Détroit de Le Maire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Détroit de Le Maire
Carte de la région autour du cap Horn avec le détroit de Le Maire.
Carte de la région autour du cap Horn avec le détroit de Le Maire.
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau de l’Argentine Argentine
Géographie physique
Type Détroit
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 54° 49′ 11″ S 64° 58′ 23″ O / -54.819679, -64.97314554° 49′ 11″ Sud 64° 58′ 23″ Ouest / -54.819679, -64.973145  

Géolocalisation sur la carte : Argentine

(Voir situation sur carte : Argentine)
Détroit de Le Maire

Géolocalisation sur la carte : Terre de Feu

(Voir situation sur carte : Terre de Feu)
Détroit de Le Maire

Géolocalisation sur la carte : Terre de Feu

(Voir situation sur carte : Terre de Feu)
Détroit de Le Maire

Le détroit de Le Maire (en espagnol : estrecho de Le Maire) est un bras de mer de 16 milles marins (29,6 km) de large[1] qui sépare l'île des États de la pointe orientale de la Terre de Feu argentine, la péninsule Mitre.

Il est signalé au sud par le phare de Buen Suceso situé sur la péninsule et par le phare Le Maire sur le cap Crossley de l'Île des États. Au nord, le phare San Diego n'est plus en fonctionnement. Les militaires de la petite caserne de la Marine argentine située dans la baie de Buen Suceso assurent la surveillance et la sécurité du trafic maritime du détroit.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce détroit fut découvert durant les journées du 24 et 25 janvier 1616[2] par Jacob Le Maire, qui lui donna son nom en l'honneur de son père Issac[3], et Willem Schouten, au cours de leur voyage qui visait à trouver une voie de passage entre l'océan Atlantique et l'océan Pacifique, et qui aboutit à la découverte du cap Horn quelques jours plus tard. Ils deviennent alors les premiers Européens à relier l'Atlantique et le Pacifique au large des côtes.

Avant que le canal de Panama ne soit percé, ce détroit fut très emprunté par les voiliers et navires du commerce maritime international vers ou depuis le passage du cap Horn. Cette route maritime qui évite de passer à l'est de l'Île des États reste une navigation difficile en raison de son étroitesse, de forts courants marins, de présence importante de kelp et surtout d'un vent violent de Patagonie, le williwaw. C'est pourquoi on y recense un très grand nombre de naufrages. Il est emprunté aujourd'hui par les bateaux de pêche, les navires marchands locaux, les navires charters, les gros pétroliers (trop larges pour le canal de Panama), par de rares voiliers privés et par les voiliers de courses autour du monde.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Distance entre la pointe Cuchillo de l'île des États et le phare Buen Suceso, Morro sur, de la péninsule Mitre, soit 30,6 km environ, donc approximativement 16 milles
  2. David Bailie Warden, Nicolas Viton de Saint-Allais, Maur François Dantine, Charles Clémencet, Ursin Durand, François Clément, L'art de vérifier les dates, Valade, 1828, [lire en ligne]
  3. (en) « Around the Horn with Jacob Le Maire in 1616 and his discovery of a new passage into the Pacific », sur www.findingnz.co.nz, Brian Hooker (consulté le 2 octobre 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :