Dakar-Plateau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dakar-Plateau
Panorama de Dakar-Plateau.
Panorama de Dakar-Plateau.
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Dakar
Département Dakar
Maire
Mandat
Alioune Ndoye
2009-2014
Démographie
Population 36 901 hab. (estim. 2007)
Densité 5 272 hab./km2
Géographie
Coordonnées 14° 40′ 31″ N 17° 25′ 13″ O / 14.6753483, -17.4203669 ()14° 40′ 31″ Nord 17° 25′ 13″ Ouest / 14.6753483, -17.4203669 ()  
Altitude Max. 40 m
Superficie 700 ha = 7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Dakar-Plateau

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Dakar-Plateau

Dakar-Plateau est l'une des 19 communes d'arrondissement de la ville de Dakar (Sénégal). Elle fait partie de l'arrondissement de Dakar Plateau.

C'est le quartier le plus moderne de la capitale, situé dans le sud de la presqu'île du Cap-Vert, face à l'île de Gorée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dakar-Plateau, vu de l'île de Gorée.
Plan de la pointe de Dakar en 1863.

Aujourd'hui symbole de modernité, c'est pourtant là que se trouvent les plus anciens bâtiments de la ville. Après un premier plan cadastral en 1858, le gouverneur Pinet-Laprade fait dresser un nouveau plan d'alignement de la ville en 1862. D'autres constructions sont réalisées par l'administration de l'AOF coloniale, lorsque sa capitale est transférée de Saint-Louis à Dakar en 1902. L'avenue El-Hadj-Malick-Sy fut ainsi conçue pour séparer obliquement d'est en ouest ces édifices de leur environnement indigène plus populaire.

Géographie[modifier | modifier le code]

Physique géologique[modifier | modifier le code]

Dakar-Plateau est construit sur la pointe rocheuse de la presqu'île du Cap-Vert s'achevant au sud par le cap Manuel. Cette avancée est contournée par une corniche creusée dans le rocher.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2002, la commune comptait 32 795 habitants, 6 872 ménages et 4 644 concessions.

Fin 2007, selon les estimations officielles, la population s'élèverait à 36 901 personnes.

Économie[modifier | modifier le code]

Sur la place de l'Indépendance

Le Plateau reste l'un des ensembles les plus européanisés d'Afrique. Héritage du plan d'origine, quelques grandes artères le structurent, notamment l'avenue Lamine-Guèye, véritable épine dorsale du quartier. Les dénominations de nombreuses voies sont autant de références à la culture française : rue Jules-Ferry, rue Carnot, rue Kléber, rue Zola, rue Victor-Hugo, rue Félix-Faure, rue Gambetta ou encore avenue Georges-Pompidou – anciennement avenue William-Ponty. L'Institut français Léopold Sédar Senghor se trouve à l'intersection de la rue Carnot avec la rue Joseph-Gomis. La spacieuse place de l'Indépendance, d'où part l'avenue Léopold-Senghor, constitue le cœur de la capitale.

Le style néo-soudanais du marché Sandaga

La gare ferroviaire et le port, avec l'embarcadère pour Gorée, sont situés au nord-est de ce secteur.

On trouve au Plateau nombre d'ensembles résidentiels, des banques, des compagnies aériennes, les sièges sociaux des grandes entreprises, les services administratifs et la plupart des édifices institutionnels, tels que l'Assemblée nationale et l'Institut fondamental d'Afrique noire sur la place Soweto, le palais de la Présidence de la République – surnommé « la Maison blanche » – construit en 1907 pour le gouverneur général de l'AOF, des ministères, des ambassades, l'Hôtel de Ville, la Chambre de Commerce, l'hôpital central, de même que la Cathédrale du Souvenir africain, inaugurée en 1929, et plusieurs mosquées.

Grands hôtels, restaurants à la mode, boutiques de luxe et galeries d'art y ont élu domicile. La Biennale de Dakar y a son Secrétariat. Plus ouverts au secteur informel, le marché Kermel et surtout le marché couvert Sandaga – le plus grand de la ville – sont très fréquentés.

Aujourd'hui la fulgurante croissance démographique de la capitale conduit à l'engorgement de ce quartier. Des projets sont à l'étude pour tenter de le résorber.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Nafissatou Niang Diallo, De Tilène au Plateau, une enfance dakaroise, Dakar, Les Nouvelles Éditions Africaines, 1975, 133 p. (ISBN 2-7236-0099-8)
  • (fr) Maguette Seydi Diop, Occupation et utilisation des espaces urbains : approche socio-spatiale de l'encombrement des rues de Dakar. Cas du quartier Plateau, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1989, 142 p. (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) François Geffroy, Un quartier de Dakar, "Le Plateau", Dakar, Université de Dakar, 1967, 132 p. (Diplôme d'études supérieures)
  • (fr) Seydina Oumar Aldo Mbengue, Problématique de la gestion des flux circulatoires dans le domaine du Plateau, 1999 (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Abdoulaye Ndiaye, La reconversion des surfaces commerciales dans le quartier de Plateau à Dakar, Dakar, Université Cheikh Anta Diop, 1986 (Mémoire de Maîtrise)
  • (fr) Mor Seck, Population et habitat du centre de Dakar, le secteur de l’avenue Lamine Gueye, Dakar, Université de Dakar, 1984, 94 p. (Mémoire de Maîtrise)

Liens externes[modifier | modifier le code]