Daji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le personnage historique Chinois. Pour le village des Comores, voir Daji (Comores).
Daji dans les Hokusai Manga
À gauche : Wen Zhong et Bi Gan ; à droite : Di Xin et Daji

Daji (妲己 ; pinyin : Dájǐ) était la concubine favorite du roi Di Xin, le dernier de la Dynastie Shang sous la Chine antique. Elle est l’image de la femme fatale causant la chute d’un empire ou d’une dynastie dans la culture chinoise. Elle est décrite comme une femme-renarde (hulijing) dans le roman chinois L'Investiture des dieux.

Biographie[modifier | modifier le code]

Daji était issue d’une famille noble, les Su (蘇) de l’état de Yousu (有蘇). De fait, elle est aussi connue sous le nom de « Su Daji ». En 1047 avant Jésus-Christ, le roi Di Xin de la dynastie Shang conquit Yousu et acquit Daji comme récompense.

Di Xin devint extrêmement obsédé et épris de Daji et commença à négliger les affaires d’état pour être en sa compagnie. Il utilisa tous les moyens nécessaires pour être dans ses bonnes grâces et lui plaire. Daji aimait les animaux et il lui construisit donc un Xanadu zoologique avec de nombreuses espèces rares d’oiseaux et d’animaux. Il ordonna aussi aux artistes de composer des musiques obscènes et de chorégraphier des danses de débauche pour satisfaire ses goûts musicaux. Il invita une fois 3000 invités à une fête, se faisant livrer « un étang de vin » et « une forêt de viande ». Il autorisa les invités à jouer au chat et à la souris nus dans la forêt pour amuser Daji. Quand une de ses concubines, la fille du Seigneur Jiu, protesta à la vue de la débauche, il la fit exécuter. Son père fut taillé en pièces et sa chair donnée en nourriture aux vassaux de Di Xin.

Daji dit que sa plus grande joie était d’entendre les gens pleurer de douleur physique. Une fois, elle vit un paysan marcher pieds nus sur la glace et ordonna qu’on coupe ses pieds pour qu’elle puisse les étudier et comprendre pourquoi ils étaient si résistants à des températures aussi basses. Lors d’une autre occasion, elle fit ouvrir le ventre d’une femme enceinte pour satisfaire sa curiosité et voir ce qu’il se passait à l’intérieur. Afin de vérifier un dicton disant que « le cœur d’un homme bon a sept ouvertures », elle fit extraire celui du ministre Bi Gan, oncle de Di Xin et l’examina.

Daji était aussi connue pour son invention d’une méthode de torture connue sous le nom de paoluo (炮烙). Un cylindre de bronze couvert d’huile était chauffé dans un four par du charbon situé en dessous jusqu’à ce que ses côtés deviennent extrêmement chauds. La victime devait marcher sur le cylindre se réchauffant lentement et devait déplacer ses pieds pour éviter d’être brûlée. La surface huilée rendait difficile le maintien de l’équilibre. Si la victime tombait dans le charbon situé en dessous, elle brûlait jusqu’à ce que mort s’ensuive. La victime était forcée de « danser » et crier d’agonie avant de mourir alors que Di Xin et Daji riaient de plaisir.

Daji fut exécutée sur les ordres du roi Wu de Zhou après la chute de la Dynastie Shang, sur les conseils de Jiang Ziya.

En littérature[modifier | modifier le code]

Daji est un des personnages majeurs du roman chinois L'Investiture des dieux. Elle fut la première corruptrice de la dynastie Shang, dont le déclin est l'objet du roman. Son père Su Hu la donna à Di Xin en tant qu’offre de paix après qu’un conflit armé a commencé entre les forces militaires des Su et des Shang.

Une nuit avant que Daji soit envoyée dans la capitale Zhaoge, elle fut possédée par un esprit renard à neuf queues maléfique (la Renarde de Mille Ans). Quand Daji arriva à Zhaoge, elle devint le centre d’attention de Di Xin et le roi fut obsédé par elle. Di Xin négligea les affaires d’état pour lui tenir compagnie et ignora les conseils de ses sujets. Yunzhongzi fut le premier homme à agir contre Daji en donnant au roi une épée en bois de pêcher magique qui rendrait Daji malade, entraînant sa mort. Elle gravit rapidement les grades, devenant reine alors qu’elle n’était qu’une concubine mineure, grâce au favoritisme du roi.

Daji fut blâmée pour la chute de la dynastie Shang de par la corruption de Di Xin et le fait qu’elle l’ait conduit à négliger les affaires d’état et à régner avec tyrannie et despotisme. Cela conduisit au déclin de la dynastie et à un chaos étendu. La tyrannie de Di Xin entraîna la colère et le ressentiment du peuple, qui se révolta finalement contre lui sous la houlette du Roi Wu de Zhou. Après la chute de la Dynastie Shang, Daji fut exorcisée par Jiang Ziya (parfois appelé Jiang Taigong) et en mourut.

Références modernes[modifier | modifier le code]

  • Daji apparaît dans le jeu vidéo Warriors Orochi de Koei en tant que « Da Ji », stratège et bras droit d’Orochi. Sa personnalité est lugubre et cruelle, trompant et trahissant ses alliés par plaisir. Ses graphismes intègrent des oreilles pointues et crépues et des pieds de renard, du fait qu’elle soit une femme-renard dans la légende. Dans Warriors Orochi 2 elle est un rival fort de Taigong Wang, le seul capable de deviner facilement ses stratégies. C’est aussi celle qui a libéré le Roi Serpent Orochi de prison parce qu’elle sympathisa avec lui.
  • Daji est un antagoniste de Legend of Nezha, une émission de télévision de CCTV basée sur L'Investiture des dieux. C’est un renard à neuf queues blanc qui mange une plante empoisonnée pour devenir une belle femme ; et elle séduit Di Xin pour qu’il cède à ses caprices et commence même à construire une grande structure qu’elle prétend avoir vue dans un rêve. Cela entraîne une rébellion de Ji Fa, et lorsque ses troupes atteignent le palais elle se suicide avec Di Xin en brûlant le palais, en buvant et en dansant dessus.
  • Daji apparaît en tant que général que les joueurs peuvent contrôler dans le jeu de stratégie War of Legends.

Référence[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]