Dār ar Raydah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dār ar Raydah
Administration
Pays Drapeau du Yémen Yémen
Gouvernorat Amran
Démographie
Population 13 971 hab. (2004)
Géographie
Coordonnées 15° 29′ 00″ N 44° 02′ 00″ E / 15.483333, 44.03333315° 29′ 00″ Nord 44° 02′ 00″ Est / 15.483333, 44.033333  
Altitude 2 200 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yémen (administrative)

Voir sur la carte Yémen administrative
City locator 11.svg
Dār ar Raydah

Dār ar Raydah, ou Raydah, Rayd̨ah ou Raida (arabe ريضه), est une ville de l'ouest du Yémen, dans le gouvernorat d'Amran, située à environ 20 km au sud-ouest d'Amran, capitale régionale.

La ville se compose principalement d'un marché de rue longue ligne droite (au centre).

Tension et exode des minorités juives[modifier | modifier le code]

Auparavant existait à Dar ar Raydah le grand marché juif de Suq al-ahud[1]. Mais la région a connu plusieurs vagues d'émigration de 1881 à 1950, dont l'Opération Tapis volant. Il est resté seulement une petite minorité juive dans la ville. En 2009, la communauté juive compte encore 266 personnes[2], pour trois synagogues et deux écoles pour les soins de la tradition juive[3].

Pendant le conflit israélo-palestinien à Gaza de 2008-2009, les tensions de la diaspora juive yéménite avec les musulmans résidant localement ont augmenté. Cela a finalement dégénéré quand un enseignant juif a été abattu par des extrémistes islamistes. Moshe Ya'ish al-Nahari (en) ayant repoussé une invitation d'un extrémiste musulman à se convertir à l'Islam immédiatement, celui-ci a ouvert le feu à la mitrailleuse. Les avocats du délinquant, Abdul Aziz Yahya al-Abdi, ont fait valoir des troubles de la personnalité (schizophrénie). Condamné à une amende d'environ 27 500 US$, il serait parvenu à s'échapper en avril 2011.

Différentes attaques ont entraîné des morts depuis les années 1980. Les attaques récurrentes de gens se réclamant d'al-Qaïda ont provoqué l'émigration de la majorité des familles (16) en Israël en juin 2009 et mars 2011[4]. La communauté juive locale semble avoir complètement abandonné.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Vogel, Dieter. Yemen, Insight Guides, 1997. pg. 197. ISBN 962-421-091-8
  2. Arrabyee, Nasser. Blood money for Killing Yemeni Jew, Yemen Observer, 03-03-2009. Retrieved on 2009-03-08.
  3. Fear grips Yemen's Jewish minority after murder, AlArabiya.net, 19-02-2009. Retrieved on 2009-03-08.
  4. Olim from Yemen arrive to Israel (in Spanish). Aurora Digital

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]