Dalstroï

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Territoires du Dalstroï : extensions de 1932 à 1951

Le Dalstroï (en russe : Дальстрой) est une organisation soviétique créée en 1931 par le NKVD et chargée de gérer la construction de routes et l'exploitation des mines d'or dans la région de la Kolyma et s'étendant jusqu'à la péninsule Tchouktche.

Le Dalstroï employait de la main-d'œuvre forcée : environ 138 000 zeks y travaillaient dans les mines d'or en 1939[1]. Au fil des années, le Dalstroï étendit son emprise à la quasi-totalité de la région de la Kolyma et y créa quelque 80 camps du Goulag. Sa base était située à Magadan. Après la mort de Staline, en 1953, le Dalstroï fut réorganisé et ne conserva que la dimension économique de ses activités, la dimension disciplinaire de gestion des camps étant confiée à l'USVITL du Goulag et ses attributions administratives étant transférées à l'oblast de Magadan nouvellement créé.

Prisonniers du Dalstroï[2]
Année Nombre Année Nombre
1932 11,100 1944 84,716
1934 29,659 1945 93,542
1935 36,313 1946 73,060
1936 48,740 1947 93,322
1937 70,414 1948 106,893
1938 90,741 1949 108,685
1939 138,170 1950 153,317
1940 190,309 1951 182,958
1941 187,976 1952 199,726
1942 177,775 1953 175,078
1943 107,775
Au 1er janvier sauf en 1932 en décembre


Les chefs du Dalstroï[modifier | modifier le code]

  • Edouard Berzine : 1932-1937.
  • Karp Aleksandrovitch Pavlov : 1937-1939.
  • Ivan Nikichov : 1940-1948.
  • Ivan Grigorevitch Petrenko : 1948-1950.
  • I.L. Mitrakov : 1951-1956.
  • Iouri Veniaminovitch Tchougouïev : 1956-1957.
E.P. Berzine.
K.A. Pavlov.
I.G. Petrenko.
I.L. Mitrakov.
I.V. Tchougouïev.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marie Jégo, « 7 avril 1930, le bureau politique instaure le Goulag », dans Le Monde du 03/03/2003, [lire en ligne]
  2. Modèle:Ru icon Dalstroy prisoners

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) David J. Nordlander, « Magadan and the evolution of the Dal´stroi bosses in the 1930s », Cahiers du monde russe, 42/2-4, 2001, pp. 649-666. [1]