Dampierre (Jura)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dampierre.
Dampierre
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Franche-Comté
Département Jura
Arrondissement Dole
Canton Dampierre
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Jura nord
Maire
Mandat
Grégoire Durant
2014-2020
Code postal 39700
Code commune 39190
Démographie
Population
municipale
1 209 hab. (2011)
Densité 173 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 09′ 21″ N 5° 44′ 36″ E / 47.1558, 5.7433 ()47° 09′ 21″ Nord 5° 44′ 36″ Est / 47.1558, 5.7433 ()  
Altitude Min. 210 m – Max. 272 m
Superficie 6,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Dampierre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Dampierre

Dampierre est une commune française située dans le département du Jura en région Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village de Dampierre domine la vallée du Doubs. Il est situé sur les axes de communication reliant Dole à Besançon et plus largement le Rhin et l'Europe du Nord au Rhône et à la Méditerranée. Dampierre est traversé par les principaux axes de communication de la région : routier (RN73, A36[1], sortie 2.1), ferré (Dijon Besançon), fluvial (Doubs et canal du Rhône au Rhin). La commune doit son développement à sa position géographique, mais également à la présence de petites industries, liées au passé métallurgique de la commune.

Elle se compose du bourg proprement dit de Dampierre, et de deux hameaux qui lui sont rattachés, Chateauneuf, au bord du Doubs en amont, et Les Minerais, situé sur le site des anciennes mines de fer à ciel ouvert.

Bien que chef-lieu de Canton, Dampierre est essentiellement une commune résidentielle et la plupart des services publics et des commerces sont plutôt situés à Fraisans (gendarmerie, collège), Orchamps (pompiers), et surtout à Saint-Vit, dans le département voisin.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

La commune de Dampierre est entourée des communes de :

et peu éloignée de Monteplain et Gendrey.

Voies d’accès[modifier | modifier le code]

Le centre de Dampierre est traversée d'Est en Ouest par la RN73 tandis que l'A36 touche le Nord de la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée au Sud par le Doubs ainsi que par son canal autrement appelé "canal de Monsieur".

Histoire du canal

Présence d'une source

L'étang du Patouillet est également un élément hydrographique important au Nord de la commune.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fraisans était le chef-lieu d'une prévôté appartenant aux comtes de Bourgognes, et dont dépendaient les villages de Dampierre, Plumont, et Rendey . Les prévôts qui tenaient héréditairement la seigneurie au nom du comte de Bourgogne prirent le nom de Fraisans [2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Dampierre Blason De gueules aux deux clefs d'argent passées en sautoir.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.
Alias
Blason à dessiner
Écartelé, au premier d'azur à la lettre capitale N surmontée d'un soleil, le tout d'or, au deuxième aussi d'azur à la bande d'or, au troisième de gueules au cor de chasse d'or, au quatrième d'or plain[3].
Blason à dessiner
De gueules à l'aigle au vol abaissé d'argent surmontée d'un lambel d'or[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Joseph Prost   adjoint délégué,
fait fonction de maire
1945 1947 Fernand Lacroix    
1947   Charles Garneret    
1947 1953 Georges Garneret    
1953 1971 Georges Bourgeois    
1971 mars 2001 Michel Falconnet    
mars 2001 mai 2009 Maurice Berthet[6]   mort en fonctions
mai 2009   Grégoire Durant    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 209 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
528 465 526 504 591 638 606 557 551
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
647 705 947 945 1 014 1 010 932 910 946
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
958 955 805 670 578 518 478 452 493
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
567 588 676 832 941 999 1 157 1 171 1 209
2011 - - - - - - - -
1 209 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Habitants en 1657: 24, en 1688: 113

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Dampierre

Lieu-dit "La source" qui accueille chaque année un bal pour la fête de la musique

L'étang du Patouillet

Le canal du Doubs

La route nationale qui est aussi la rue principale de la commune est bordée dun certain nombre de belles maisons de maitres, témoins du passé métallurgique de la région: la ferme Caron (inscrite à l'inventaire), le château Gaulard (maintenant mairie et perception), et les propriétés longeant la rue de Dole: ancien relais de poste, maison Garnier (nom de son premier propriétaire), dotée d'un parc à l'anglaise remarquable, maison Bazin (du nom de l'ancien député-maire Maurice Bazin, aujourd'hui décédé), maison dite "la courtine".

Le chemin de halage qui borde le "canal Monsieur"[9] est un lieu de promenade très prisé des Dampierrois. Il est également depuis quelques années, le passage de la célèbre "eurovéloroute", piste cyclable européenne qui va de Nantes à Budapest. Voir le site: http://www.eurovelo6.org/.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Michel Vautrot, ancien arbitre international français de football né le 23 octobre 1945.
Article détaillé : Michel Vautrot.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]