D. Michael Quinn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dennis Michael Quinn (né le 26 mars 1944) est un historien américain spécialiste du mormonisme. Il est l'auteur de plusieurs livres qui sont considérés comme des ouvrages de référence sur l'histoire du mormonisme. Il s'est particulièrement intéressé à l'évolution du système hiérarchique dans l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours dont il est excommunié depuis 1993, et à l'influence des croyances occultes du XIXe siècle sur Joseph Smith.

Biographie[modifier | modifier le code]

D. Michael Quinn obtint un doctorat en histoire (Ph.D.) à l'Université Yale. De 1976 à 1988, il était professeur à la Brigham Young University, où il s'intéressait plus particulièrement à la question du mariage plural. En raison de la publication de ses travaux sur des aspects controversés du mormonisme, il fut excommunié de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours en septembre 1993 en même temps que cinq autres membres de l'Église, des intellectuels et des féministes (l'événement eut un retentissement médiatique et fut connu sous le nom de September Six). Malgré son excommunication, Quinn conserve une certaine estime du mormonisme même s'il en rejette certains aspects et doctrines.

Malgré son excommunication et certaines critiques, D. Michael Quinn, qui est ouvertement gay[1], se considère encore comme un Latter-day Saint et croit en mormonisme, même s'il est en désaccord avec certaines politiques et doctrines[2].

D. Michael Quinn a écrit plusieurs livres sur l'histoire du mormonisme qui sont considérés comme des ouvrages de référence par de nombreux historiens. Il est abondamment cité dans tous les travaux de recherche sur le mormonisme. Ses livres les plus connus sont : Early Mormonism and the Magic World View et The Mormon Hierarchy (en deux volumes : Origins of Power et Extensions of Power). Chacun d'entre eux a provoqué une vive controverse au sein du mormonisme car ils remettaient en cause l'histoire officielle de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

The Mormon Hierarchy[modifier | modifier le code]

Les deux volumes de The Mormon Hierarchy traitent de l’histoire de l’organisation de l’Église depuis sa fondation jusqu’à l’époque moderne. Les ouvrages abordent les relations de pouvoir entre les dirigeants et conseils de l’Église, leurs évolutions et leurs réactions face aux défis venus de l’extérieur et face aux dissensions internes.

The Mormon Hierarchy - Origins of Power[modifier | modifier le code]

L’ouvrage traite principalement des changements importants dans la hiérarchie de l'Église sous Joseph Smith et de l'évolution du concept de théocratie. Il traite également de la crise de succession survenue à la mort du fondateur et des nombreux mouvements issus du mormonisme qui en ont résulté.

L'historien Klaus J. Hansen[3] salue le travail de Quinn au regard de « l'incroyable complexité de l'histoire institutionnelle du mormonisme qui demande non seulement une recherche résolue et déterminée de sources » mais aussi le fait « de les lier en un tout cohérent et intelligible »[4]. L'historien Melvin T. Smith[5] considère le livre de Quinn comme « important » et comme « la seule tentative sérieuse de la part d'historiens d'examiner attentivement cet aspect de l'histoire mormone »[6].

The Mormon Hierarchy - Extensions of Power[modifier | modifier le code]

L’ouvrage s’intéresse plus particulièrement à la période depuis l’avènement de Brigham Young à la tête de l’Église jusqu’à nos jours. Il traite des aspects violents du mormonisme au cours du XIXe siècle (Danites[7], massacre de Mountain Meadows, expiation par le sang…). Ensuite, il met l’accent sur la bureaucratisation progressive de l’Église au cours du XXe siècle et ses interventions dans le domaine politique (anti-communisme, en faveur de la discrimination raciale, contre l’Equal Rights Amendment, contre les droits des homosexuels).

L'historien Mario S. De Pillis[8] considère les deux ouvrages de Quinn comme son « œuvre majeure » et qu'ils constituent un « travail de référence indispensable sur l'histoire, l'organisation et les techniques du gouvernement de l'Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours et sur les personnalités de ses dirigeants »[9]. Pour David S. Azzolina[10], la « documentation est si complète et si incontestable que peu seront en mesure de mettre en doute ses arguments »[11].

