Dabbawallah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

19° 58′ 24″ N 72° 56′ 57″ E / 19.97335, 72.94922 ()

Une dabba à repas

Le dabbawallah ou dabbawala — de dabba, boîte et wallah, celui qui fait —, ou encore tiffin wallah — de tiffin, argot anglais pour lunch —, est un livreur de repas faisant partie d'un système sans équivalent, basé à Mumbai en Inde. Bien que la profession de dabbawallah semble a priori d'une grande simplicité, la logistique appliquée dans cette entreprise est complexe et précise.

Les boîtes regroupées sont mises dans le train, marquées avec les inscriptions appropriées de façon à identifier sa destination. Les inscriptions indiquent ainsi la gare de débarquement et l'adresse de livraison. À chaque gare, les boîtes correctes sont débarquées et remises à un dabbawallah local, qui les livre aussitôt à l'adresse correspondante. Les boîtes vides sont rassemblées après le déjeuner et renvoyées de nouveau dans leur maison respective. Tout ceci se fait pour une somme minimale et avec la plus grande ponctualité.

Les boîtes sont distribuées avec une telle précision que le taux d'erreur est estimé à 1 pour 16 millions. Cette fiabilité a conduit un journaliste du magazine Forbes à la comparer à la méthode de management Six Sigma de Motorola (3,4 erreurs par million d'opérations)[1]. Le service continue à fonctionner au plus fort de la mousson lorsque l'activité économique est désorganisée du fait des conditions climatiques contraires.

Les dabbawallahs locaux aux extrémités de la chaîne, envoi et réception, sont connus personnellement par les clients, ce qui entraîne un fort climat de confiance. En outre, ils connaissent parfaitement leur secteur et maîtrisent les routes alternatives, ce qui leur permet d'accéder sans difficulté à n'importe quelle destination.

Un dabbawallah

La raison principale à la popularité du système des dabbawallahs est l'aversion des Indiens à utiliser les systèmes de restauration rapide et à consommer des plats qui ne sont pas faits maison. En effet, seule la consommation d'un plat préparé par son épouse garantit à l'employé indien que sa nourriture respecte les prescriptions alimentaires de sa caste.

On estime que les dabbawallahs approvisionnent jusqu'à 175 000 clients par jour et ce depuis plus d'un siècle.

Le scénario du film de Ritesh Batra The Lunchbox (2013) est construit autour du quiproquo résultant d'une des rarissimes erreurs de ce système de distribution unique au monde.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Subrata N. Chakravarty , « Fast food », Forbes, 10 août 1998.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :