New Dane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Dane-Elec)
Aller à : navigation, rechercher

Dane-Elec

alt=Description de l'image DaneElec-Logo.svg.
Création 1985
Dates clés 1997 : Introduction en bourse
Disparition 2013
Siège social Drapeau de France France
Activité Industrie
Site web www.dane-elec.fr

New Dane (Dane Corp. aux États-Unis), anciennement Dane-Elec Group est une entreprise française de fabrication de mémoires informatiques. Le nom Dane est une combinaison des deux premières lettres du prénom des fondateurs[1] de cette société, David Haccoun et Nessim Bodokh.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dane Élec Memory[modifier | modifier le code]

Fondé en 1985 en France, la société s'est d'abord développée au Royaume-Uni, en Allemagne et au Benelux. En 1996, l'entreprise ouvre une usine d'assemblage en Irlande et un réseau de distribution aux États-Unis. L'année suivante, le groupe est introduit sur le Second Marché de la Bourse de Paris. À partir de 2005, Dane-Elec se développe fortement en Asie depuis son implantation à Taïwan et en Chine.

En 2000, Dane Élec met au point la première barrette de 1Go de mémoire SDRAM ; son prix est de 3635€[2].

Une importante chute du chiffre d'affaires en 2012 (-34% sur les 9 premiers mois de 2012) met la société en difficultés financières et l'amène à se poser des questions sur sa pérennité[3].

En octobre 2012, les différentes entités du groupe sont placées en procédure de sauvegarde[4]

En février 2013 les titres boursiers de la société sont suspendus de cotation[4].

New Dane[modifier | modifier le code]

En juin 2013, sa liquidation judiciaire est prononcée et l'essentiel de ses activités est repris par New Dane, une nouvelle structure[5].

Activité de l'entreprise[modifier | modifier le code]

Activité économique[modifier | modifier le code]

Dane Elec Memory[modifier | modifier le code]

La société Dane Elec Memory conçoit, fabrique et distribue des mémoires SDRam. Ce marché est dépendant du marché des micro-ordinateurs en plein boom depuis les années 1990. Cependant le début des années 2000 représente un tournant avec une stagnation du marché des micro-ordinateurs, une pression à la baisse du prix des mémoires SDRam. Par ailleurs, les produits électroniques qui ont le vent en poupe (clefs USB, baladeurs MP3…) utilisent des mémoires flash[6].

Partant de ce constat, la société axe alors son développement vers les produits électroniques : produits de stockage (clefs USB, disques externes) et produits nomades.

A partir de 2009 l'entreprise met en place un plan dont l'objectif est multiple :

  • une réduction des stocks, jugés trop importants;
  • un recentrage sur une gamme plus restreinte de produits électroniques (60 au lieu de 150);
  • une restructuration de l'organisation européenne du groupe, vers un plus grand centralisme (tout se décide depuis la France);
  • un abandon des marchés jugés non stratégiques (Dubaï, Israël, Amérique du Sud);
  • une baisse des effectifs de 263 en 2010 à environ 150 personnes en 2011[7].

New Dane[modifier | modifier le code]

Quelques chiffres[modifier | modifier le code]

Données financières 2007-2011 (au 31 décembre)
Chiffres en millions d'euros 2011 [8] 2010 [8] 2009 [8] 2008 [8] 2007 [8] 1997 [9] 1996 [9]
Chiffre d'affaires 95 157 180 161 202 955 678
Résultat net part du groupe −8 −20 0,7 −7 0,2

Références[modifier | modifier le code]

  1. Corinne Tissier, Estelle Saget, Laure Dumont, Jean-Luc Barberi et Clotilde Warin, « Ils survivent : Dane-Elec ne joue plus avec le feu », sur lexpress.fr, L'Express,‎ 1er février 2002 (consulté le 12 décembre 2014)
  2. STÉPHANE REYNAUD, « Dane-Elec inaugure le module SDRAM de 1 Go », 01Net,‎ 17 janvier 2000 (consulté le 15 février 2015)
  3. « DANE-ELEC MEMORY : procédure de sauvegarde après la chute des ventes », Capital,‎ 16 novembre 2012 (consulté le 14 février 2015)
  4. a et b Didier Barathon, « Dane Elec liquidé, ses actifs rachetés », Distributique,‎ 20 juin 2013 (consulté le 14 février 2015)
  5. http://www.channelbiz.fr/2013/06/21/dane-elec-liquidee-ses-activites-reprises-par-new-dane/
  6. « COMPOSANTS ÉLECTRONIQUES - Le marché désorienté des mémoires », L'Usine nouvelle,‎ 02 novembre 2000 (consulté le 14 février 2015)
  7. « DANE-ELEC MEMORY : Résultat net préliminaire 2010 et nouveau plan de développement », Capital,‎ 14 mars 2011 (consulté le 14 février 2015)
  8. a, b, c, d et e « Fiche société », La Tribune (consulté le 14 février 2015)
  9. a et b Régis Marti, « Dane-Elec contourne la crise des DRAM », Les Échos,‎ 29 juin 1998 (consulté le 14 février 2015)

Lien externe[modifier | modifier le code]