L'ouvrage aborde de nombreuses controverses au sein du mormonisme et les apologistes mormons le rejettent complètement. Pour Duane Boyce[12], collaborateur de FARMS[13], le livre « ne peut être lu avec innocence ou certitude » et est « une trahison de la confiance du lecteur »[14].

Early Mormonism and the Magic World View[modifier | modifier le code]

Early Mormonism and the Magic World View traite de l’influence possible de l’occultisme sur la vie et l’œuvre de Joseph Smith au cours des premières années du mormonisme. Selon l’historien, les visions de Joseph Smith et le Livre de Mormon sont notablement influencés par des croyances occultes et magiques populaires au XIXe siècle en Nouvelle Angleterre. Il pointe entre autres l’utilisation de pierres de vision (seer stone) dans la recherche de trésors enfouis et au cours de la traduction du Livre de Mormon.

Plusieurs historiens considèrent le livre comme une importante contribution quant à la compréhension des premières années du mormonisme. Ainsi, pour Klaus J. Hansen[3], le livre est une « étude magistrale », un véritable « tour de force » et il salue la « masse de preuves » avancées[15]. L'historien John L. Brooke[16] fait de la thèse de Quinn son point de départ dans son étude de la naissance de la cosmologie mormone[17].

L’ouvrage est cependant critiqué par certains historiens mormons, ainsi que par les apologistes mormons, qui mettent en doute plusieurs des parallèles avancés par Quinn et pointent l’utilisation de certaines sources douteuses, comme les témoignages récoltés par Howe et Hulburt[18]. Ainsi l’historien mormon William J. Hamblin[19], collaborateur de FARMS[13], considère que la thèse de Quinn selon laquelle des éléments occultes auraient influencé le mormonisme comme du « non-sens » et que « Quinn n’a pas pu trouver la moindre source primaire écrite par un saint des derniers jours qui serait une prise de position positive en faveur de la magie »[20].

Same-Sex Dynamics among Nineteenth-Century Americans: a Mormon Example[modifier | modifier le code]

L’ouvrage traite de la politique de l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours concernant l’homosexualité depuis sa fondation jusqu’à nos jours. Depuis 1959, l’Église condamne sévèrement les relations homosexuelles et intervient dans la sphère politique afin de ralentir la reconnaissance des droits des homosexuels. Avant cette date, l’Église ne se préoccupait guère de la question. Quinn affirme qu’à cette époque (particulièrement au XIXe siècle), les relations homosexuelles existaient entre certains membres de l’Église et étaient tolérées dans une certaine mesure, du fait du désintérêt de la hiérarchie. Bien que le livre soit reconnu comme une étude approfondie de la perception de l'homosexualité au sein de l’Église, cette dernière thèse provoque la controverse parmi les spécialistes du mormonisme dont plusieurs considèrent que l’absence de condamnation formelle de l’homosexualité ne signifiait pas qu’elle était pour autant mieux acceptée qu'aujourd'hui au sein du mouvement.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages de D. Michael Quinn[modifier | modifier le code]

  • (en) D. Michael Quinn, The Mormon Hierarchy - Origins of Power, Signature Books, 1994, 686 pages (ISBN 1560850566)
  • (en) D. Michael Quinn, The Mormon Hierarchy - Extensions of Power, Signature Books, 1997, 928 pages (ISBN 1560850604)
  • (en) D. Michael Quinn, Early Mormonism and the Magic World View, Signature Books, 1998, 648 pages (ISBN 1560850892)
  • (en) D. Michael Quinn, Same-Sex Dynamics among Nineteenth-Century Americans: a Mormon Example, University of Illinois Press, 2001, 504 pages (ISBN 0252069581[à vérifier : isbn invalide])
  • (en) D. Michael Quinn, Elder Statesman: A Biography of J. Reuben Clark, Signature Books, 2002, 631 pages (ISBN 1560851554)

Autres références[modifier | modifier le code]

  • (fr) Marcel Kahne, Magie, occultisme, talismans et « historiens » [lire en ligne]
  • (fr) Leland H. Gentry, La bande de Danites de 1838, BYU Studies, vol. 14, 1973-1974, n° 4 – Été 1974 [lire en ligne]
  • (en) John L. Brooke, The Refiner's Fire: The Making of Mormon Cosmology, 1644-1844, Cambridge University Press, 1996, 443 pages (ISBN 0521565642)
  • (en) Klaus J. Hansen, Review of The Mormon Hierarchy - Origins of Power, Church History [lire en ligne]
  • (en) Melvin T. Smith, Review of The Mormon Hierarchy - Origins of Power, Utah Historical Quarterly [lire en ligne]
  • (en) Mario S. De Pillis, Review of The Mormon Hierarchy - Extensions of Power, Journal of Mormon History [lire en ligne]
  • (en) David S. Azzolina, Review of The Mormon Hierarchy - Extensions of Power, Library Journal [lire en ligne]
  • (en) Duane Boyce, A Betrayal of Trust - Review of The Mormon Hierarchy - Extensions of Power, Maxwell Institute, 1997 [lire en ligne]
  • (en) Klaus J. Hansen, Review of Early Mormonism and the Magic World View, Church History, 1990 [lire en ligne]
  • (en) William J. Hamblin, That Old Black Magic - Review of Early Mormonism and the Magic World View, Maxwell Institute, 2000 [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Interview D. Michael Quinn », sur Public Broadcasting Service,‎ 30 avril 2007 (consulté le 6 septembre 2014)
  2. (en) Daniel Golden, « In Religion Studies, Universities Bend To Views of Faithful », sur The Wall Street Journal,‎ 6 avril 2006 (consulté le 6 septembre 2014)
  3. a et b Klaus J. Hansen, Ph.D., professeur d'histoire à la Queen's University (Canada)
  4. Klaus J. Hansen, Review of The Mormon Hierarchy - Origins of Power
  5. Melvin T. Smith, directeur de l'Utah State Historical Society
  6. Melvin T. Smith, Review of The Mormon Hierarchy - Origins of Power
  7. La responsabilité des dirigeants de l'Église quant aux exactions des Danites est rejetée par les apologistes, voir Leland H. Gentry, La bande de Danites de 1838, BYU Studies, vol. 14, 1973-1974, n° 4 – Été 1974
  8. Mario S. De Pillis, Ph.D., professeur émérite d'histoire religieuse et sociale à l'University of Massachusetts, ancien président de la Mormon History Association
  9. Mario S. De Pillis, Review of The Mormon Hierarchy - Extensions of Power
  10. David S. Azzolina, University of Pennsylvania
  11. David S. Azzolina, Review of The Mormon Hierarchy - Extensions of Power
  12. Duane Boyce, Ph.D., psychologue
  13. a et b Foundation for Ancient Research and Mormon Studies (FARMS): organisation rassemblant des scientifiques mormons apologistes, cherchant à démontrer l’exactitude historique du Livre de Mormon et d’autres éléments propres au mormonisme.
  14. Duane Boyce, A Betrayal of Trust - Review of The Mormon Hierarchy - Extensions of Power
  15. Klaus J. Hansen, Review of Early Mormonism and the Magic World View
  16. John L. Brooke, professeur d'histoire à l'Ohio State University (Ohio)
  17. John L. Brooke, The Refiner's Fire: The Making of Mormon Cosmology, 1644-1844
  18. Eber Dudley Howe est l’auteur d’un livre hostile au mormonisme, Mormonism Unvailed, dans lequel il présente de nombreux témoignages hostiles à Joseph Smith, récoltés par lui-même ou le docteur Philastus Hulburt. Les historiens sont partagés sur les éléments véridiques ou erronés que ces témoignages contiendraient. Les apologistes les rejettent entièrement - voir, de Marcel Kahne, Magie, occultisme, talismans et « historiens »
  19. William J. Hamblin, Ph.D., professeur associé d'histoire à la Brigham Young University (Utah)
  20. William J. Hamblin, That Old Black Magic - Review of Early Mormonism and the Magic World View