Dai Li

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom chinois, le patronyme, Dai, précède le prénom.

Le général Dai Li ou Tai Li (戴笠, 28 mai 1897-1946) est né dans la province du Zhejiang, Chine, La province natale du président Tchang Kaï-chek. Il étudia à l'académie militaire de Huangpu, dont Tchang était le président, et il devint plus tard le chef de la police secrète de Tchang.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dai Li est né à Bao'an dans le comté de Jiangshan, province du Zhejiang. Son père mourut lorsqu'il avait quatre ans et sa mère fut seule à l'élever. À six ans il fut inscrit dans une école privée pour étudier les classiques chinois et fut diplômé plus tard au lycée du comté de Wenxi. Au lieu de s'incrire à l'université, Dai s'engagea dans le bataillon d'étudiants de la première division de la province du Zhejiang, durant la période troublée de la chute de la dynastie Qing. Peu de temps après il fut engagé dans l'académie militaire de Huangpu. Le président de l'académie était Tchang Kaï-chek, qui demanda plus tard à Dai de se joindre à ses efforts d'unification de la Chine et de lutte contre les communistes.

Rôle au sein du Guomindang[modifier | modifier le code]

Sur ordre de Tchang Kaï-chek, il crée en 1932 le bureau d'enquête et de statistiques de Chine (Zhongyong diaotongjiju), qui n'était autre que le bureau de la police secrète du Kuomintang. Dai était aussi le chef de la société des Chemises bleues, une organisation fasciste qui faisait le service d'ordre et l'espionnage au profit de Tchang. Ses agents pénétrèrent les organisations communistes chinoises ainsi que les organisations japonaises du Manzhouguo.

Dai travailla avec les États-Unis durant la Seconde Guerre mondiale et apprit de nouvelles méthodes d'espionnage ce qui permit à ses forces de guérilla de croître jusqu'à soixante-dix mille hommes. En échange il fournit des cartes du sud de la Chine, des informations sur les manœuvres japonaises et des cachettes sûres pour les pilotes alliés. Après la signature du traité de l'organisation sino-américaine en 1942, Dai devint le chef des activités d'espionnage sino-américain (la S.A.C.O. Sino-American Corporation Organisation) en avril.

Il mourut dans un accident d'avion le 17 mars 1946. L'accident d'avion a vraisemblablement été organisé par des rivaux de Dai au sein du Guomindang et non par Kang Sheng, chef des services spéciaux du Parti communiste chinois comme on a pu le rapporter dans certains milieux.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Histoire mondiale du renseignement, Édition Robert Laffont, de Roger Faligot et Rémi Kauffer, deux tomes