entre 1976 et 1981, il fut membre de la Direction clandestine du PS, puis directeur de 1984 à 1994 et de 2000 à 2002.

Il resta à la Direction nationale de l'Energie de 1979 jusqu'en 1993, à différents postes, devenant président du syndicat après le retour de la démocratie. Il devint président de l'Association des ingénieurs d'Uruguay (es) entre 1997 et 2005.

En 2003, il s'occupait des sciences et de la technologie pour le Front large, puis de l'énergie en 2004. Lorsque Tabaré Vázquez assuma la présidence, en 2005, il lui offrit le poste de directeur d'ANCAP, qu'il conserva jusqu'à être nommé ministre de l'Industrie et de l'Energie en mars 2008.

Campagne électorale de 2009[modifier | modifier le code]

Lors du 46e Congrès du PS (22-23 novembre 2008), les socialistes le proposèrent en tant que candidat à la formule présidentielle pour les élections internes, au sein du Front large, de juin 2009[1]. Le Congrès extraordinaire « Zelmar Michelini » du Front large (13-14 décembre 2008) choisit comme candidat officiel pour les primaires de juin José Mujica, tout en habilitant Danilo Astori, Daniel Martínez, Marcos Carámbula et Enrique Rubio à la course présidentielle (le Front large, donc ses composantes institutionnelles, choisissent un candidat officiel, ce qui est un plus mais ce qui n'annule pas les primaires qui ont lieu de toute façon, le candidat étant élu par tous les adhérents du Front) [2],[3],[4]. Finalement, le PS décida toutefois, le 7 février 2009, d'appuyer la précandidature d'Astori (dirigeant d'Assemblée Uruguay et représentant de l'aile centriste).

Martínez fut tout de même la tête de liste du PS pour les sénatoriales d'octobre 2009, étant élu aux côtés de Mónica Xavier[5]. Il démissionna donc du Ministère pour se consacrer pleinement à la campagne, étant remplacé par Raúl Fernando Sendic Rodríguez.

Il était par ailleurs le candidat officiel du PS pour l'élection municipale de Montevideo en mai 2010 ; cependant, le Front large lui préféra la candidature d'Ana Olivera (PCU), qui fut élue (la candidature de Carlos Varela, lancée par Assemblée Uruguay, fut également rejetée).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]