Dale Earnhardt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ralph Dale Earnhardt Sr.

Description de l'image  Dale Earnhardt visits Langley AFB.jpg.
Naissance 29 avril 1951
Kannapolis, Caroline du Nord
Date de décès 18 février 2001 (à 49 ans)
No  et écurie #3 - Richard Childress Racing
1re course 1975 World 600 (Charlotte)
1re victoire 1979 Volunteer 500 - Bristol
Dernière victoire 2000 Winston 500 - Talladega
Palmarès 7 Winston cup (1980, 1986, 1987, 1990, 1991, 1993, 1994)
+ Rookie of the Year (1979)
Victoires Top 10 Poles
76 428 22

Dernière mise à jour le 5 novembre 2013.

Statistiques

Sprint Cup Series

Dale Earnhardt (né le 29 avril 1951 à Kannapolis, Caroline du Nord - mort le 18 février 2001 à Daytona Beach, Floride dans le dernier tour du Daytona 500) était un pilote automobile américain de NASCAR. Avec sept titres de la Winston Cup (aujourd'hui Sprint Cup Series), il est codétenteur du record avec Richard Petty.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Dale affirmait lui-même qu'il n'avait jamais envisagé d'autre métier que celui de pilote de course. Et pour cause, il a en permanence l'exemple de son père, Ralph, pilote estimé dans les années 1950, spécialiste des short tracks (petites pistes ovales). Toutefois, Ralph n'a jamais aidé son fils à devenir pilote, voulant tester sa motivation. Afin de pouvoir se lancer dans la compétition, Dale quitte l'école très tôt et enchaîne les petits boulots. Accumulant les difficultés, il se marie et devient père de famille à 18 ans mais il divorcera un an plus tard, emporté par le démon de la course.

Au début des années 1970, il lui arrivera de croiser la route de son père sur les speedways, ce qui donne lieu à de féroces duels. Dans le même temps, il épousera Brenda, la fille de son mécanicien Robert Gee. De cette union naîtra une fille, Kelley, et un garçon, Dale Junior.

La mort de son père en 1973 est dramatique pour lui mais décuple sa motivation. Il se met à travailler jour et nuit et va jusqu'à emprunter le jeudi l'argent qui lui permettra de courir le week-end. Son mariage ne résiste pas à cette boulimie de travail, ce qui le rend encore plus agressif sur les dirt tracks (piste en terre) de sa région. Son habileté est remarquée et on lui offre, en 1975, la possibilité de courir à Charlotte en Winston Cup Grand National. Il sera engagé par Rod Osterlund pour son premier championnat complet en 1979. Coup d'essai, coup de maître : Dale finit 7e au classement général, s'offre une victoire à Bristol et obtient le trophée du « Rookie de l'année ».

Champion[modifier | modifier le code]

L'année suivante, Dale parvient à un résultat que personne n'a encore réussi : il remporte la Winston Cup dans la foulée de son titre de meilleur Rookie, signant, au passage, cinq victoires en championnat. En seulement deux ans, il s'est imposé comme le chef de la nouvelle vague de pilotes. Cependant, en 1981, Rod Osterlund vend son écurie. Il va rejoindre Ford avec l'écurie de Bud Moore, mais bien peu de temps puisqu'en 1984 il rejoint l'écurie de Richard Childress qui vient lui-même de mettre fin à sa carrière de pilote. Cette association fructueuse qui durera jusqu'au bout rapportera 67 victoires et six couronnes supplémentaires de champion, en 1986, 1987, 1990, 1991, 1993, et 1994.

Ses sept championnats le portent à égalité avec Richard Petty, mais la comparaison s'arrête là tant leur personnalité est différente. Petty était aimé de tous, il incarne encore maintenant l'esprit de la Nascar, alors que Dale est détesté d'une partie du public en raison de son pilotage agressif qui lui valut son surnom : « The Intimidator » (« L'intimidateur »). La plupart avouent que la simple présence de Dale derrière eux les déstabilise, en effet, en fin de course Dale n'hésitait pas à bousculer les autres pilotes afin de passer devant. Pour certaines personnes, Dale rendait la Nascar plus attrayante, il était sévère dans sa manière de piloter et beaucoup de gens trouvaient son charisme et son pilotage extraordinaire. En octobre 2000, à Talladega, il parviendra à remonter de la 18e place en seulement trois tours et à s'adjuger la victoire.

Mort en course[modifier | modifier le code]

Dale Earnhardt s'éteint en pratiquant son art, dans un accident survenu au dernier virage du dernier tour du Daytona 500 de 2001, sous les yeux de Darrell Waltrip, ancien pilote et grand ami de Dale, devenu commentateur pour la télévision américaine.

Dale Earnhardt est mort lors d'une épreuve qu'il n'a remportée qu'une seule fois en 34 courses sur un circuit qu'il affectionnait particulièrement[réf. nécessaire]. Il déclarait avec légèreté être le recordman des « 495 miles » de Daytona…

Ironie du sort, le vainqueur de l'épreuve est Michael Waltrip (frère de Darrell Waltrip), pilotant une voiture de la Dale Earnhardt Incorporated, écurie créée par Dale Earnhardt pour son fils, qui arriva d'ailleurs second de l'épreuve.

Son fils[modifier | modifier le code]

Dale Earnhardt Jr participe au même championnat Nascar (maintenant appelé Sprint Cup), jusqu'en 2007 au volant d'une Chevrolet Monte-Carlo rouge Budweiser no 8 (ce même no 8 qui était arboré par Ralph Earnhardt) propriété de l'écurie Dale Earnhardt Incorporated maintenant gérée par Teresa Earnhardt, troisième épouse de Dale. Depuis 2008, il court pour Hendrick Motorsports sous le numéro 88.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Christian Courtel, Il était une fois la Nascar : Des good ol'boys aux golden boys, Chronosports, 2003 (ISBN 978-2-8470-7004-0)