Dagana (Sénégal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dagana.
Dagana
Anciens comptoirs au bord du fleuve
Anciens comptoirs au bord du fleuve
Administration
Pays Sénégal Sénégal
Région Saint-Louis
Département Dagana
Maire
Mandat
Oumar Sarr
2009-2014
Démographie
Gentilé Daganois
Population 20 916 hab. (2007)
Géographie
Coordonnées 16° 31′ 00″ N 15° 30′ 00″ O / 16.51667, -15.516° 31′ 00″ Nord 15° 30′ 00″ Ouest / 16.51667, -15.5  
Altitude 12 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (administrative)

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Dagana

Géolocalisation sur la carte : Sénégal (relief)

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Dagana

Dagana (parfois Tagana) est une ville du nord du Sénégal, située dans la basse vallée du fleuve Sénégal, entre Richard-Toll et Podor.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le poste de Dagana (illustration de Côte occidentale d'Afrique, 1890)

Le village a été fondé vers les années 1300. L'étymologie de son nom reste incertaine, tantôt woloffi dagan na dëk signifiant un endroit propice –, tantôt peul – du nom du fondateur, Dagana[1]. Certains disent aussi que la ville a été créée par un nommé Dah venant du Ghana.

L'histoire de Dagana reste liée à celle du royaume du Waalo, dont le brak (roi) guerroya dans la contrée. Le gouverneur de la colonie du Sénégal Schmaltz signa le 8 mai 1819 le Traité de Ndiaw[2] avec le Brack Amar Faatim Borso Mbodj et les principaux chefs du pays : le Diawdine Madiaw Xor Aram Bakar DIAW, le Béthio Sakoura DIOP, le Maalo Ndiack Danco DIAW , le diogomaye Ndiack Arame Kélar DIAW , le beuk Negg Ndiourbel Birame Coura DIAGNE qui aboutit, à la création d’une série de postes commerciaux le long du fleuve Sénégal dont celui de Dagana.

C'est à Dagana que fut célébré le 18 juin 1833[3] le mariage entre la reine du Walo Ndieumbeutt Mbodj et le roi maure du Trarza, Mohamed El Habib.

Le 9 mars 1908, le marabout toucouleur Aly Yoro Diop (Aali Yero Joop) de Fanaye, au nom de la guerre sainte, attaqua le poste colonial de Dagana avec ses talibés ; il fut tué avec 29 de ses partisans par la garnison française épaulée par le Chef Supérieur du Walo Samba Yomba Guilé Mbodj et son Goum.

Pendant l'ère coloniale, Dagana était un gros centre commercial, lié notamment au négoce de la gomme arabique[4].

Le village a été érigé en commune le 1er février 1960[5] et Makha Sarr, né en 1911 à Dagana, directeur d'école, fut élu premier député-maire de la cité[6].

Administration[modifier | modifier le code]

La commune est le chef-lieu du département de Dagana, situé dans la région de Saint-Louis.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le climat est de type sahélien.

À vol d'oiseau, les localités les plus proches sont Mbilor Dieri, Keur Mbaye, Keur Mour, Keur Koure, Gae, Ndiareme, Keur Biram, Bokhol et Keur Mor Ibra.

Dakar, la capitale, se trouve à 408 km[7].

Population[modifier | modifier le code]

La population est principalement constituée de Wolofs, de Peuls et de Maures.

Lors des recensements de 1988 et 2002, la population s'élevait respectivement à 15 638 et 18 205 habitants.

Fin 2007, selon les estimations officielles, Dagana compterait 20 916 personnes.

Économie[modifier | modifier le code]

Les ressources locales proviennent essentiellement de l'agriculture. Le riz, la tomate restent les principales cultures à grande échelle. La production de la tomate est vendue à la SOCAS qui dispose d'une unité industrielle de transformation dans la ville de Dagana.

Grâce à son riche patrimoine, notamment le fort – qui figure sur la liste des sites et monuments historiques classés[8] –, et aux charmes du fleuve, Dagana s'ouvre au tourisme. C'est notamment l'une des escales des croisères sur le fleuve Sénégal à bord du Bou-el-Mogdad.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités nées à Dagana[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site de la commune [1]
  2. Boubacar Barry, La Sénégambie du XVe au XIXe siècle : traite négrière, Islam et conquête coloniale, L'Harmattan, Paris, 1988, p. 196 (ISBN 9782858026708)
  3. « Femmes au Sénégal », in Les cahiers de l'alternance, no 10, Konrad-Adenauer-Stiftung, Université de Dakar, Centre d'études des sciences et techniques d'information, 2006
  4. Écoloc - Gérer l'économie localement en Afrique - Evaluation et prospective / Section 2 : Etudes L'économie locale de la commune de Dagana en 1998, OECD Publishing, 2002, p. 7 (ISBN 9789264062993)[2]
  5. Décret no 60-025 du 1er février 1960
  6. Annuaire parlementaire des États d'Afrique noire : députés et conseilleurs économiques des républiques d'expression française, Annuaire Afrique, Paris, 1962, p. 227
  7. Dakar et ses environs, carte 1/16 000, édition 2007-2008
  8. Arrêté no 12.09.2007 Portant publication de la liste des Sites et Monuments historiques classés [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Alfred Borius, Quelques considérations médicales sur le poste de Dagana (Sénégal) : observations faites pendant l'année 1862, Montpellier, 1864, 76 p.
  • (fr) Alfred Borius, Recherches sur le climat du Sénégal, Gauthier-Villars, 1875, 327 p.
  • (fr) Ady Seck, Monographie du cercle de Dagana 1855-1920, Université de Dakar, 1988, 3+2+93 p. (Mémoire de Maîtrise)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :