Damé Grouev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Damé Grouev
Portrait de Damé Grouev
Portrait de Damé Grouev

Naissance 19 janvier 1871
Smilevo
Décès 23 décembre 1906
Montagne de Maléchévo
Origine Drapeau de l'Empire ottoman Empire ottoman
Allégeance Drapeau de la Bulgarie Bulgarie
Drapeau de la Macédoine Macédoine
Autres fonctions professeur des écoles
correcteur d'imprimerie.

Damian Iovanov Grouev (en bulgare Дамян Йованов Груев, appelé Damé Grouev (Даме Груев), né le 19 janvier 1871 à Smilevo (aujourd'hui en République de Macédoine) et mort le 23 décembre 1906 dans le massif de Maléchévo est un révolutionnaire autonomiste macédonien. C'est l'un des fondateurs de l'Organisation révolutionnaire intérieure macédono-andrinopolitaine[1] et de l'Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne. Il a également joué un rôle clé dans l'insurrection d'Ilinden, dirigée contre le pouvoir ottoman afin d'obtenir l'autonomie de la Macédoine. La plupart des historiens le considèrent comme bulgare[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9],[10],[11] mais en République de Macédoine actuelle il est considéré comme macédonien[12],[13],[14],[15].


Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il fit ses études primaires dans son village natal, des études secondaires à Resen, Monastir et au gymnase bulgare pour hommes de Salonique et des études supérieures d'histoire à l'université de Sofia (1889-1890).

Alors qu'il était encore au lycée à Salonique, Grouev ressentit le poids de l'oppression insupportable de l'Empire ottoman et des mauvais traitements dont faisaient l'objet les Slaves. Il quitta donc l'université et retourna en Macédoine pour s'impliquer dans le mouvement révolutionnaire.

Premiers pas dans l'activité révolutionnaire[modifier | modifier le code]

Pour mener à bien ses projets et pour éviter d'éveiller les soupçons des autorités turques, Damé Grouev décida de devenir un professeur d'école bulgare. Au cours des deux années qui suivirent son retour en Macédoine, il enseigna d'abord dans son village natal de Smilevo de 1891 à 1892, puis dans la ville de Prilep de 1892 à 1893. Il s'établit, en 1883, à Salonique où il devint correcteur à l'imprimerie Samarciev. Il est ensuite professeur à Chtip de 1894 à 1895, puis professeur-inspecteur à Salonique et à nouveau professeur à Monastir.

Damé Grouev en armes

En mai 1900 il est arrêté et incarcéré dans une prison de Monastir, et, fin mai 1902, il est condamné au bannissement et emprisonné à Podroum Kale en Anatolie où il retrouve Chritian Matov et Christian Tatarchev qui étaient là depuis janvier 1901. malgré cet éloignement il resta en contact secrètement avec l'Organisation révolutionnaire intérieure macédonienne. Au début de 1903, il fut libéré par une amnistie générale, se rendit à Salonique et, en sa qualité de membre du comité central, appela à l'insurrection. Il participa à Smilevo au congrès du mouvement ou il fut nommé secrétaire du comité. Ce congrès décida que la date du soulèvement serait fixée au 2 août 1903 et envoya Grouev, Boris Sarafov et Alexandre Lozanchev pour encourager et diriger les forces révolutionnaires de la région de Bitola.

Le soulèvement d'Ilinden[modifier | modifier le code]

Il vécut la retraite des troupes turques et la libération de son village natal Smilevo, puis l'établissement d'une petite république indépendante autour de Krouchevo. Cette insurrection, appelée « insurrection d'Ilinden », est une suite d'escarmouches avec les forces ottomane. Mais le renfort de 300.000 soldats mit fin en quelques jours à la République de Kruševo. Les partisans se dispersèrent, certain se réfugièrent à Sofia, d'autre continuèrent la lutte sur le terrain devant la répression sanglante qui était menée en Macédoine[16].

La fin[modifier | modifier le code]

En 1906, alors qu'il se rendait à un congrès du VRMO avec le détachement de Alexandre Kitanov par la route de Kustendil à Sofia, il est attaqué par les Turcs le 23 décembre dans le district de Malechevo. Blessé, il tente de se cacher mais il est retrouvé puis tué. À la nouvelle de sa mort, les autorités turques demandèrent une confirmation de décès ; son corps fut déterré puis photographié.

Une baie de l'Île Greenwich, qui est située en Antarctique, fut nommée en son honneur. Elle est localisée en 62° 30′ 22″ S 59° 33′ 46″ O / -62.50611, -59.5627862° 30′ 22″ S 59° 33′ 46″ O / -62.50611, -59.56278.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. ..."It appears to have originally been called the Bulgarian Macedonian-Adrianopolitan Committee (BMORK — the'O'standing for Odrin or Adrianopole). In 1902 it changed its name to the Secret Macedonian Adrianopolitan Revolutionary Organisation"... Who are the Macedonians? Hugh Poulton, C. Hurst & Co. Publishers, 2000, ISBN 1-85065-534-0, p. 53.
  2. "The National Question in Yugoslavia. Origins, History, Politics" by Ivo Banac, Cornell University Press, 1984. pp. 307-328
  3. Д. О. Лабаури. Болгарское национальное движение в Македонии и Фракии в 1894 - 1908 гг.: Идеология, программа, практика политической борьбы. София, 2008. с. 248.
  4. Российская Академия Наук, Институт Славяноведения, Человек на Балканах, Государство и его институты: гримас политической модернизации, последняя четверть XIX — начало XX в. с. 166-176.
  5. Region, Regional Identity and Regionalism in Southeastern Europe, Klaus Roth, Ulf Brunnbauer, LIT Verlag Münster, 2009, ISBN 3-8258-1387-8, pp. 135-136.
  6. We, the people: politics of national peculiarity in Southeastern Europe, Diana Mishkova, Central European University Press, 2009, ISBN 963-9776-28-9, p. 125.
  7. Claiming Macedonia: the struggle for the heritage, territory and name of the historic Hellenic land, 1862-2004, George Constantine Papavizas, McFarland & Company, 2006, ISBN 0-7864-2323-4, p. 41.
  8. Socialism and nationalism in the Ottoman Empire, 1876-1923, Mete Tunçay, Erik Jan Zürcher, British Academic Press and International Institute of Social History, Amsterdam, 1994 ISBN 1-85043-787-4, p. 33.
  9. Contested Ethnic Identity: The Case of Macedonian Immigrants in Toronto, 1900-1996, Nationalisms Across the Globe, Chris Kostov, Peter Lang, 2010, ISBN 3-0343-0196-0, pp. 69-70.
  10. Yugoslav Communism and the Macedonian Question, Stephen E. Palmer, Robert R. King, Archon Books, 1971, ISBN 0-208-00821-7, p. 14; p. 117.
  11. Сборник: Вътрешната Македоно-Одринска революционна организация през погледа на нейните основатели. Спомени. Съставителство, предговор и бележки П е т р о в, Т. и Ц. Б и л я р с к и, 1995, стр. 13-48.
  12. Ivo Banac, With Stalin against Tito: Cominformist splits in Yugoslav Communism
  13. Dame Gruev's death on macedonium.org
  14. "They took for their motto the words of Gladstone "Macedonia for the Macedonians". They differentiated themselves from the Bulgarians and the Macedonians living in Bulgaria....", Macedonia's heroic struggle for freedom, New York Times, 6 December 1903
  15. Dame Gruev's memories:."..And them I with few others Macedonians went to Belgrade." in Macedonian
  16. sa biographie en anglais sur le blog histoire-macédonienne