Dôme de Crémone

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dôme de Crémone
Image illustrative de l'article Dôme de Crémone
Présentation
Nom local Duomo di Cremona
Culte Catholique romain
Type Cathédrale
Rattachement Diocèse de Crémone
Début de la construction 1107
Fin des travaux 1160-1170
Style dominant Roman, Gothique, néoclassique et néogothique
Géographie
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Lombardie
Commune Crémone
Coordonnées 45° 08′ 01″ N 10° 01′ 32″ E / 45.1335, 10.0255 ()45° 08′ 01″ Nord 10° 01′ 32″ Est / 45.1335, 10.0255 ()  

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Dôme de Crémone

La cathédrale de Crémone (ou Duomo di Cremona, en italien) est située sur le point culminant de la ville surplombant la Piazza del Comune, à Crémone, en Italie.

Principale église Catholique de cette ville le Duomo est dédié à Santa Maria Assunta, (Notre-Dame de l'Assomption). Son clocher est le célèbre Torrazzo, Symbole de la ville et de la plus haute tour de l'époque pré-moderne en Italie.

Un autre important monument médiéval le Baptistère lui est juxtaposé.

Historique[modifier | modifier le code]

La cathédrale de Crémone et le baptistère attenant constituent un des ensembles les plus emblématiques de la transition romane - gothique en Italie du Nord.

Construit à l'origine en style Roman, l'église a été restaurée et agrandie avec des éléments d' Architecture Gothique, Renaissance et Baroque .

L'église a été commencée en 1107. Dans la sacristie des chanoines se trouve la pierre de fondation datée de 1107 qui représente Enoch et Elie.

Les premiers travaux ont été arrêtés après les dommages causés par le tremblement de terre du .

La construction a été reprise en 1129, et l'édifice a été sans doute terminé dans les années 1160 - 1170.

Le maître-d'autel, dédié aux saints patrons de la ville San Archeolao et San Imerio a été consacré en 1196

Extérieur[modifier | modifier le code]

La façade actuelle a probablement été construite au XIIe siècle et au début du XIVe siècle. Dans la même période, le bras du transept ont également été ajoutés, le bras nord en 1288 et le sud en 1348.

La façade principale, avec en annexe le Baptistère, est l'un des plus importants monuments de l'art roman en Europe. Il dispose d'un portique avec au centre une narthex à laquelle a été ajoutée en 1491 une loggia de style Renaissance avec trois niches. Ceci est surmonté d'un grande rosace, flanquée de deux loggette (petites loggias).

Façade.

Le portail date probablement du début du XIIe siècle. Sur un côté se trouvent les images des quatre prophètes Ezechiel, Daniel, Isaïe, Jérémie portant chacun un parchemin avec le texte de leurs prophéties.

Les narthex a été réalisé par des maîtres provenant de Campione au siècle suivant. Il reprend une ancienne frise représentant le Labours du mois (fin du XIIe siècle, inspiré de celui du Baptistère de Parme).

Les quatre statues sur la loggia supérieure, qui représente le Vierge à l'Enfant et deux évêques, sont de l'école toscane (1310). Les colonnes du narthex avec les deux lions sont en marbre de Vérone. Le lion de gauche tient dans ses pattes un dragon, symbole du mal, alors que celui de droite tient un ours, qui à son tour mord le cou d'un oiseau.

Sur la façade se trouvent également deux tombeaux, la plus récent (moitié du XIVe siècle) est l'œuvre de Bonino da Campione.

La façade du bras nord du transept (fin du XIIe siècle a également un narthex. Ses colonnes comportent également deux lions à la base. Il est caractérisé par une séquence de fenêtres à meneaux et rosaces. La façade du bras sud date de 1342 et est en maçonnerie, typique de l'architecture gothique lombarde. Il a une structure semblable à celle du côté nord, mais avec une décoration plus détaillée.

Les trois absides sont surmontées par des loggias avec de petites colonnes, chacune ayant un visage humain. L'abside centrale est beaucoup plus élevé que celles attenantes..

Intérieur[modifier | modifier le code]

Crucifixion par Le Pordenone, contrefaçade.

Mosaïque[modifier | modifier le code]

Mosaïque avec les thèmes de Psychomachie, du poète latin tardif Prudence (poète).

Sculpture[modifier | modifier le code]

Dans la crypte, l'urne des saints Marcellin et Pierre, sculptée par Benedetto Briosco (1506 - 1513) est remarquable.

Peintures[modifier | modifier le code]

Les plus anciennes sont les fresques Histoires d'Abraham, Isaac, Jacob et Joseph dans les bras nord et sud du transept.

Un cycle de représentations de scènes de l’Ancien Testament sur les nefs du transept réalisé à fin du XIVe siècle constitué de 37 épisodes réalisés selon les techniques de la fresque et de la tempera.

Les décoration des voûtes sont de la fin du XIVe siècle et du début du XVe siècle).

Les Histoires des Martyrs Marius et Marta, Audifax et Habacuc, (mieux connu sous le nom de Arche des Martyrs Perses, (1482), et le Soulagement de Saint Himerius(1481 -1484), deux œuvres de Giovanni Antonio Amadeo datent aussi de la Renaissance.

Le chœur en bois, avec un travail d'incrustation en marqueterie réalisé par Il Platina (1482-1490) est contemporain de la grande croix d'autel en argent recouvert d’or et d’émaux d'Ambrogio Pozzi et Agostino Sacchi (1478) située dans le couloir droit de la branche nord du transept.

Le plus important ensemble figuratif de la cathédrale est la fresque de décoration sur les murs latéraux de la nef (début XVIe siècle), représentant La vie de Marie et le Christ.

Différents peintres ont collaboré à sa réalisation. Le premier a été Boccaccio Boccaccino (Annonciation à Joachim et Jésus avec les docteurs). En 1506, il avait déjà peint une Rédemption des saints patrons de Crémone sur la voûte de l'abside.

Il a été remplacé par Giovanni Francesco Bembo (Epiphanie et Présentation au Temple) et Altobello Melone (Fuite en Égypte, Massacre des Innocents et les quatre premiers panneaux de la Passion du Christ), qui avaient tous les deux adopté un style moins classique.

Puis est arrivé Girolamo Romani, qui a peint ici quelques-uns de ses chefs-d'œuvre et auteur des scènes de Jésus devant Pilate à Ecce Homo.

Les dernières scènes de la Passion ont été exécutés par Le Pordenone, qui était également responsable de la réalisation de la grande Crucifixion (1521) (countefaçade), la Déposition (1521 et du Retable Schizzi (avant 1523), sur le premier autel de droite dans l'allée), inspiré par le style de Giorgione.

Le complexe a été complété par Bernardino Gatti avec la Résurrection (1529).

D'autres fresques ont été ajoutés dans le milieu du XVIe siècle par les peintres maniéristes, notamment Gatti lui-même, Bernardino Campi et autres.

Au XVIIe siècle Le Genovesino a ajouté la Vie de Saint-Roch dans le transept nord.

Architecture[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]