Dalek (épisode)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dalek.
Dalek
Épisode de Doctor Who
Titre original Dalek
Numéro d'épisode Saison 1 (2de série)
Épisode 6
Réalisation Joe Ahearne
Scénario Robert Shearman
Production Phil Collinson
Durée 45 minutes
Diffusion Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : 30 avril 2005

Drapeau de la France France : 19 novembre 2005

Personnages Docteur :

9e (Christopher Eccleston)
Compagnons :
Rose Tyler (Billie Piper)
Adam Mitchell (Bruno Langley)

Époque 2012
Chronologie
Précédent Troisième Guerre mondialea Un jeu interminable Suivant
Liste des épisodes

Dalek (Dalek) est le sixième épisode de la première saison de la seconde série télévisée britannique Doctor Who, diffusé pour la première fois le 30 avril 2005 sur BBC One. Il ne doit pas être confondu avec un arc de la première série, The Daleks. Cet épisode marque la première apparition des Daleks dans la seconde série.

Nommé en 2006 pour le prix Hugo dans la catégorie série ou court métrage, il arrive finalement en troisième position derrière deux autres épisodes de Doctor Who, Fêtes des pères et Drôle de mort / Le Docteur danse[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Le Docteur et Rose, répondant à un signal de détresse, apparaissent dans un bunker souterrain situé près de Salt Lake City, Utah, en l'an 2012. Ils découvrent que l'endroit appartient à Henry van Statten, un richissime collectioneur d'objets extra-terrestres, qui emploie une milice privée. Tandis que Rose visite l'installation avec un expert en technologie, le jeune Britannique Adam Mitchell, van Statten se charge du Docteur à qui il veut montrer une créature qui fait sa fierté : le « Metaltron », enfermé dans une chambre forte. Le Docteur est sidéré de voir que le Metaltron est un Dalek, enchaîné et pratiquement vidé de toute énergie. Il affirme au Dalek qu'ils sont chacun le dernier représentant de son espèce, et qu'il les a personellement tous annihilés pour mettre fin à la guerre. Il tente ensuite de détruire le Dalek mais est arrêté par les gardes de van Statten et reconduit dans les bureaux de ce dernier.

Pendant ce temps, Adam montre différents objets extra-terrestres à Rose. En voyant sur un écran un employé torturer le Dalek - une espèce dont elle ignore tout - elle prend pitié, descend au sous-sol et touche l'armure en métal, permettant à l'extra-terrestre de se nourrir de son ADN, de reprendre de l'énergie et de briser ses chaines. Le Dalek puise l'énergie de la base pour réparer son armure et commence à exterminer les gardes. Cependant, un Dalek est un soldat qui a besoin de recevoir des ordres, or celui-ci étant le dernier de son espèce se pose de ce fait des questions existentielles. Le Docteur lui propose de se suicider, ce qu'il refuse, disant que « les Daleks doivent survivre ». Adam réussit à s'échapper mais Rose, pas assez rapide, est emprisonnée dans le sous-sol qui est scellé par van Statten. Cependant, le Dalek montre une certaine sympathie pour Rose et l'épargne. Ils montent dans les bureaux de van Statten que le Dalek accepte également de ne pas tuer en échange de sa liberté.

Rose et le Dalek arrivent à l'étage le plus élevé, juste en dessous de la surface. Le Dalek ouvre une brèche dans le plafond qui fait entrer la lumière et, ouvrant son armure, prend pour la première fois de sa vie un bain de soleil. Le Docteur apparaît, arme à la main, et s'apprête à le détruire, mais Rose s'y oppose et lui prouve que le Dalek a changé ; son ADN l'a influencé. Il ne peut pas supporter d'être un mutant et se suicide.

L'assistante de Van Statten le fait arrêter par les gardes survivants pour lui faire subir le sort qu'il réservait à ses collaborateurs : un effacement complet de sa mémoire. Près du TARDIS, le Docteur observe tristement qu'il est le « seul rescapé de la Guerre du Temps » et affirme à Rose qu'aucun autre Seigneur de Temps ne peut avoir survécu. Adam, venu les prévenir que la base va être remplie de ciment, part finalement avec eux à bord du TARDIS.

