Daniel Anrig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Daniel Rudolf Anrig né le 10 juillet 1972 à Walenstadt, est un militaire suisse. Il est le 34e et actuel commandant de la Garde suisse pontificale depuis le 1er décembre 2008.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le plus jeune fils de Gustav Rudolf Anrig, natif de Sargans et de Silvia Maria Benz née à Marbach, qui ont eu deux autres fils, ainsi que deux filles. Sa famille paternelle est installée à Sargans depuis XVIe siècle.

Après avoir suivi ses études à l’école du District de Sargans, Daniel Anrig a d’abord servi comme hallebardier dans la Garde suisse pontificale de 1992 à 1994. Puis il entre à l’Université de Fribourg, où il étudie le droit, et en sort diplômé en droit civil et droit canon en 1999. En 2002, il devint chef de la police judiciaire du canton de Glaris, avant d’être nommé en mars 2006, commandant de la Police cantonale. À ce titre, il a été en en partie responsable d'un raid controversé de la police dans un centre de réfugiés en 2003.

Dans l’armée suisse Anrig avait le grade de colonel.

Il est nommé au poste de commandant de la garde par le pape Benoît XVI le 19 août 2008 en remplacement de Elmar Theodor Mäder, et prend ses fonctions au mois de décembre suivant.
En mai 2008, Daniel Anrig a déclaré à la veille de la prestation de serment de 32 nouveaux gardes suisses sur la chaîne de télévision privée Italia 1, ne pas être opposé au recrutement de femmes dans la garde : « Personnellement, je peux l'imaginer pour un jour ou l'autre »[1].

Il est marié à Rita, née Bernadett Bejczy et a quatre enfants.

Il est membre de l’AKV Alemannia de Fribourg, fraternité d’étudiants catholiques affiliée à la Société des étudiants suisses.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Matin », article du 5 mai 2009