Daily News (Zimbabwe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daily News.

Le Daily News est un ancien quotidien indépendant du Zimbabwe publié à Harare. Fondé le 31 juillet 1999, il a été le dernier journal indépendant du Zimbabwe. Il était au grand format et tirait à plus de 100 000 exemplaires[1].

Il a été victime d'attaques à la bombe en 2000 et 2001 et interdit en 2003[2], malgré une décision de justice en sa faveur. Son fondateur, le journaliste Geoffrey Nyarota, était célèbre pour ses critiques de Robert Mugabe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Beaucoup[évasif] ont perçu le Daily News comme lié au Mouvement pour le changement démocratique (MDC), en raison de ses critiques constantes du Zanu-PF et du gouvernement, bien qu'en réalité le MDC n'ait été formé que le 11 septembre 1999. Ses partisans croient que le journal a été délibérément ciblé par le gouvernement pour sa description négative de l'action de l'administration Mugabe. Les locaux du journal ont été attaqués deux fois à la bombe, sans doute par des miliciens du Zanu-PF, mais personne n'a été arrêté pour ces incidents[2].

Le 22 avril 2000, une bombe artisanale a été lancée devant la porte du journal depuis une voiture. Le 28 janvier 2001, une série de bombes a explosé dans ses locaux, détruisant sa presse à imprimer. L'enquête sur ces incidents n'a pas abouti. Des journalistes indépendants ont soupçonné le gouvernement ou ses partisans d'être à l'origine de ces attaques[1].

Critiques du Daily News[modifier | modifier le code]

Le journal lui-même a été l'objet de critiques de la part de l'Association des vétérans de la guerre de libération nationale (ZNLWVA), de la police et du gouvernement à de nombreuses reprises[2]. Chenjerai Hunzvi, président du ZNLWVA l'a menacé pour avoir parlé de manière répétée de l'association de façon négative : « Je ne veux pas partir en guerre contre le journal, mais c'est mon dernier avertissement »[1].

Le 9 juin 2000, un groupe de vétérans a brûlé des exemplaires du Daily News à Kwekwe. Certains ont aussi sévèrement battu un de ses reporters, Chengetai Zvauya, après l'en avoir menacé[1],[3].

Action du gouvernement[modifier | modifier le code]

Le 6 novembre 2001, The Herald, journal appartenant au gouvernement, a publié un article annonçant que le Zimbabwe Investment Center (ZIC) avait suspendu la licence d'investissement d'Associated Newspapers of Zimbabwe (ANZ), la compagnie-mère du Daily News, pour avoir violé les lois sur l'investissement en acceptant de nouveaux actionnaires. L'ANZ a nié cette accusation, déclarant qu'il n'y en avait aucune preuve et que ce problème était simplement lié à une erreur faite par PricewaterhouseCoopers en 1997 au moment d'enregistrer la compagnie[1]. Son directeur exécutif Muchadeyi Masunda a déclaré que les charges étaient « incompréhensibles ».

Jugement[modifier | modifier le code]

Le journal ayant été interdit en septembre 2003, la Cour suprême du Zimbabwe a rejeté les accusations au motif qu'il n'y avait pas assez de preuves qu'il était publié illégalement et ordonné qu'il soit autorisé à reprendre sa publication[4]. Cependant le gouvernement a ignoré cette décision, le ministre de l'information Jonathan Moyo affirmant qu'elle n'avait pas valeur légale, le juge n'ayant pas le pouvoir de s'opposer à l'Access to Information and Protection of Privacy Act (AIPPA), la loi sur les médias promulguée en 2002. La Commission des médias et de l'information (MIC) a déclaré que le journal n'avait pas de licence de publication selon la nouvelle loi[5]. « Un principe cardinal de l'état de droit est que, bien que les cours de justice aient le devoir d'interpréter la loi, le gouvernement exécutif a le devoir de l'appliquer, et c'est précisément ce qu'il va faire dans ce cas » a déclaré J. Moyo[6].

Retour en 2010[modifier | modifier le code]

En mai 2010, une commission gouvernementale sur les médias a autorisé quatre publications, dont le Daily News, à publier un quotidien[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]