Damien de Schönborn-Buchheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Damien de Schönborn-Buchheim
Image illustrative de l'article Damien de Schönborn-Buchheim
Portrait du cardinal de Schönborn
Biographie
Naissance 19 septembre 1676
à Mayence
Ordination sacerdotale 15 août 1720
Décès 19 août 1743 à Bruchsal
Titre cardinalice Cardinal-prêtre de S. Pancrazio fuori le mura
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1713 par le
pape Clément XI
Fonctions épiscopales Prince-évêque de Spire (1719) et de Constance (1722)

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le comte Damien de Schönborn-Buchheim (en allemand Damian Hugo Philipp von Schönborn-Buchheim), né le 19 septembre 1676 à Mayence et mort le 19 août 1743 à Bruchsal était cardinal et prince-évêque de Spire et de Constance.

Famille[modifier | modifier le code]

Damien de Schönborn-Buchheim est le troisième fils d'un ministre d'État à la cour du prince-évêque de Mayence qui eut dix-huit enfants. Son oncle est Mgr Lothaire-François de Schönborn, ses frères les princes-évêques François-Georges, Jean-Philippe et Frédéric-Charles de Schönborn-Buchheim.

Biographie[modifier | modifier le code]

Damien de Schönborn reçoit comme ses frères une éducation extrêmement religieuse, d'abord à demeure puis au collège jésuite d'Aschaffenbourg. Il étudie à Mayence, Wurtzbourg, Rome, Leyde et Louvain. Il dirige une compagnie en 1699 dans l'armée de l'empereur Léopold et remplit diverses missions diplomatiques pour la Hofburg de Vienne à partir de 1706. Clément XI l'appelle dans le Sacré Collège et il devient cardinal en 1713, avant d'avoir reçu les ordres. Malgré sa participation à deux conclaves, le cardinal de Schönborn n'eut pas une grande influence à la Curie romaine.

Grâce à son oncle Lothaire-François, le cardinal de Schönborn devient prince-évêque de Spire en 1719. De plus il est bailli de l'Ordre Teutonique de la commanderie d'Alden Biesen et de Marbourg.

Prince-évêque de Spire[modifier | modifier le code]

Son règne de plus de vingt ans correspond à une période de paix, ainsi que d'épanouissement économique et culturel. Il consolide les finances de la principauté et entreprend plusieurs réformes administratives. Il impose l'instruction obligatoire en 1722. Malgré une intense activité de bâtisseur, le cardinal laisse dans les caisses de la principauté plus d'1,8 million de florins à sa mort. Il fait construire par Balthasar Neumann le château de Bruchsal, et il y établit sa résidence, car le conseil de la ville de Spire est à majorité protestante et réticent à son installation permanente, comme sa population. Le cardinal ne réside dans la ville-même de Spire que l'été.

Le cardinal est consacré évêque-coadjuteur de la principauté ecclésiastique de Constance en 1722, grâce à l'appui de ses frères. Le cardinal meurt des suites de la malaria qu'il avait contractée à Rome.

Résidences du cardinal dans son diocèse[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Source[modifier | modifier le code]