Dalea formosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dalea formosa est une espèce de plante arbustive pérenne, originaire des États-Unis et du Mexique, de la sous-famille des Faboideae (famille des Fabacées).

Description morphologique[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un buisson non épineux bas (30 à 90 cm de hauteur) aux feuilles composées imparipennées, d'un vert légèrement argenté par des poils soyeux. Les feuilles, de moins de 13 mm de long, sont divisées en 7 ou 9 folioles très petites (de 1 à 7 mm de long), un peu charnues et incurvées[1],[2].

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

La reproduction chez cette espèce se fait grâce aux graines. La floraison survient entre mars et mai, avec parfois une deuxième floraison en septembre. L'inflorescence est une grappe de deux à neuf fleurs d'environ 1 à 1,2 cm de long.

Le calice est composé de sépales long et mince, couverts de poils soyeux. La corolle est constituée de 5 pétales : le pétale supérieur, large et jaune, et 4 autres de couleur rose violacé (les deux pétales latéraux enclosent les deux pétales inférieurs, joints en forme de carène de navire)[1]. Les fleurs sont suivies de petites gousses indéhiscentes couvertes de poils soyeux, de 3 mm de long[3],[2].

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Dalea formosa vit au sud-ouest des États-Unis et au nord du Mexique. Il fait partie de la végétation broussailleuse des déserts et plaines d'altitude entre l'Oklahoma et le centre de l'Arizona (au nord), et le nord du Mexique (au sud)[1].

Cette espèce préfère les sols secs et pauvres (si le sol est amendé, elle devient malingre), nécessite peu d'eau, et est la plus résistante au froid de toutes les espèces de Dalea. Elle demande par contre beaucoup de lumière, et une pleine exposition au soleil est nécessaire[3].

Rôle écologique[modifier | modifier le code]

Dalea formosa est un des hôtes d'un végétal endoparasite, Pilostyles thurberi (Rafflesiaceae)[1].

Cette plante produit du nectar utilisé par les insectes butineurs, et sert de pâturage à différentes espèces de lapins d'Amérique, au Jackrabbit, et au cerf hémione[3].

Cette espèce à croissance assez lente et assez peu résistante au feu est, comme toutes les Fabacées, fixatrice d'azote grâce à des nodosités[4].

Systématique[modifier | modifier le code]

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Cette plante a été décrite en 1828 par le médecin, chimiste et botaniste américain John Torrey dans son ouvrage "Annals of the Lyceum of Natural History of New York". Elle aussi été nommée Parosela formosa ((Torr.)Vail.), mais cette appellation n'a pas été retenue[5].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Dalea est un hommage au botaniste anglais Samuel Dale (1659-1739). Le terme "formosa" vient du latin "formosus", qui signifie "beau", en référence aux fleurs de ce buisson[2].

Dalea formosa et l'homme[modifier | modifier le code]

Elle a été utilisée par certaines tribus amérindiennes comme bois de chauffage mais aussi comme plante médicinale (en tant qu'émétique ou que fortifiant[6]).

Cet arbuste, avec ses nombreuses branches, ses petites feuilles et son écorce sombre, est parfois utilisé pour l'art du bonsaï[1].

Ses faibles exigences et le caractère attractif de sa floraison en fait un bon candidat pour les jardins dans les zones à sols pauvres et à climat sec et ensoleillé[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e MacMahon J.A. (1997) Deserts p 360/361, National Audubon Society Nature Guides, Knopf A.A. Inc, ISBN 0-394-73139-5
  2. a, b et c Oklahoma Biological Survey, « Dalea formosa Torr. », sur www.biosurvey.ou.edu,‎ octobre 1999 (consulté le 29 juin 2009)
  3. a, b, c et d (en) Native Plant Information Network, « Dalea formosa Torr », Lady Bird Johnson Wildflower Center, University of Texas,‎ 2007 (consulté le 25 novembre 2008)
  4. (en) Dalea formosa Torr sur le site de l'United States Department of Agriculture
  5. Parosela formosa (Torr.)Vail. sur Catalogue of Life:annual checklist, 2008, Species 2000 et ITIS
  6. Swank G.R. (1932) The Ethnobotany of the Acoma and Laguna Indians University of New Mexico, p. 57

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :