Dan White

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour l'acteur américain, voir Dan White (acteur).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir White.
Tombe de Dan White

Daniel James White (2 septembre 194621 octobre 1985) fut « superviseur » (board supervisor) de San Francisco de 1977 à novembre 1978, lorsqu'il démissionna de son siège à la suite de problèmes financiers. Le 27 novembre 1978, White assassine le maire George Moscone et le superviseur et militant gay Harvey Milk à la mairie de San Francisco de plusieurs balles à l'aide de son arme personnelle.

Dan White est arrêté immédiatement après les assassinats. Son procès, qui se tient en 1979, est célèbre dans les annales judiciaires américaines pour la « défense du Twinkie » (Twinkie defense). Les avocats de White arguent que Dan White était dépressif, s'appuyant notamment sur le fait que Dan White avait changé ses habitudes alimentaires, consommant plus de malbouffe (junk food). Cette défense est perçue par l'opinion publique comme l'invocation d'une consommation excessive de sucreries pour expliquer le comportement irrationnel de White. Un Twinkie est une gourmandise populaire aux États-Unis.

Le 21 mai 1979, le jury populaire déclara Dan White coupable d'homicide volontaire au lieu d'assassinat, malgré l'évidente préméditation qui aurait dû faire qualifier le crime d'assassinat, et White fut condamné à sept ans et huit mois de prison[1]. La communauté gay de San Francisco réagit violemment à l'annonce du verdict et des émeutes éclatèrent, notamment dans le quartier du Civic Center. La police réprima sévèrement les violences par ce que certains dénoncèrent comme une « invasion » du quartier rose de Castro, dont Harvey Milk était une figure légendaire. Cet épisode de l'histoire de San Francisco est tristement désigné par White Night riots (les « émeutes de la nuit White », jeu de mot avec « white night », « nuit blanche »).

White passa cinq ans à la prison d'État de Soledad, et fut amnistié et remis en liberté le 6 janvier 1984. Craignant qu'il soit victime d'un acte de vengeance, l'administration pénitentiaire californienne le relocalisa à Los Angeles, où il passa un an en liberté conditionnelle. Au terme de cette année, White exprima son désir de revenir à San Francisco, ce qui motiva le maire Dianne Feinstein à publier un communiqué où elle demanda à White de ne pas rentrer, qu'il ignora.

De retour à San Francisco, Dan White dut faire face à des conditions difficiles, notamment élever un enfant handicapé né de visites conjugales pendant son incarcération. Son mariage fut dissous [réf. nécessaire] [Pourquoi ?] [Comment ?] et il retomba dans la dépression.

Le 21 octobre 1985, moins de deux ans après sa libération de prison, White se suicida par asphyxie au monoxyde de carbone dans le garage de sa femme.

Notes et références[modifier | modifier le code]