Daniel Bouchard (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daniel Bouchard.

Daniel Bouchard (6 février 1968 à Québec - ) est un homme politique québécois et ancien député, libéral puis indépendant, de la circonscription de Mégantic-Compton à l'Assemblée nationale du Québec de 2003 à 2007.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daniel Bouchard est né à Québec, le 6 février 1968. Il a obtenu un diplôme d'études au collège de l'Assomption (1989) et un baccalauréat en science politique, volet administration publique de l'Université du Québec à Montréal (1994). Il a poursuivi ses études par une maîtrise à l'Université du Québec à Trois-Rivières et l'Université de Sherbrooke.

Avant son arrivée en politique, il a occupé les fonctions de directeur général à la Société d'aide au développement de la collectivité du Haut-Saint-François (1998-2003) et d'adjoint au président-directeur général des arénas Repentigny-LeGardeur (1989-1997).

Il a également été conseiller municipal (1993-1997) dans la ville de Repentigny (Québec).

Vie politique[modifier | modifier le code]

Il a été élu député à l'Assemblée nationale du Québec à l'élection de 2003 dans la circonscription de Mégantic-Compton comme libéral, obtenant 47 % des suffrages exprimés et 3 788 votes de plus que sa plus proche rivale, la candidate péquiste Suzanne Durivage.

À partir du 16 mars 2004, il a siègé comme député indépendant. Le 13 septembre 2005, il a reconnu avoir enfreint la Loi électorale du Québec à 12 reprises.

En plaidant coupable, M. Bouchard a admis avoir utilisé des fonds de la Société d'aide au développement de la collectivité du Haut-Saint-François (SADCHSF) pour rembourser deux contributions électorales qu'il avait faites lui-même à l'association libérale de son comté.

Le député Bouchard, qui a été directeur général de l'organisme de 1998 à 2003, avant d'être élu à Québec sous la bannière libérale, a reconnu aussi avoir incité huit autres employés de l'organisme à utiliser le même stratagème à dix reprises entre 2001 et 2002, et avoir approuvé ces dépenses.

Cette façon de faire constitue une violation de l'article 90 de la loi électorale, qui précise que « toute contribution doit être versée par l'électeur lui-même et à même ses propres biens »[1]

En plus de ses démêlés avec le DGEQ, M. Bouchard a aussi été accusé devant un autre tribunal d'avoir tenté de frauder les sociétés d'assurance Allianz Canada et La Capitale en présentant de fausses réclamations totalisant moins de 5 000 $. On lui a reproché également d'avoir utilisé de fausses factures.

Le mercredi 24 octobre 2007, Daniel Bouchard a écopé d'une peine d'un an à purger dans la collectivité. Il avait plaidé coupable à dix accusations de fabrication de faux documents[2].

Source[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Canada, Québec. Loi électorale, L.R.Q., chap. E-3.3, art. 90. (version en vigueur : 1er septembre 2013) [lire en ligne (page consultée le 26 septembre 2013)]
  2. Radio-Canada. 2007. « Daniel Bouchard écope d'un an dans la collectivité ». Radio-Canada Estrie. En ligne (page consultée le 3 décembre 2007).