Distribution[modifier | modifier le code]

Continuité[modifier | modifier le code]

  • Le nom de code de l'hélicoptère de van Statten est « Méchant Loup » (« Bad Wolf » en anglais).
  • C'est le premier épisode dans lequel les événements de la Guerre du Temps sont clairement expliqués.
  • De nombreux objets liés à l'univers de Doctor Who sont exposés dans le musée de van Statten, comme le bras d'un Slitheen (L'Humanité en péril) le visage d'un Cyberman tel qu'ils apparaissent dans Revenge of the Cybermen (1975) ou le corps d'un Mechanoid (The Chase) (1965).
  • On retrouve de nombreuses critiques et blagues au sujet des Daleks : le fait qu'ils ressemblent à une poivrière, qu'ils aient une arme en forme de ventouse, qu'ils ne peuvent pas monter un escalier ou qu'ils sont lents[2],[3],[4]. Si les Daleks peuvent voler depuis l'épisode The Chase on ne voit ceux-ci se lever au-dessus d'escaliers que dans Remembrance of the Daleks (1988).
  • En référence au titre original de cet épisode, on peut voir des cartons de pizzas de la marque fictive Jubilee. Cette pizzeria est également présente à Cardiff, dans la série Torchwood.

Références culturelles[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Scénarisation[modifier | modifier le code]

L'épisode est la réécriture d'un épisode audio-phonique de Doctor Who, Jubilee, écrit par Robert Shearman en 2003. À l'origine, le nouveau producteur de Doctor Who Russell T Davies souhaite dès le départ expliquer la disparition des Seigneurs du Temps par une guerre entre eux et les Daleks, en supposant que le premier acte de la guerre serait la mission donnée par les Seigneurs du Temps dans l'épisode de 1975 La Genèse des Daleks. Il contacte alors Shearman afin qu'il modifie le scénario de Jubilee en estimant qu'il pourrait être une bonne entrée en matière pour cet événement. Dans Jubilee, le sixième Docteur (Colin Baker) et sa compagne Evelyn Smythe enchaînent des événements qui mènent le Docteur à devenir l'image d'un tyran sanguinaire après sa rencontre avec un Dalek resté le seul de son espèce[5].

Le résumé de cet épisode figure déjà dans les documents de travail de 2003 sous le titre de The Return of the Daleks, et avait introduit le personnage de Will Fences, une parodie de Bill Gates et Adam pour lequel Rose devait développer des sentiments amoureux afin d'en faire un futur compagnon du Docteur. Shearman commence l'écriture de l'épisode sous le nom de The Creature of Lies et donne à Fences le nom de « M. Duchesne » avant que Davies ne se prononce contre et qu'il convienne sur le nom de Henry Von Statten[5]. Adam avait été brièvement considéré comme pouvant être le fils de Von Statten.

Shearman demande également à sa petite amie ce qu'elle trouve d'assez idiot chez les Daleks, celle-ci invoque le fait de ne pas pouvoir monter les escalier, la ventouse, leur manque de vision et leur faiblesse face aux balles. Le script s'amuse à corriger chacun de ces préjugés : les Daleks peuvent monter les escaliers, leurs ventouses aspirent les informations et les êtres humains, ils peuvent voir derrière eux et sont immunisés contre les balles. Il insère aussi de nombreuses comparaisons dans la bouche des personnages au sujet de la forme des Daleks (poivrière, poubelle, etc.) et justifie les sphères qu'ils ont sur le corps.

Toutefois en juillet 2004, Davies et Shearman voient leur scénario être désorganisé par les héritiers de Terry Nation, détenteurs des droits sur les Daleks, qui souhaitent avoir un droit de regard sur le script. L'avocat de la famille Nation, Tim Hancock, estime que le Dalek décrit dans cet épisode est trop éloigné de la vision que Nation avait d'eux et reproche à la BBC d'avoir donné l'accord de faire apparaître des Daleks sans les consulter, comme pour le cas d'un caméo dans le film Les Looney Tunes passent à l'action. En attendant que l'affaire se conclue, Davies offre à Shearman la possibilité de modifier le script pour y inclure un nouveau monstre. Il invente alors des créatures sphériques, les Toclafanes qui ont une voix d'enfant et tuent pour le plaisir. Shearman intitule ironiquement le script Absence of the Daleks (L'Absence des Daleks) en parodiant les titres des épisodes de la première série[5],[6].

L'affaire se conclue un mois après, le 4 août 2004, sur un accord de dernière minute entre la BBC et les héritiers Nation. Julie Gardner propose alors que l'épisode se nomme tout simplement Dalek et suggère qu'un casque de Cyberman apparaisse dans l'épisode.

Casting[modifier | modifier le code]

  • L'acteur Bruno Langley, connu pour avoir joué Todd Grimshaw, le premier personnage gay à être apparu dans la série Coronation Street, est choisi par Joe Ahearne pour jouer le rôle du nouveau compagnon Adam Mitchell. Son personnage est révélé à la presse le 7 octobre 2004.
  • Anna-Louise Plowman n'est pas américaine et il arrive que son accent la trahisse.

