Dôme de Monza

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dôme de Monza
Image illustrative de l'article Dôme de Monza
La façade du duomo
Présentation
Nom local Duomo di Monza
Culte Catholique
Type Cathédrale
Début de la construction 1300
Fin des travaux 1681
Architecte Matteo da Campione
Style dominant Gothique
Site web www.duomomonza.it/
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Lombardie
Commune Monza
Coordonnées 45° 35′ 00″ N 9° 16′ 31″ E / 45.58333, 9.275278 ()45° 35′ 00″ Nord 9° 16′ 31″ Est / 45.58333, 9.275278 ()  

Géolocalisation sur la carte : Lombardie

(Voir situation sur carte : Lombardie)
Dôme de Monza

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Dôme de Monza

Le Dôme de Monza (Duomo di Monza), est la principale église de Monza dédiée à saint Jean-Baptiste dont les débuts de l'édification remonte aux VIe et VIIe siècles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon la légende, l'église a été commandée par la reine lombarde de l'Italie, Théodelinde de Bavière. Elle avait fait vœu de construire une église dédiée à saint Jean et, alors qu'elle se trouvait le long de la rivière Lambro, elle a été interrompue par une colombe qui lui dit Modo (mot latin pour « ici »), auquel elle a répondu Etiam (« oui ») . Monza était elle-même d'abord connue sous le nom de Modoetia.

En 595, elle comportait un oraculum (chapelle de la Reine) construit sur un plan en croix grecque ; de cette chapelle, il ne reste que les murs aujourd'hui. La reine y a été enterrée, dans ce qui est maintenant l'allée centrale. Sur les vestiges de l'oraculum, une nouvelle église a été érigée au XIIIe siècle.

Architecture[modifier | modifier le code]

Cette basilique a été reconstruite avec un plan en croix latine.

La façade[modifier | modifier le code]

Au XIVe siècle, la rénovation de la façade du dôme est confiée à l'architecte et sculpteur Matteo da Campione des Maestri campionesi : il réalise la façade marmoréenne à bandes blanches et vertes, la chaire (evangelizzatorio) et plusieurs des décorations sculptées de l'intérieur.

La façade massive est divisée en cinq parties. Chacune est surmontée d'un tabernacle abritant une statue. La façade dispose de plusieurs fenêtres à meneaux avec, au centre, une grande rosace encadrée par un motif inspiré des plafonds romains antiques, décorée par des rosettes, des masques et des motifs étoilés.

La façade est considérée comme romane et gothique pour la structure et la décoration. Le porche possède des gargouilles du XIVe siècle sur les côtés et le tympan des bustes de Théodelinde et du roi Agilulf.

Sur le portail est représenté le Baptême de Jésus, assisté par saint Pierre, la Sainte Vierge, saint Zacharie et saint Paul. Dans la partie supérieure est représentée Théodelinde offrant à saint Jean baptiste la Couronne de fer de Lombardie, elle est assistée par son mari à genoux Agilulf et leur fils Adaloald et Gundeberga.

À partir du XVIe siècle, le chœur et le plafond ont été restaurés. Par la suite, les murs et les voûtes ont été ornés de fresques et de stucs. Le campanile a été érigé en 1606 tandis qu'au XVIIIe siècle, un cimetière a été ajouté en annexe sur le côté gauche.

La construction du nouveau campanile débuta en 1592 et se termina en 1620. Il a été consacré en 1628 par le cardinal Federico Borromeo.

Il comporte 8 cloches : la2 (bourdon), si2, do#3, re3, mi3, fa#3, sol#3 et la3. Les cloches sont en harmonie car les cloches ont été accordées pour faire la gamme de La Majeur. Tous les 24 juin, pour la Saint-Jean-Baptiste, un carillon sonne à midi pile. Le campanile ne se visite pas.

Ercole Turati avait projeté les plans de ce campanile, du baptistère, de la crypte et du développement du chœur, réalisés seulement dans les deux premières décennies du XVIIe siècle.

Intérieur[modifier | modifier le code]

L'église possède une nef et deux ailes, séparées par une série de colonnes octogonales ornées de chapiteaux romans et baroques. Elle se termine par de grandes absides avec une série de chapelles ouvertes vers les allées.

La décoration murale est essentiellement baroque. Parmi les autres œuvres d'art on note le chœur de Matteo da Campione, le maître-autel par Andrea Appiani, le presbytère et les fresques du transept par Giuseppe Meda et Giuseppe Arcimboldo.

Dans le transept droit se trouve l'entrée du Musée Serpero, le logement du Trésor de la Cathédrale avec la Couronne de Fer de Lombardie, ainsi qu'une collection d'importantes d'œuvres de toutes sortes de l'Antiquité tardive et du Moyen Âge. Cela inclut les petites ampoules de plomb VIe siècle de la Terre sainte, qui sont la preuve de l'iconographie émergente de l'art médiéval, parmi les plus anciennes représentations de la Crucifixion et de la Nativité de Jésus dans l'art qui allaient devenir la norme depuis le Moyen Âge. Seule la ville de Bobbio possède une collection équivalente d'ampoules. La bibliothèque de la cathédrale est propriétaire d'un certain nombre d'anciens et importants antiphonaires enluminés.

La chapelle de Théodelinde[modifier | modifier le code]

Outre la Couronne de fer, l'attraction la plus célèbre de la cathédrale est la chapelle de Théodelinde. Elle a des fresques du XVe siècle de l'atelier de Zavattari. Elles illustrent la vie de la Reine, comme l'épisode de la colombe, sa proposition de mariage, sa rencontre avec Authari, la mort de ce dernier dans la bataille, et le nouveau mariage avec Agilulf. Tous les personnages sont représentés avec de riches vêtements typiques de l'ère Visconti.

La voûte est décorée par des personnalités du XIVe siècle, des saints et des évangélistes.

Article détaillé : Chapelle de la reine Théodelinde.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Musée du Trésor du Dôme de Monza[modifier | modifier le code]

Le Museo e Tesoro del Duomo di Monza, aujourd'hui Museo Capitolare del Duomo Filippo Serpero, ouvert au public depuis 2007, accessible par la via Lambro, conserve des pièces de l'Antiquité tardive romaine (comme le diptyque de Stilicon) et du haut-Moyen Âge, et une partie des objets liturgiques de la reine de Lombardie Théodelinde. Le trésor a été successivement complété par les rois lombards Bérenger et les Visconti.

Photographies[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Exposition Teodolinda a Monza - Gli affreschi degli Zavattari sous la direction de Primo Casalini octobre 2004 - Notice et photos
  • Conférence Monza - Campagna di restauri del ciclo degli Zavattari nella cappella di Teodolinda, janvier 2008

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]