Tournage[modifier | modifier le code]

Cet épisode fait partie du troisième bloc de tournage de la série qui devait se concentrer sur les épisodes intermédiaires comme : Dalek et Fêtes des pères. Le réalisateur engagé pour ces épisodes est Joe Ahearne, un réalisateur qui avait tourné et écrit des scripts pour des séries comme La Vie en Face, Ultraviolet et Strange. C'est Davies qui a demandé à placer cet épisode en milieu de saison, contrairement aux volontés de la BBC qui souhaitait le placer immédiatement après le pilote. Davies pensait que placer un élément mythologique si tôt risquait de faire décroître l'intérêt pour la nouvelle série.

Le travail sur l'épisode commence à partir du 25 octobre 2004 au National Museum of Wales de Cardiff qui sert de décor à la salle d'exposition de Van Statten[5]. Une grande partie de l'épisode est tournée du 26 octobre au 3 novembre au Millennium Stadium de Cardiff qui est utilisé pour le couloir du bunker de Von Statten. L'épisode est complété par les scènes se situant dans le bureau de Von Statten (tournées les 4, 5 et 8 novembre) dans l'atelier d'Adam (23 novembre) et par des plans de coupes variés (26 novembre). Toutes sont filmées au studio Unit Q2, à Cardiff, le studio principal servant aux épisodes de la série.

Diffusion et réception[modifier | modifier le code]

Lors de sa première diffusion, l'épisode rassemble 8,63 millions de téléspectateurs. Il réalise la cinquième meilleure audience de la semaine sur BBC One derrière quatre épisodes d'EastEnders et la meilleure audience du jour toutes chaines confondues[7].

Immédiatement après sa diffusion, l'épisode est vivement critiqué par l'association de téléspectateurs Mediawatch-uk notamment à cause de la scène où Van Statten torture le Docteur, jugée inappropriée pour son sadisme, ainsi que le passage où Van Statten suggère des positions sexuelles qu'Adam pourrait faire à Rose[8].

Lors de sa sortie en DVD, cet épisode a obtenu une interdiction aux moins de 12 ans par la British Board of Film Classification à cause de la scène où le Docteur torture le Dalek[9]. La BBC se sentait « préoccupée par le rôle de modèle du Docteur et l'influence que ses actions contre le Dalek peuvent avoir sur des enfants. Transposé sur un terrain de jeu, cela constituerait une action que l'on voudrait punissable »[10].

Critiques[modifier | modifier le code]

Les critiques concernant cet épisode sont généralement très positives.

The Times qualifie cet épisode de « triomphe indécent » et The Times déclare que le script de Shearman est au-delà de toutes les espérances et que cet épisode « montre que les enfants de 2005 sont toujours réceptifs aux monstres métalliques iconiques ». The London Evening Standard n'a qu'un seul regret, le manque de surprise généré par le titre de l'épisode, et le Daily Mirror dit simplement que pendant 30 minutes fantastiques, la nouvelle série Doctor Who de la BBC est « la meilleure chose qu'on ait vue à la télévision »[11].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) 2006 Hugo Awards sur le site officiel.
  2. Peter Birkett, « Well, this certainly buggers our plan to conquer the Universe. », Punch,‎ 1981-08-05 (lire en ligne)
  3. Ron Dippold, « Federal Department of Transportation Bulletin #92–132 » [USENET post], alt.fan.warlord, Google Groups,‎ 6 février 1992 (consulté le 15 janvier 2007)
  4. Ben Heath, « Best records, 2001–2005 », dtweekend, Daily Texan,‎ 8 décembre 2005 (consulté le 15 janvier 2007)
  5. a, b, c et d (en) Shannon Sullivan, « "Dalek" », Doctor Who: A Brief History of Time (Travel) (consulté le 23 janvier 2008)
  6. L’absence des Daleks, Sullivan Le Postec, 21 décembre 2009.
  7. (en) BBC1 w/e 1 May 2005, BARB.
  8. Shaun Lyon, « Weekend Series Coverage », Outpost Gallifrey,‎ 25 avril 2005 (consulté le 26 janvier 2008)
  9. (en) « Under-12 ban on Dalek torture DVD », BBC News, BBC,‎ 2005-05-16 (lire en ligne)
  10. Inspirée de : « We are concerned about role models for children using the sort of tactics that Doctor Who used against the Dalek. If that was transferred into the playground it would be something we would want to tackle. »
  11. Shaun Lyon, et al., « Saturday Series Press Roundup », Outpost Gallifrey,‎ 1 mai 2005 (consulté le 26 janvier 2008)